Comment peut-on s’imaginer… “L’urbanisation des campagnes” ?

Confinement oblige, nous pouvons explorer quelques manières d’envisager l’avenir ou plutôt plonger dans ce que projeter l’avenir a pu vouloir dire. « La France face à l’avenir », telle est la bannière de ce billet et plus précisément « la Région Rhône-Alpes entre hier et demain », sous l’angle donc de… « L’urbanisation des campagnes ! »

C’est le titre de ce film de 1975 que l’on peut visualiser à partir de la bibliothèque numérique de Grenoble. On le doit à Claude Huhardeaux, également réalisateur de documentaires sur le monde du travail dans les années 1970 ou encore filmant des gens ordinaires racontant des problèmes scientifiques et comment ils ont pu « recevoir la science » (cf. l’émission Science Publique : « L’une cherche, l’autre pas » en accès libre sur le site Internet de Gallica).

Mais revenons à cet intéressant document d’écriture du périurbain. 

Je dois la découverte de ce film à une soirée organisée avec la complicité de Nicolas Tixier, président de la cinémathèque de Grenoble dans le cadre du colloque urban feedback monté par le laboratoire PACTE en Janvier 2020. Après la projection d’un petit film de 1926, « Grenoble » où il est fortement question de la ville pittoresque, ce sont cinquante ans plus tard les effets de l’urbanisation qui se trouvent au centre d’un film à la tonalité musicale significative. Trois morceaux nous accompagnent : d’abord Maxime Leforestier avec Comme un arbre dans la ville, un travelling partant d’une rue du centre de Grenoble, le long du Drac… « je suis né dans le béton », « si près des autos qui fument, entre béton et bitume… » Le travelling mène ensuite vers des zones d’activités puis la fameuse Villeneuve, vers le Sud là où s’est jouée une grande innovation urbanistique il y a cinquante ans à l’occasion des JO d’hiver. A l’arrière-plan, des sommets enneigés, au premier plan des stades de foot et des terrains boueux – un demi-siècle plus tard ou presque, la boue à nouveau, après des démolitions de « grands ensembles » sur le même lieu… « Fenêtres serviles » chante Leforestier alors que l’on voit la Villeneuve. On passe ensuite, jazz en fond sonore pendant la majeure partie du film accompagnant d’autres travellings, à Take five de Dave Brubeck. Enfin, plus problématique, le texte de la fameuse chanson de Ferrat, la Montagne : critique implicite de l’urbanisation, nostalgie pour un temps d’avant, une chanson que l’on peut qualifier de réactionnaire, restée si populaire… Et lorsque la musique s’absente, le fond sonore est constitué de tracteurs en marche et de travaux publics en cours.

C’est un court film avec actants et acteurs : actants surtout filmés en paysages : champs de maïs, maraîchages, usines, villas, lotissements, de nombreux tuyaux ; on est bien en train de viabiliser le territoire. Si la caméra se fait fonctionnaliste, c’est qu’elle suit le matériau principal : des entretiens avec des agriculteurs. Leurs visages, le timbre de leur voix les rendent à la fois attachants et terriblement distants. Un protagoniste revient régulièrement : un maire en costume-cravate, cigarette à la main, donneur de leçons qui nous explique le b.a.-ba de l’urbanisation industrielle.

Que nous disent ces acteurs ? Ils parlent d’un lien qui s’est distendu et surtout d’un monde qu’ils sont en train de quitter : la polyculture, une économie domestique, un lien fort avec la ville (cultures maraîchères livrées au marché de gros à Grenoble), peu ou pas de machines, pas d’engrais chimiques, des filles qui restaient à la maison… Sans oublier le rythme des saisons. Ce tout est devenu aujourd’hui un vrai réservoir nostalgique dont Eric Chauvier a pu faire son miel (cf. les « authentiques maraîchers » évoqués dans l’entrée « Ouvertures » de Contre Télérama).

Ces agriculteurs sont souvent lucides sur ce qui leur arrive : la Ville achète des terres pour urbaniser, des sources disparaissent, les terres s’assèchent. Ils sont « absorbés », il faudra peut-être « s’expatrier ». Plusieurs ont acheté sur Craul (la ville de Fontaine aujourd’hui ?), certains ont complété leurs revenus en travaillant un mois à l’usine. Ils sont de fait partagés : vendre ses terres permet de compléter une petite retraite mais plusieurs craignent de perdre une vue, un pouvoir sur le destin de la commune. C’est particulièrement vrai vers la fin du film où l’on se déplace sur le plateau du Vercors en hiver : on assiste à la transformation en station de sports d’hiver, un premier télésiège qui arrive et un couple qui prend conscience de la nécessité de maîtriser son territoire de vie « face aux grosses sociétés ».

Le maire est un personnage archétypal : une vision fonctionnaliste et statistique, l’éloge de la planification. Lui aussi parle d’autrefois pour commencer mais il est vite projeté vers l’avenir. Il est question de prévisions, d’une organisation, de l’industrialisation pour fournir 2000 emplois – mais des arbres dissimuleront des usines ; une zone de 700 hectares est réservée pour des cultures spécialisées, équipée comme la zone industrielle : il prône un travail scientifique des agriculteurs (et il faut globalement être « toujours plus scientifique »). Là aussi, plus de 40 ans plus tard, c’est un lien au sol que l’on recherche, un atterrissage aux antipodes de cette vision plaquée. « Il faut faire habiter les gens » lâche le maire, tout en confiant plus tard un idéal dans lequel chacun puisse faire sa maison là où il veut et qu’il soit ensuite propriétaire de la vue. Mais l’urbanisme s’impose justement pour que chacun puisse précisément garder un droit à la vue : le Nimby est présent en fond de plan !

« Ces citadins ne voient pas la campagne de la même façon que nous » : les propos renvoient à des témoignages de frictions, des citadins qui jettent leurs ordures, qui ne savent pas différencier le foin des mauvaises herbes, qui coupent des barbelés (« chacun a sa trousse à outils dans sa bagnole ») ; des chasseurs qui s’opposent aux néo-ruraux… Ou encore en montagne des sociétés d’équipement qui colonisent des pays ruraux devant résister « pour que Corrençon ne ressemble pas à la banlieue de Grenoble ». Repérons un contrepoint toutefois : « ce sont des gens agréables, on peut écouler notre production… Vendre des produits meilleur marché, c’est-à-dire plus chers ! ». On sourit de l’oxymore.

Avant que sorte, un an plus tard, la ville bidon de Jacques Baratier (tourné 5 ans plus tôt), où la figure de la ville nouvelle s’oppose à celle du bidonville, on trouve dans L’urbanisation des campagnes une opposition ferme entre deux mondes déjà bien décrits en tension 20 ans plus tôt par Henri Lefebvre (cf. son recueil Du rural à l’urbain, éditions Anthropos) : de la société rurale à la société industrielle avec, à l’horizon, l’urbanisation complète de la société ! 45 ans plus tard, on serait tentés de remobiliser la phrase de Gracq – plutôt que celle de Baudelaire qui originellement tent à le déplorer : “la forme d’une ville change plus vite, on le sait, que le coeur d’un mortel” (La forme d’une ville, José Corti, 1985).

Laurent Devisme

Rêve pavillonnaire, gare au modèle…

Billet d’étonnement #4

Nous avions repéré ce documentaire, diffusé le 7 janvier 2020 sur France 5 dans l’émission « Le monde en face » [1]. Le premier à voir en 2020 assurément : une émission plutôt grand public consacrée aux dessous du modèle du rêve pavillonnaire. Et un format long qui contraste avec les reportages-éclair et autres micro-trottoirs sans intérêt. Sans faire un compte-rendu de visionnage exhaustif, il nous a semblé utile de partager quelques perplexités autour d’un documentaire honnête peut-être, mais bien trop unilatéral.

Non à propos des images d’archives, souvent judicieuses (William Levitt, le roi des banlieues ; Roger Bouteville et André Pux, inventeurs des Maisons Phénix ; Albin Chalandon et Valéry Giscard d’Estaing en promoteurs de la nouvelle société de l’accession à la propriété ; Nicolas Sarkozy enfonçant le clou avec son remède universel aux problèmes sociaux) mais plutôt quant aux choix de portraits et de trajectoires, très marqués par la problématique francilienne (qui n’épuise pas la variété des modes d’habiter).

« Eloigné des bassins d’emplois, étranglés par les crédits et oubliés des services publics » : l’introduction donne le ton d’un documentaire qui propose pour fil narratif désenchantements d’abord, désillusions puis survie (!) des habitants.

Ensuite les trajectoires choisies sont souvent extrêmes et dramatiques et l’ensemble place le spectateur dans un bain sémantique et visuel qui associe un paysage homogène, très marqué par les infrastructures (lignes à haute tension possiblement nocives pour la santé, zones inondables…) à un état de santé qui évoque stress, fatigue, mélancolie, maladies. « Zones sans âme », « chaos des rocades » viennent alors légender le paysage et cela n’est pas loin de nous rappeler l’enjeu éditorial qu’a pu représenter Contre Télérama[2] : élargir et révéler les réalités quotidiennes de ces lieux périurbains. Au demeurant, une sémantique théâtrale s’y déploie ; décors en trompe l’œil, espaces préfabriqués mais aussi portraits présentés comme de quasi-personnages de fictions à l’image du navetteur ou de la mère célibataire nous renvoyant aux déconstructions satiriques de suburbs de séries américaines contemporaines[3]. Certes ces situations existent mais la généralisation est abusive.

Quels sont les portraits ?

Le reportage commence à Montigny-le-Bretonneux (et fallait-il commencer par le BBQ saucisse dans le jardin ?) puis enchaîne avec les charges induites ou cachées (le lotissement de Cercottes en lointaine banlieue d’Orléans) sur des lotissements « qui ont poussé comme des champignons ces dernières années » (on entend plus tard « des zones qui fleurissent » comme si tout cela était pure spontanéité) ; c’est ici Shéhérazade et sa famille que l’on voit d’abord en train d’arroser sa pelouse (taxe d’aménagement, taxe d’enlèvement des ordures, frais de transport) ; Jean-Pierre Jourde, formateur de profession devenu brocanteur et précaire dans un petit village près de Sens ; le champ des Alouettes près de Montargis (un promoteur sans vergogne qui a démarché des familles populaires en région parisienne) ; Paul et ses trois enfants vit un rythme surhumain (il quitte à 4h du matin son pavillon et enchaîne voiture, train… 5h de voyage par jour). Puis Edwige, parent isolé.

« Les constructeurs ont transformé le béton en or et le périurbain en Eldorado […] »

Ces « petits moyens » sont principalement dupés par des promoteurs aux aguets, aux produits renouvelés pour sensibiliser de potentiels acheteurs (l’évolutif, la domotique, les produits toujours moins chers, au loin) ou encore aux promesses qui ne seront jamais tenues (construction de gares, places en crèche). Un « arsenal » déployé par des « géants de la construction » aux success story internationales, aidés par des mesures incitatives des pouvoirs publics, posant ainsi un rapport de force à partir d’un bain sémantique quasi militaire. Plus tard, on rencontre alors la difficulté ou l’impossibilité de partir des maisons toujours en travaux et déjà abandonnées (comparaison avec certaines banlieues américaines en travelling dans la rue d’un lotissement), le placement dévalué (témoignage de Yasmine, à une vingtaine de kilomètres de Nancy) : murs lézardés, terrasses inachevées, clôtures non installées… Tout cela accentué par la bande son et des plans séquences de lotissements abandonnés ou encore de balançoires aux sièges vacillants renvoyant ici à une photographie de films post-apocalyptique ou encore à des images « que l’on pensait réservées aux banlieues nord-américaines ».

La voix off ne manque pas de nous rappeler tout au long de ces portraits que ces situations peuvent devenir « tragiques » lorsque le « ménage n’est pas solide ». Aussi, le couple stabilité-sécurité[4] mériterait -sans doute- d’être interrogé plus avant.

Heureusement, il y a ensuite Plélan-le-Grand, en Bretagne et l’examen de la condition d’élue de la commune : il est question de marges de manœuvre tout de même (rénovation énergétique) actions sous contraintes mais tout de même…

Mais la déréliction revient et le malheur s’abat sur le modèle : abattage d’arbres, diminution de la flore et de la faune, diminution de la qualité de l’eau… Un énième travelling aérien sur un lotissement en lisière de champs agricoles – instrument privilégié des transitions entre portraits- parachève la représentation d’une figure « ravageuse ».

Diabolisation de la voiture et retour à des enjeux de santé publique, stress, fatigue et mélancolie quand il n’est pas question de maladies cardio-vasculaires. Point d’orgue ou de chute, ces albigeois qui assistent impuissants à l’érection d’une nouvelle zone commerciale « sans âme », et un magasin de bricolage pour « navire amirale ». Et de faire retour sur une histoire de 30 ans, depuis la campagne mythifiée des années 1980 jusqu’à l’horreur d’une vue sur bardage blanc : des petits oiseaux au mur pour l’éternité : de quoi en faire un infarctus donc, évoqué par un voisin ! De cette spirale du déclin, il ne manquait qu’un portrait, celui de l’isolement voire de l’aliénation avec le vieillissement (cas de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin).

Ces situations sont réelles, parfois touchantes. Mais c’est l’assemblage qui commence à faire problème car la condition périurbaine renvoie aussi à d’autres trajectoires, à des hybridations de modèles. Et on peut alors plutôt se réconcilier avec les questions conclusives. En somme le rêve pavillonnaire ne se réduit pas au cauchemar et restituer une plus grande diversité de conditions périurbaines (enfants et personnes âgées, diversité des situations géographiques, etc.) n’est probablement pas inutile.

Laurent Devisme, Kévin Chesnel, Florie Colin, Markéta Fingerová

Cite this article as: laurentdevisme, "Rêve pavillonnaire, gare au modèle…," in Les écritures du périurbain, 18/02/2020, https://periurbain.hypotheses.org/515.

[1] Myriam Elhadad, Le monde en face – Rêve pavillonnaire, les dessous d’un modèle, 2020, https://www.france.tv/france-5/le-monde-en-face/1138467-reve-pavillonnaire-les-dessous-d-un-modele.html.

[2] Éric Chauvier, Contre Télérama, Allia, 2011.

[3] Gérald Billard et Arnaud Brennetot, « Quand la critique des « suburbs » envahit les séries télévisées américaines – Métropolitiques », 2011, https://www.metropolitiques.eu/Quand-la-critique-des-suburbs.html.

[4] Laurent Devisme et Anne Bossé, « Agrestic, ton univers impitoyable. La série américaine Weeds – Métropolitiques », Métropolitiques, 2011, https://www.metropolitiques.eu/Agrestic-ton-univers-impitoyable.html.

Voyage (extra)ordinaire de Nantes à Vertou

Billet d’étonnement #3

Décembre 2018 – 8h30. Je pars de Nantes, quartier de la Bottière-Chênaie, pour mon douzième entretien à Vertou. Il s’agit d’une enquête de terrain effectuée dans le cadre de ma thèse qui questionne l’adaptation de l’habitat pavillonnaire périurbain au vieillissement. Aujourd’hui je vais rencontrer Manu, un veuf qui vit dans un pavillon avec un grand jardin. Comme (presque) tout le monde à Vertou. Les vertaviens en sont fiers. C’est une commune métropolitaine nantaise, du Sud Loire, qui est recherchée pour sa proximité de la ville de Nantes et pour le calme que propose la nature qui l’entoure, les promenades au bord de la Sèvre nantaise d’une part et celles dans les vignobles d’autre part. Au début de mon enquête je me suis fixée un challenge. Je vais faire tous mes déplacements en transports en commun (j’ai un peu triché, en prenant deux fois un vélo en suivant les bords de Sèvre, une expérience fort agréable, soit dit en passant). En voiture, de chez moi à Vertou cela prendrait 15 minutes par le périphérique, une heure et demi en transports. Mais comme ça je vais me mettre dans la peau des Vertaviens qui prennent les transports pour venir à Nantes, me dis-je, en ma qualité d’anthropologue d’origine tchèque, mais nantaise depuis quelques années. L’avantage, c’est que chaque nouveau trajet est une nouvelle aventure pour moi, riche en nouveautés à découvrir aussi bien dans les transports qu’en regardant au travers les vitres. Et ça, j’aime bien.

J’ai dix minutes à pied pour rejoindre le tramway de la ligne 1 à la station « Souillarderie » (je me demande souvent d’où vient ce nom… et j’ai mes idées…). J’ai de la chance, le tram arrive. Il est vraiment bondé mais je parviens à passer en mode 2D et à rejoindre les lecteurs matinaux des nouvelles sur smartphone. Je suis comme eux. Quinze minutes plus tard, arrivée à la station « Duchesse Anne », la grande partie des voyageurs sort pour prendre le fameux Busway. Je dis « fameux », parce que dans mes entretiens avec des « anciens » de Vertou on parle souvent du Busway. Selon eux, son existence rapproche Vertou de Nantes. Ils se sentent connectés avec la ville et au CHU. Mais pour y arriver, il faut encore deux changements malgré tout (et trois quart d’heure). Mais, pour tout dire, je ne vois que rarement des personnes âgées dans le Busway.

Je prends donc le Busway, direction Porte de Vertou. On traverse l’Île de Nantes et le bus libère petit à petit ses passagers. Ça me permet de m’approcher des vitres et, du même coup, de regarder le paysage changer. La Loire est large et… sauvage. Les courants d’eau semblent être vraiment puissants. Petit à petit les grands immeubles qui étaient sur l’île de Nantes disparaissent au profit d’immeubles un peu moins impressionnants, tout devient plus petit. Après la Joliverie, le paysage change complètement. Le Busway passe d’abord par des voies étroites pour ensuite rejoindre une route beaucoup plus large. Des deux côtés on voit des maisons jusqu’à l’horizon. Des maisons et encore des maisons. Toujours des maisons. Mais les nouvelles constructions s’incrustent dans ce paysage monotone à chaque rond-point. On a l’impression que leurs habitants ont choisi d’habiter dans un appartement avec l’option « rond-point » (peut-être que cela donne droit à une réduction d’impôts ?). Il s’agit sûrement de terrains où il y avait une ou deux maisons de famille auparavant, mais qui ont été détruites avec l’objectif de construire plus de logements. Le Busway poursuit sa route et je vois à nouveau des maisons, un rond-point et un immeuble, des maisons, un rond-point et un immeuble, jusqu’à l’arrivée à la Porte de Vertou, le terminus du Busway. Je descends et je réalise que j’étais la dernière personne dans le Busway depuis quelque temps. Où sont partis tous ces gens ?

La route est en travaux et je passe un certain temps à chercher l’arrêt de bus qui me permettra de continuer jusqu’au centre de Vertou. Je le trouve enfin (il était bien caché). Je dois attendre 18 minutes. Pas le choix. Derrière moi le parking relais est en travaux, de l’autre côté il y a le rond-point où le Busway fait un demi-tour vers Nantes. En attendant et m’ennuyant, je me rappelle les paroles de Suzanne, une dame de 87 ans, qui habite à 300 mètres de là et que j’ai rencontrée la semaine dernière. Pour elle le Busway c’est « effrayant » comment ça secoue. Descendre est aussi pénible que monter. Mais apparemment il faut déjà pouvoir y arriver en marchant sur le trottoir, raconte-t-elle : « Je suis obligée de descendre sur la rue, parce que c’est plus facile. Pourtant j’ai des chaussures plates. » Même si je ne rencontre pas le même problème, j’imagine bien la galère et sa peur qui fait qu’elle préfère rester dans sa maison. En revanche on rit parce qu’elle a demandé au curé de l’église dans sa rue de transformer l’église en superette. Certes, ce serait plus pratique. Et puis elle cherche des solutions !  

Le bus 28 arrive. Le trajet est rapide, je suis toute seule, encore une fois. On passe par la route du vignoble, encore des pavillons. Un rond-point (un de plus, j’ai arrêté de compter) et d’un coup tout disparaît. C’est un peu bizarre vu que je vais dans la direction du centre-ville. Le boulevard de l’Europe est entouré par des champs. Mais, comme par enchantement, les maisons réapparaissent et même de vieux immeubles HLM (les Vertaviens n’en sont pas fiers). Derrière habitent Joseph et sa femme, d’anciens agriculteurs. Leur petite maison créé une transition douce entre la ville et la nature, c’est en tout cas ce que dit Joseph. Il raconte qu’avant déménager ici, il a sollicité Monsieur le Maire pour qu’on organise des bus qui passent régulièrement dans les villages : « Pendant une réunion avec des habitants, je pose la question, tout le monde applaudit, l’idée est formidable. Mais la réponse de Monsieur le Maire a été que notre seule solution est de nous rapprocher du centre de Vertou. On lui a obéi !  On est venu là à 75 ans ». Étonnée par son témoignage, mais en même temps contente pour lui, que sa famille ait pu s’organiser pour faire son déménagement.

L’arrivée à ma destination finale laisse s’évaporer mes souvenirs des entretiens. Je descends du bus. On se dit « au revoir » avec le conducteur et je vais regarder quel bus m’amène chez Manu dans les Mortiers. Je regarde la carte, mais il n’y a aucune information. Je tourne vers le bâtiment juste à côté, la bibliothèque et je demande à la dame travaillant à l’accueil. Elle n’est pas sûre, mais elle m’explique que probablement il n’y a aucune connexion en transports en commun et pour y aller à pied c’est loin. Je demande à l’accueil de la mairie. En effet, il n’y a aucun moyen en transport en commun pour accéder aux Mortiers. Je tombe de haut. Je réalise d’un coup à quel point je ne suis habituée à me déplacer que dans des villes.  Mais je ne vais quand même pas revenir bredouille, sans avoir mené cet entretien. Alors j’appelle un taxi et j’attends 20 minutes parce qu’il part de Nantes. Il arrive et il m’amène en quelques minutes chez Manu. On traverse une forêt. Il n’y a pas de trottoirs. Les gens doivent être vraiment habitués à ne se déplacer qu’en voiture.

J’arrive chez Manu, et à ma question comment il fait sans voiture, il se met à rire : « Je prends une trottinette comme tout le monde en ce moment ! Si je n’ai pas la voiture, j’ai le vélo ou je fais à pied. C’est tout. Qu’est-ce que vous voulez faire. On n’a pas le choix de toute façon. Le monde avance, ça ne recule jamais. » Il rigole mais en même temps il est un peu triste. Et moi je me dis que le monde pourrait avancer de la même manière pour tous quand même. A la fin Manu me propose de m’amener Porte de Vertou en voiture. Je lui en suis infiniment reconnaissante et j’accepte sans hésiter. On passe par la forêt, on croise une personne en trottinette (j’ai franchement cru que c’était une blague !). Je repars par le Busway vers Nantes. Une semaine après je retourne vers Vertou pour faire un entretien avec Paulette et Marcel. Les amis de Manu. Ils jouent à la pétanque chaque mardi après-midi. Marcel m’explique que l’année dernière Manu a été pendant longtemps très embêté à cause de l’accident avec sa voiture, il ne pouvait pas se déplacer, parce qu’« il n’y a rien du tout ». Je réalise que Manu, probablement, comme d’autres anciens que j’ai interrogé, préfère ne pas parler des choses qui pourraient être la raison du départ de chez eux ; parce que malgré les galères qu’ils racontent, c’est chez eux, et ça, c’est ce qu’ils aiment.

Markéta Fingerová

Cite this article as: marketafingerova, "Voyage (extra)ordinaire de Nantes à Vertou," in Les écritures du périurbain, 30/01/2020, https://periurbain.hypotheses.org/410.

Annonce de séminaire du REHAL : « Alternatives périurbaines / Alternatives en périurbain – De l’alternative à l’évolution de la / des norme(s) ? », Aix-en-Provence

Nous relayons une annonce de séminaire, organisé par nos collègues du REHAL, et l’appel à contribution aux ateliers du REHAL « Trajectoires des espaces périurbains » et « Alternatives dans l’habitat ». Le séminaire se tiendra à Aix-en-Provence les 2 & 3 avril 2020.

Expérience hivernale des transports en commun “au pays de l’auto”

Billet d’étonnement #2

Voici un extrait des Chroniques Québécoises rédigées à partir de mon journal de bord tenu lors d’un séjour de quatre mois, de septembre à décembre 2018, dans le cadre de mon travail de recherche autour de la condition habitante en banlieues autour de Québec. Une approche ethnographique a été privilégiée, mêlant participation observante dans une maisonnée, multiples observations, et entretiens compréhensifs chez les habitants. Bretonne d’origine, c’est la première fois que je suis confrontée au quotidien à ce climat.

Dimanche 11 novembre 2018. Le sol craque sous mes pieds, la neige s’est transformée en glace par endroits. Ils indiquent une température de -6 degrés ce matin. Malgré le vent froid, le grand ciel bleu et les rayons de soleil sont agréables en ce dimanche matin. Denis m’avait dit qu’il pourrait peut-être me porter jusqu’au terminus du Zoo ; finalement, il n’a pas besoin d’aller déneiger les entrées des logements dont il s’occupe donc ne pourra pas me conduire. Je m’apprête donc à prendre deux bus au départ de Sainte-Foy, pour me rendre à mon entrevue prévue avec Mary, une habitante d’une maison bioclimatique près du lac Poulin, à Saint-Brigitte de Laval. La distance est de 35 kilomètres environ ; il faut une trentaine de minutes en auto pour s’y rendre. En transports, je mettrais 2h30 à l’aller et 2h au retour, porte à porte, chemin que Mary m’a bien indiqué.

Le bus 801 est parfaitement ponctuel, il arrive à 8h40 à la station « Laurier », qui se situe à quelques minutes à pied de la maison où j’habite. Quelques personnes sont présentes dans bus bien chauffé ; il ne s’arrête pas à toutes les stations. Je traverse toute la ville d’Ouest en Est puis du Sud au Nord en direction du terminus du Zoo à Charlesbourg. Une fois dépassé l’autoroute Félix-Leclerc, de plus en plus de maisons sont présentes dans le paysage.

Nous arrivons au Terminus de Charlesbourg, situé au niveau d’un stationnement. Le chauffeur de bus attend un peu avant de repartir jusqu’au terminus du Zoo. En y arrivant, après une bonne heure de bus, j’attends le prochain qui devrait passer dans vingt minutes si tout se passe comme prévu. Je demande au chauffeur de bus du RTC (Réseau de transport de la Capitale) où dois-je prendre ma correspondance avec le réseau TCJC (Transport collectif de La Jacques-Cartier), il m’indique la « petite cabane » où je devrais l’attendre. Ici, certaines routes ne sont pas déneigées. Je vois des bungalows, des petites maisons, certaines étant équipées des fameux « abris tempos » pour abriter leurs voitures en cette saison. Avec la neige, les limites entre la route, les pelouses, les trottoirs, ne sont plus aussi nettes. Un camion de déneigement passe, le chauffeur est en chandail… D’autres gens sont, eux, bien emmitouflés dans leur voiture.  J’attends donc dans la cabine indiquée, protégée du vent froid et équipée avec gros manteau, bonnet et gants. Juste derrière moi, un petit cours d’eau, la « rivière du Berger », résiste et n’est pas encore gelée. C’est très lumineux, à en avoir mal aux yeux, mais cela fait énormément de bien.  

A 9h55, un petit bus bleu arrive sur la route ; rien n’indique que c’est le bus 53, comme m’avait prévenu Mary. Je monte et me renseigne avec le jeune chauffeur à casquette. Une seule personne descend du bus, et je suis également la seule à monter. Le chauffeur me dit que pendant la fin de semaine le prix du billet est de trois dollars et non pas quatre dollars cinquante. Je lui dis que je dois aller au « Sentier des Moulins », il n’est pas très réactif. Je demande si ce sera bien indiqué, que je n’ai jamais pris ce bus. « Oui oui » me répond-il nonchalamment. Je m’installe donc, je serai la seule durant tout le trajet, qui durera environ trente-cinq minutes.

Installée dans le bus, j’observe l’extérieur à travers une vitre pas tout à fait propre. Je vois un panneau « Attention – ne pas souffler la neige à moins de dix mètres du cours d’eau ». Ici, les numéros d’adresse des maisons contiennent cinq chiffres et non pas trois ou quatre comme j’ai l’habitude de voir. J’admire de belles et grandes maisons ainsi que les sapins enneigés. Un gros bonhomme de neige sur une pelouse doit faire le bonheur de ceux qui l’ont fabriqué, peut-être en famille ? Tous les arbres sont « emballés » dans des plastiques blancs pour être protégés du froid et du gel. Après être passés devant deux restaurants, je vois une maison en construction, un ouvrier est présent sur le chantier ! Cela me surprend pour un dimanche matin froid et enneigé. À ma droite, j’aperçois des stations de ski. Nous prenons maintenant de toutes petites routes, après le grand boulevard, et passons devant le parc de la Chute-Simon. Revenus sur une route principale, je pense que l’on approche de mon arrêt. On retrouve de plus grosses constructions, par exemple un immeuble d’appartements. Des maisons en bois, au style architectural proche du chalet, bornent la route. J’aperçois un grand lac à ma gauche, probablement le lac Beauport, qu’on longe quelques instants. Je vois des panneaux jaunes, du réseau TCJC, tout au long de la route. Plusieurs panneaux de prévention routière par rapport aux enfants sont également présents, qui montre un dessin d’enfant allongé à même le sol avec comme commentaire « attention cet enfant est peut-être le vôtre ». Me voilà à l’arrêt, je me rééquipe contre le froid avant de descendre. Le minibus repart dans l’autre sens après m’avoir déposée ; son circuit doit être une boucle.

Depuis le chemin du Moulin, avant le lac Poulin

Il me reste une bonne demi-heure de marche pour atteindre la maison de Mary. Je marche d’un bon pas et croise une jeune femme qui fait son jogging, elle m’épate. Je croise très peu de voitures. C’est tellement calme ! Les sons sont atténués, je perçois une ambiance très particulière, toujours sous le soleil bas de l’hiver. J’arrive au niveau du lac Poulin, je croise un couple de marcheurs, on se salue ; des motos neiges me croisent ; un homme passe la souffleuse à neige. La route devient maintenant un chemin, le chemin Fleming. Un dernier virage, une dernière montée dans la neige, bien plus épaisse ici qu’à Québec, et j’aperçois la maison. En deux heures, je suis donc passée d’un monde à l’autre, de l’ancienne banlieue devenant ville à la sérénité de ce lieu dans la nature. Je suis bien accueillie par Mary, dans cette maison en bois très agréable par sa luminosité, sa chaleur et ses matériaux. Nous nous installons dans la salle à manger pour réaliser l’entrevue, qui durera un moment.

Lac Poulin

Pour le chemin du retour, je serai encore la seule dans le bus durant tout le trajet. Je prends le bus de 13h34. Un panneau affiché dans le bus me fait sourire, « Code accès wifi : …. », qui contraste avec l’état général et le style de l’autobus. Je constate que ce chauffeur attend à chaque arrêt pour respecter les horaires, ce que ne faisait pas celui de l’aller. Je discute un peu avec le chauffeur, un homme dégarni, d’un certain âge. Je le questionne sur le peu de monde, il me dit que c’est tout le temps « de même ». Dans ce sens, les correspondances sont un peu plus performantes : deux heures plus tard, après avoir fait le chemin inverse, me voilà de nouveau chez moi.

Florie Colin

Cite this article as: Florie Colin, "Expérience hivernale des transports en commun “au pays de l’auto”," in Les écritures du périurbain, 05/12/2019, https://periurbain.hypotheses.org/187.

L’intermodalité au ras du sol et les confins de la ville

Billet d’étonnement #1

Novembre 2019, fin de journée sur l’île de Nantes. Il s’agit d’aller prendre l’avion (shame on me !) et de se préparer à l’évaluation d’un autre laboratoire. Il y a toujours plusieurs manières d’aller à l’aéroport ; la moins connue (parce que la société de transport public n’indique pas sa possibilité sur le web) est l’une des moins chères : il s’agit de s’y rendre, tranquillement mais sûrement, par le transport public ordinaire. Non pas la navette expresse ad hoc, 9 euros pour une liaison « directe et rapide » mais par le tram puis le bus pour le prix d’un ticket ordinaire (1,70 euros ou 2 euros s’il est pris auprès du conducteur à bord. « Ticket », un mot bientôt obsolète non ? Surtout si vous utilisez la carte Libertan.

Bon, départ de l’école d’architecture de Nantes, une curieuse affichette à l’entrée du bâtiment Loire annonce un « séminaire de l’encadrement » (je vous laisse deviner qui est autour du cadre, de la table et pour encadrer quoi) puis je gagne la place de la République à pied, la Poste est encore ouverte pour l’envoi de mon paquet, la rue Paul Nizan, ses tags, la nizanerie « territoire convivial des possibles »… Peut-être mais il fait froid à la tombée du jour et de fait il ne reste que 5 ouvrages dans la boîte à livres. Puis l’arrêt de tramway Vincent Gâche, direction Neustrie, ligne 3, mais travaux en cours au terminus et il semble que je ne puisse prendre la ligne de bus que j’ai déjà emprunté au terminus, travaux en cours autour du parking relais… Le site internet m’indique 42 minutes à pied, ce n’est pas trop mais l’itinéraire est assez dangereux sans trottoirs, il faut longer les glissières de sécurité, je l’ai déjà fait… Ce serait l’occasion de voir où en est la cabane des gilets jaunes !

Je repère plutôt le bus 98 que je peux prendre par exemple à Balinière (Rezé) pour rejoindre l’aéroport (la direction du bus : Saint-Aignan de Grandlieu). A l’arrêt Vincent Gâche, le tram est plus que blindé, il est vrai qu’on l’a attendu plus que de raison. Il désemplit après Pirmil, gros pôle relais, notamment de cars filant vers la campagne du Sud de Nantes (Gétigné, Geneston, Ste Pazanne, Pornic… « Aleop » est le nouveau nom ridicule de ces transports inter- et périurbains qui donnent rarement l’impression de la rapidité connotée par l’expression « allez hop ». Bref). Je sors à Balinière et c’est une nouvelle épreuve ici : non plus celle de l’ajustement des corps au touche-touche dans la rame mais celle du repérage. Mais où donc passe le 98 à Balinière ? Aucun indice, une première demande, l’homme me répond « oui ce n’est pas si simple » et continue son chemin (merci du truc), une vieille dame ensuite me dit qu’elle ne le prend jamais mais qu’il est sûrement dans les environs (bon courage me lance-t-elle), puis une jeune femme me dit que c’est la deuxième route après le rond-point, 200 ou 300 mètres plus loin… Etrange unité de lieu ! Qu’est-ce qu’un lieu me demandè-je alors ? Je repense à Vidal de la Blache et la géographie vue comme « science des lieux » ou repense plus simplement que le lieu est « là où quelque chose se trouve ou/et se passe ». Mais c’est justement problématique. Est-ce que Balinière est un lieu ? Le tout est de trouver le poteau « Balinière » de la TAN, maisons du bord de route de plus en plus basse. Flot continu de voitures, de plus en plus de SUV mais aussi des cyclistes qui même éclairés restent encore bien discrets. Plus grand-chose n’est fait pour eux ici, des flèches effacées sur le bitume, pas beaucoup plus… Pas d’assise ni d’abri, Balinière n’est qu’un « arrêt » où j’attends un petit quart d’heure, fréquence lente. Deux ados ensuite, voix fortes et chamailleuses, une employée et sa jeune fille sortie du périscolaire. Nous attendons le bus qui arrive à l’heure mais chemine pourtant de plus en plus lentement, trafic dense. Je me dis que nous nous promenons dans le périurbain (« Croix de Rezé », « moulin à l’huile », « jaguère »), alors que nous sommes à Rezé, cette ville de hameaux. Plus loin, les arrêts « aérospatiale » et « airbus » avant l’aéroport. On passe des lieux-dits et toponymes d’hier à l’annonce littérale des entreprises qui font la fierté locale. Le giratoire de l’aéroport est bouché, le bus stoppé à 100 mètres de son arrêt. Le chauffeur au bout de quelques minutes laissera finalement sortir les voyageurs pressés qui font rouler leurs valises au pas de course entre giratoire, ancienne ligne de chemin de fer (oui, pas difficile d’imaginer une desserte cadencée depuis Nantes jusque ce pratique aéroport) puis cheminement indiqué entre barrières et plots. Tout cela prend finalement une heure, pas si pire, mais je regrette un peu de ne pas être venu en vélo ! Ressenti d’une traversée périurbaine en slow motion, on n’est pourtant pas dans les « couronnes périurbaines ». Le trajet et la carte, ce n’est décidément pas la même chose.

Arrivée à Toulouse (une des capitales de la dispersion urbaine si l’on peut dire !), il fait aussi froid qu’à Nantes mais l’accent est chantant. Un tramway possible ici depuis l’aéroport, je longe de nouveaux ensembles urbains tout au long du trajet et descend aux Arènes où l’on peut retrouver le métro automatique. Ligne 1 vers le capitole – et oui c’est place du capitole que l’on retrouve les collègues… Avant de rejoindre plus tard l’Ibis du Mirail sur la même ligne, cela fait longtemps que je ne m’y suis pas promené. Et voici l’autre étonnement. Une majorité de collègues – essentiellement parisiens – est proprement scandalisée d’être parquée là, jusqu’à provoquer une colère noire ! L’un des propos : « un sordide Ibis pour routiers perdu au fond de nulle part ». Je suis estomaqué. Il y quand même de la violence de classe là-dedans. Certes nous aurions pu, à moindre frais, être logés dans l’intra-muros plus sympathique mais enfin, une nuit au Mirail, ce n’est pas le fond de nulle part. Environnement routier assurément, cheminements piétons incertains, peu éclairés mais c’est une petite aventure non ? Surtout si l’on croit être au fond de nulle part alors que nous sommes à quelques encablures d’une utopie architecturale et urbaine dont le devenir est bien instructif pour qui s’intéresse à l’espace des sociétés. Ne faut-il pas un peu se décentrer ? Pas de beaucoup, à peine 5 kilomètres, nous sommes toujours sur la commune de Toulouse, dans les parages d’une ZUP édifiée au début des années 1960 et qui fit la fierté des rues-corridors et de l’urbanisme de dalle. Autre époque, autres mœurs. Mais les confins de la ville ? Une blague non ?

Laurent Devisme

Cite this article as: laurentdevisme, "L’intermodalité au ras du sol et les confins de la ville," in Les écritures du périurbain, 05/12/2019, https://periurbain.hypotheses.org/243.

Compte-rendu du séminaire 2 du Groupe de Recherche : « L’agir spatial et temporel des habitants du périurbain »

Compte-rendu du séminaire n°2 ayant eu lieu à Nantes (ENSA – CRENAU) le 30 septembre 2019.

Présentation des travaux autour des questions suivantes : L’agir spatial et temporel des habitants du périurbain. Initiatives, transformations et adaptations habitantes.

1.      Quelles perspectives de co-design pour l’adaptation de l’habitat périurbain des « aînés » ? – Markéta Fingerová

2.      Limites périurbaines et couleurs localesDelphine Dejean

3.      Habiter en immeuble dans le périurbain francilien : adaptation ou inadaptation des habitants à une forme urbaine promue par les politiques publiques ?Claire Fonticelli

4.      La refondation des lieux de commerce en milieu périurbain par le consommateur et son hypermobilitéIwan Le Clec’h

5.      Individuel dess(e)in. Quel avenir pour le parc des maisons individuelles en première couronne des agglomérations françaises face à la transition énergétique ? – Le cas de RezéCéline Drozd, Ingénieur de recherche Ministère de la Culture (MCC)

6.      La maison ordinaire, entre architectes et CMistesNicole Garo, Architecte DPLG

7.      Grand débat sur le thème de la longévité : Atelier “Les observateurs” à VertouPascale Lostanlen, Service Solidarités de la ville de Vertou (44)

Laurent Devisme

Professeur d’études urbaines à l’ENSA Nantes, mon travail relève principalement, au sein des sciences de l’espace des sociétés, d’une approche ethnographique de l’urbanisme. Comment se déploie aujourd’hui la fabrique urbanistique, quelles sont les raisons de l’action aménagiste ? Mes travaux concernent principalement : l’urbanisme comme pratique technico-politique de transformation intentionnelle des espaces ; l’approche expérimentale de la sociologie urbaine et la connaissance des territorialités contemporaines ; les théories des sciences de l’espace des sociétés et l’enjeu des théories de l’action et du sens pratique aménagiste.

 

Markéta Fingerová, anthropologue et doctorante

https://aau.archi.fr/equipe/marketa-fingerova/

Co-design avec des habitants aînés pour l’évolution de la conception et de l’adaptation de l’habitat pavillonnaire dans les milieux périurbanisés.

RÉSUMÉ DE LA THÈSE : Cette recherche aborde la question de l’adaptation de l’habitat pavillonnaire au vieillissement de la population dans les milieux périurbanisés, les habitants aînés étant les détenteurs de savoirs et de savoir-être issus de leurs comportements, pratiques et habitudes. Cela en fait des usagers innovateurs pour le design de l’habitat. Il apparaît donc impératif de collaborer avec eux dès sa conception par la mise en place de dispositifs et d’écosystèmes adaptés. L’environnement résidentiel des zones périurbanisées représente un cadre familier, sécurisant et une forme d’indépendance pour ses habitants mais il peut devenir hostile pour les plus âgés. Les transitions qu’impose le vieillissement les amènent de vivre dans leur maison d’une manière différente. L’enjeu principal de la thèse est d’imaginer et mettre en œuvre une démarche de co-design avec des habitants aînés pour proposer des solutions d’adaptation de l’habitat pavillonnaire au vieillissement. La méthodologie s’appuie sur une démarche qui croise les disciplines de l’anthropologie, de l’architecture et du design. Dans l’écosystème des compétences que mobilisent l’architecture et le design, l’anthropologie apparaît de plus en plus comme une ressource essentielle pour humaniser l’innovation. Nous avons réalisé une étude ethnographique dans les milieux périurbanisés nantais avec des aînés et leurs aidants. Elle a identifié le besoin d’une approche spécifique dans la façon de faire du co-design avec cette population pour trouver les bons outils qui « accompagnent » l’habitant aîné dans le co-design et l’aident à s’exprimer et imaginer des solutions. Comment harmoniser et équilibrer le pouvoir décisionnaire des personnes vieillissantes et de ceux qui les entourent (famille, acteurs locaux…) ? L’étude ethnographique a permis d’identifier les thématiques à développer pendant des ateliers de co-design et les outils de travail idoines, pour expérimenter et évaluer ensuite des modèles de co-design et des supports de créativité en incluant les aînés, leur famille et d’autres acteurs. Notre recherche s’attache ainsi à répondre à la question : Comment l’habitant-aîné peut-il s’exprimer et se faire entendre par son entourage au sujet de l’adaptation de son pavillon au vieillissement ?

DIRECTEUR DE LA THÈSE : Daniel Siret (École nationale supérieure d’architecture de Nantes – Laboratoire Ambiances Architecture Urbanités – Centre de recherche nantais Architectures Urbanités) & CO-ENCADRANT : Gaël Guilloux (École de design Nantes Atlantique)

CHAMPS DISCIPLINAIRES : Urbanisme – Aménagement de l’espace

MOTS-CLÉS : habitants aînés, maison, adaptation au vieillissement, périurbain, pratiques habitantes, modes de vie, habitudes, transitions, ethnographie, design-ethnographie, co-design, interdisciplinarité

TERRITOIRES ANALYSÉS : périurbain nantais (Vertou, Rezé)

FINANCEMENTS :  50% financement doctoral du Ministère de la Culture, 50% financement doctoral de RFI-OIC

Kévin Chesnel, architecte DE et doctorant

https://aau.archi.fr/equipe/chesnel-kevin/

Le périurbain en projet, de Pornic à la Vilaine

RÉSUMÉ DE LA THÈSE : À l’heure de l’incertitude économique, écologique, politique, les enjeux autour de la question « périurbaine » se renouvellent. Cette incertitude conduit à un changement de paradigme qui voit aujourd’hui des acteurs de la fabrique territoriale se repositionner sur la question « périurbaine ». Dans ce cadre, nous nous proposons d’enquêter sur des « fabriques périurbaines » au prisme de différents projets dans la région de Saint Nazaire (projets de territoire, d’habitat…). Il s’agit notamment de les questionner d’une part du point de vue d’un urbanisme ordinaire (PLU, lotissements…) et d’autre part, du point de vue d’un urbanisme « exceptionnel » (démarches de projets « expérimentales »). Ainsi, nous nous intéressons à la relation entre des acteurs, des territoires et des instruments organisationnels. Dans une posture pragmatique, nous analysons la concrétisation de ces projets afin d’identifier les freins et leviers au développement d’un urbanisme de projet au sein des espaces périurbains. L’étude de ces « ingénieries » constitue un moyen de comprendre comment agissent les acteurs au sein de ces territoires et ainsi de renouveler les connaissances sur le périurbain. Prenant pour terrain d’étude le littoral ouest atlantique, de la Vilaine à Pornic, il s’agit également d’identifier des « figures » périurbaines (la multipolarité, le rétrolittoral, la métropole villageoise…), d’analyser leur appropriation par les acteurs de l’aménagement et de mesurer l’évolution des cultures professionnelles dans une perspective de changement (attitudes, compétences et activités). Enfin, nous questionnons le rôle de la mise en place de « démonstrateurs » d’habitat, permettant de faire médiation entre les différents acteurs du « périurbain ».

DIRECTEUR DE LA THÈSE : Laurent Devisme (École nationale supérieure d’architecture de Nantes – Laboratoire Ambiances Architecture Urbanités – Centre de recherche nantais Architectures Urbanités)

CHAMPS DISCIPLINAIRES : Urbanisme – Aménagement de l’espace

MOTS-CLÉS : Périurbain, projet, figures, acteurs, démonstrateurs, littoral

TERRITOIRES ANALYSÉS : Nantes Métropole, Saint-Nazaire

FINANCEMENT : CIFRE avec l’Agence d’urbanisme de la région de Saint-Nazaire