Compte-rendu du séminaire 3 du Groupe de Recherche : « Enquêter en situations périurbaines. Positionnements hybrides et méthodes spécifiques »


Compte-rendu du séminaire n°3 ayant eu lieu à Nantes (ENSA – CRENAU) le lundi 4 avril 2022.

1 / Il n’y a d’égal que nos manœuvres, où comment éditer une recherche 10 ans aprèsAnne Bossé, enseignante-chercheure, ENSA Nantes, laboratoire AAU-CRENAU

2 / Une mnémosyne pavillonnaire. Tentative d’épuisement du pavillon en tant qu’objet féticheCamille Michel, architecte, plasticien, doctorant au LéaV

3 / De quoi l’artificialisation des sols est-elle le nom ? Sylvain Grisot,
urbaniste, doctorant au laboratoire AAU-CRENAU

4 / Quel avenir pour les maisons individuelles du périurbain ? L’exemple de Claire Cité à Rezé : patrimonialisation d’un lotissement ordinaire en mutation Céline Drozd, chercheure au laboratoire AAU-CRENAU

L’attachement aux « grands espaces »

Allons cette fois-ci vers de « grands espaces » – des espaces ruraux, de campagne, mais aussi ceux de la liberté et de l’imagination [1] -, qui s’écrivent et se dessinent sous le coup de crayon de Catherine Meurisse (BD publiée en 2019). Cette dernière a grandi dans un petit village des Deux-Sèvres, ses parents ayant pris la décision de déménager de la ville à la campagne. Elle affirme : « les grands espaces, c’est d’où je viens ». Cet album mêle sensibilité et poésie, évoquant diverses références littéraires (É. Zola, M. Proust), en plus d’une certaine critique, voire dénonciation, politique.

De nombreux liens à l’imaginaire autour de la nature sont faits, saisissant le lecteur dès la première page : les lignes dessinées tracent une porte depuis l’appartement parisien vers les prés de son enfance. L’auteure fait une sorte d’« ode à la nature », évoquant la « provision de paysages, d’odeurs, de silences » nécessaire lors de sa venue à la campagne. Télérama qualifie cette BD comme un « plaidoyer pour la beauté des campagnes sans pesticides ni lotissements » (2020) [2].

L’auteure évoque aussi la matérialité de sa maison en pierre – qui au départ est en fait une ruine – en mettant en avant les cinq sens, et particulièrement le toucher, très important dans sa démarche et son lien aux souvenirs d’enfance. Elle raconte comme « les pierres [les] émouvaient » : les sentiments, l’affect, les émotions sont mises en dessin ; cela ramène au livre de François Vigouroux, L’âme des maisons (2004), qui dépeint des histoires d’hommes, de femmes, et les liens avec leurs maisons. Au-delà de ce souvenir, quand il n’y avait encore « rien », Catherine Meurisse raconte la capacité à imaginer et à projeter la future maison (de la salle à manger, aux chambres, en passant par la cuisine). À la suite de la mise en place de ces espaces du logement, le lien aux objets survient aussi, avec ce musée Pierre Loti qui permet d’exposer toutes sortes de « petits trésors », non sans rappeler l’ouvrage L’attachement aux choses de Thierry Bonnot (2014). Finalement, ces murs en pierre, épais, qui se montent petit à petit, les protègent : la maison est vue comme un nid, une coquille. La sensation de « perdre sa maison d’enfance » est une figure fréquente. L’auteure revient alors sur le choix de ses parents d’habiter dans une grande maison, sur un grand terrain. Ils veulent léguer à sa sœur et elle du bâti, des meubles, des objets, des arbres – sa mère ayant même fait des boutures de chaque essence du jardin, « au cas où ». Les notions de transmission par les parents et d’héritage sont visibles. On est ici dans une sorte d’écriture de la nostalgie, de la figure d’un « retour sur ».

Au-delà de l’affect, Catherine Meurisse tient aussi à parler de la périurbanisation du monde rural, en incluant la dimension politique. En effet, des messages forts sont présents derrière la légèreté et la poésie de ses images et textes. Elle dénonce les pesticides, le remembrement (ces haies rasées et replantées, rendant mélancoliques ses parents qui expriment avec douceur et nostalgie la campagne de bocage et de sentiers, où les insectes abondaient), l’agriculture productiviste, les transformations des paysages, les lotissements homogènes… Catherine Meurisse parle de ses « convictions rurales » et de sa « hargne envers les ronds-points », assez récurrente chez les détracteurs des milieux pavillonnaires. Une émission de France Inter, « Où mènent les ronds-points ? », est dédiée à cet « objet » typique de ces espaces.  

La protagoniste vit dans une région entre « hommage au passé » (avec le parc du Puy du Fou, créé en 1989) et « vénération du futur » (avec celui du Futuroscope, créé en 1987), qu’elle évoque non sans ironie voire moquerie, tout en finesse. Elle surnomme ces deux projets Futuroland et Fuy du Pou ; ils ont fait l’objet de diverses controverses. Le projet du Futuroscope, réduit à cette maquette du futur, est moqué par le père qui glisse innocemment devant la télé qu’il ne sait plus qui a dit « il faut supprimer la peine de mort, sauf pour les architectes », évoquant la réplique de l’instituteur joué par F. Lucchini dans le film L’arbre, le maire et la médiathèque (1993) de Éric Rohmer. Cette phrase rappelle aussi l’ouvrage de Philippe Trétiack au titre provocateur, Faut-il pendre les architectes ? (2001) qui veut mettre au jour la méfiance populaire envers ces derniers. Les bâtiments du Futuroscope seront, plus tard dans l’histoire, comparés à la pyramide du Louvre (construite deux ans après l’ouverture de ce parc) ; pour des yeux d’enfants, ces bâtiments sont comparables, d’où cet « air de déjà-vu » évoqué à la visite de la pyramide. Un autre architecte mis en scène – moqué, avec son image de parisien qui « débarque », déconnecté de la réalité propre au territoire – est celui de la base de loisirs qui fut elle aussi controversée (peut-être Adillons Nature à Luché-Thouarsais ?). Dans cette commune, les panneaux et pancartes envahissent l’entrée de la ville, image résonnant avec le Prix de la France moche, mis en place par l’association Paysages de France.

Catherine Meurisse parle aussi de son lien aux animaux, de la biodiversité, de la mort des insectes [3] et de ses animaux enterrés dans des boites GÉMO, avec cet oxymore de l’animal à la campagne finissant dans une boîte de grande distribution de la zone commerciale d’à côté. L’image est significative des différents mondes qui se heurtent, se côtoient, non sans contradictions. Le Festival du Cabicou évoqué poursuit cette idée, avec la citation suivante de la mère de l’auteure : « on se demande parfois si la campagne, qui s’est toujours moquée de la ville et de son hystérie, ne veut pas se faire aussi grosse qu’elle ». Elle constate alors les transformations des territoires et des identités qui sont à l’œuvre, en dénonçant par la même occasion la société des loisirs [4]. L’idée de quitter ou de passer d’un monde à l’autre est aussi exprimée quand Catherine sort de sa « bulle » et qu’elle va voir à vélo « si le rêve existe aussi dehors » et pas seulement « dans la nature », elle qui « reprend toujours ses droits », faisant alors un lien entre deux mondes. Les termes employés permettent de montrer une certaine violence et puissance des émotions : elle évoque le « paradis » de la campagne dans laquelle elle vit et l’« enfer » des lotissements uniformes, ses parents évoquant leurs colères face aux transformations paysagères, bâties et face à la monoculture (qualifiée d’ailleurs de « monoconnerie »).

Rappelons que le concept d’« espace » que l’on retrouve ici est large et polysémique : espace géographique, social, vécu, conçu, perçu… on peut pour cela se référer notamment aux travaux de Henri Lefebvre ou encore à ceux du géographe Armand Frémont. Ici, ces différents types d’espaces sont décrits, analysés, racontés, narrés.

En regard à ce roman graphique, il pourrait être intéressant de voir comment la bande dessinée de David Prudhomme, Du bruit dans le ciel (2021) traite de cette question de l’enfance dans une petite ville. Peut-être l’occasion d’un prochain billet, dans la continuité de ce dernier ?

Finalement, avec sa grande capacité à faire rire, étonner, surprendre, cultiver et émouvoir, Catherine Meurisse mobilise bien d’autres références, imaginaires, faits d’actualités, qui ne sont pas rapportés dans ce billet ; une invitation donc à découvrir et lire cette belle bande dessinée !

Florie Colin

Cite this article as: Florie Colin, "L’attachement aux « grands espaces »," in Les écritures du périurbain, 30/05/2022, https://periurbain.hypotheses.org/785.
 


[1] Les Grands Espaces : interview de Catherine Meurisse (extrait), par l’équipe Dargaud, 11 septembre 2018, https://www.dargaud.com/actualites/les-grands-espaces-interview-de-catherine-meurisse-extrait-photo

[2] https://www.telerama.fr/livre/les-grands-espaces,-le-plaidoyer-pour-la-nature-de-catherine-meurisse,n5866130.php

[3] Faisant notamment écho aux récents rapports du GIEC sur le réchauffement planétaire

[4] Nous pouvons alors remobiliser Joffre Dumazedier et sa « civilisation du loisir » (1962)

Séminaire 3 du groupe de recherche : “Enquêter en situations périurbaines. Positionnements hybrides et méthodes spécifiques”

Lundi 4 avril 2022 – 14h00 – 17h30

ENSA NANTES – 6 quai François Mitterrand, 44200 Nantes – Grande salle du CRENAU

Pour ce troisième séminaire, nous proposons d’interroger les ressorts de l’enquête en situations périurbaines, à partir de l’actualité de travaux de recherche.

Nous nous intéresserons, d’une part, aux positionnements variés des chercheurs sur leurs terrains d’enquête, entre recherche et pratique (architecture, urbanisme, arts plastiques…), entre approche focalisée, ambulatoire et combinatoire, permettant d’interroger les promesses de la multipositionnalité pour la recherche sur le périurbain.

D’autre part, nous nous focaliserons sur les outils et méthodes de l’enquête (écriture, photographie, dessin, musique…) permettant de décrire et analyser les pratiques, les représentations et les imaginaires périurbains. Positionnées à la croisée des mondes de l’architecture, ces pratiques d’enquêtes permettront plus largement d’interroger l’interdisciplinarité en actes.

Petites villes et cinémas associatifs

Florie Colin et Ronan Keroullé, 2021 : « Déambulations autour des cinémas dans le périurbain nantais », in F. Madoré, J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, S. Loret, Atlas Social de la métropole nantaise [En ligne], eISSN : 2779-5772, mis à jour le : 11/03/2021, URL : https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=582, DOI : https://doi.org/10.48649/asmn.582.

Ronan Keroullé, 2020 : Cinémas de petites villes, mémoire-recherche, ENSA Nantes, 176 p.

***

Été 2019. Le laboratoire de recherche AAU (équipe CRENAU, ENSA Nantes), une thèse en cours sur les modes de vie dans les territoires “périurbains”, la mission SCALA : c’est à cheval entre ces différents contextes que s’est mis en place le stage-recherche de Ronan Keroullé – alors étudiant de Master 2 à l’ENSA Nantes -, co-encadré par Florie Colin et Laurent Devisme. Ce travail de quelques mois démarre notamment avec différentes déambulations au cœur de quelques petites villes autour de Nantes et Saint-Nazaire : Ancenis, Blain, Guérande, Héric, Le Croisic, Le Pouliguen, Nozay, en allant jusqu’à Redon. Des échanges réguliers, notamment sur les spatialités et usages “dans” mais surtout “autour” des cinémas, ont lieu, en partenariat avec le Cinématographe qui coordonne la mission SCALA, mais aussi avec un photographe, Christian Chauvet. Il est question de l’implication des bénévoles dans les programmations des cinémas, de la place des cultures cinématographiques dans des territoires sous influence des multiplexes, des équipements eux-mêmes et de l’éducation à l’image… Cette enquête met en avant une approche sensible des territoires, à la recherche des traces (visuelles, symboliques) du cinéma dans les petites villes.

***

Pour consulter le mémoire-recherche écrit par Ronan Keroullé, cliquez ici (vous pouvez également consulter le livret photos ici).

Pour consulter la planche en ligne sur l’Atlas social de la métropole nantaise, cliquez ici.

Florie Colin & Laurent Devisme

Soutenance de thèse de Markéta Fingerová

Processus et outils de co-design avec des habitants, designers et architectes pour adapter l’habitat pavillonnaire périurbain au vieillissement.

Elle aura lieu le jeudi 16 décembre 2021 à 14h à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (amphi 150 bis et visio-conférence).

Rattachement : École doctorale SPI (Sciences Pour l’Ingénieur).
Spécialité : Architecture et études urbaines.

Laboratoires : CRENAU, UMR 1563 AAU, ENSA Nantes.

Financements : 50% financement doctoral du Ministère de la Culture, 50% financement doctoral de RFI-OIC.

Composition du jury :

  • Annie Gentès, Professeure, CY École de design (rapporteure)
  • Vincent Caradec, Professeur, Université de Lille III (rapporteur)
  • Catherine Elsen, Professeure, Université de Liège (examinatrice)
  • Fanny Cérèse, Docteure, Atelier AA Architecture humaine (examinatrice)
  • Lionel Rougé, Maître de conférences, Université de Toulouse (examinateur)
  • Vincent Tourre, Maître de conférences, École Centrale Nantes (examinateur)
  • Daniel Siret, Ingénieur de recherche Culture, École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (directeur de thèse)
  • Gaël Guilloux, Docteur, Les Bolders (Co-encadrant)
Vertou-Beautour.
Crédit photo : Markéta Fingerová, 2019

Résumé :

Cette thèse porte sur les enjeux du maintien à domicile des habitants vieillissants. Vieillir chez soi, même en situation de dépendance, est la voie choisie pour de nombreuses raisons par les personnes âgées et les acteurs publics. En outre, une grande partie des français âgés de 80 ans et plus vieillissent dans des pavillons en milieu périurbain. La question traitée dans cette thèse est de savoir comment amener ces habitants à adapter leur pavillon périurbain au vieillissement, et d’évaluer si les approches de co-design peuvent être pertinentes pour cette population. La thèse présente ainsi une recherche interdisciplinaire qui croise les démarches en anthropologie, en design et en architecture. Le terrain de la recherche se situe dans les premières couronnes périurbaines nantaises.

Les trois premiers chapitres rassemblent les connaissances sur le co-design avec des personnes âgées, les données relatives au vieillissement de la population en France et les enjeux associés, ainsi que la méthodologie de recherche qui s’inspire des approches de la recherche-action et du design-anthropology. Les trois chapitres suivants présentent les résultats de notre recherche, en commençant par l’enquête ethnographique menée avec des habitants vieillissants à domicile qui identifie trois thèmes transversaux sur la problématique du vieillissement en pavillon périurbain. Ces thèmes sont mobilisés pour expérimenter des ateliers de co-design dont nous analysons les processus et outils, ainsi que les interactions entre les acteurs habitants ainés, designers et architectes.

Abstract :

Codesign process and tools with elderly inhabitants, designers and architects in order to adapt peri-urban pavilions to aging at home.

This thesis focuses on the challenges of home support for aging residents. Aging at home, even in a situation of dependency, is the path chosen for many reasons by the elderly and public actors. In addition, a large part of French people aged 80 and over, age in pavilions in peri-urban areas. The question addressed in this thesis is how to get these inhabitants to adapt their peri-urban pavilion to aging, and to assess whether co-design approaches can be relevant for this population. The thesis thus presents an interdisciplinary research, which crosses approaches in anthropology, design and architecture. The research field is located in the first suburban areas of Nantes.

The three first chapters bring together knowledge on co-design with the elderly, data relating to the aging of the population in France and the associated challenges, as well as the research methodology, which is inspired by the approaches of action research and of design-anthropology. The following three chapters present the results of our research, starting with the ethnographic survey carried out with aging residents at home, which identifies three cross-cutting themes on the issue of aging in peri-urban areas. These themes are used to experiment with co-design workshops for which we analyze the processes and tools, as well as the interactions between senior residents, designers and architects.

Métropole et justice spatiale

Métropole et éloignement résidentiel – Vivre dans le périurbain lyonnais
Eric Charmes (dir.), Paris, Editions autrement, 2021, 141 pages.

Alors que les débats sur la périurbanisation se sont longtemps concentrés sur les effets de l’étalement urbain, l’ouvrage dirigé par Éric Charmes dépasse ce prisme d’analyse. A partir d’une enquête sur les dynamiques résidentielles dans le périurbain lyonnais, il questionne la dynamique centrifuge de la métropolisation et les enjeux de justice sociale. Ainsi, dans la continuité de travaux de géographie sociale, il contribue à rendre compte d’une pluralité de modes d’habiter périurbains et explore les enjeux du coût résidentiel à travers la question de la précarité énergétique.

Pour lire la recension : cliquez ici

Kévin Chesnel

Les dessous de la fabrique d’un quartier d’habitat à Auray

Le film-documentaire « Huis clos pour un quartier », réalisé par Serge Steyer en 2007, documente la fabrique d’un quartier d’habitat à Auray. Situé à une vingtaine de minutes de Vannes en voiture, cette petite ville attractive voit son nombre d’habitants croitre régulièrement (environ 12 000 habitants à l’époque du film, 14 000 aujourd’hui). Dans ce contexte, la municipalité décide d’initier au début des années 2000 une « opération innovante » sur un vaste terrain constructible (acheté par le promoteur qui rétrocède 1/3 à la commune) situé au Nord-Est de la ville, non loin de la rivière du Loc’h.

La traversée des coulisses de cette fabrique territoriale périurbaine débute par un travelling dans les rues d’un lotissement pavillonnaire d’Auray, où un couple d’urbanistes, Marion et Sylvain, critiquent la ville « ordinaire ». En sus, une voix off reprend quelques lieux communs de la critique périurbaine, chiffres à l’appui : tous les cinq ans en France, un million de maisons individuelles sortent de terre, et une superficie équivalente à un département est consommée. Nos urbanistes disent alors vouloir « éviter le désastre » et prônent un « vrai quartier de vie » ; ils sont motivés à changer le « chacun chez soi derrière sa haie de thuya » et le « périurbain dans toute son horreur ». Le ton est donné !

Au-delà, ce documentaire – toujours d’actualité [1] – permet d’analyser les jeux d’acteurs dans les processus de fabrique de la banlieue pavillonnaire. On y suit le quotidien professionnel de ces urbanistes confrontés aux avis des élus – parfois impuissants -, des promoteurs et de l’architecte, tentant de s’insérer dans ce projet pour l’améliorer et pour « mettre en forme la ville ». Ils ne seront mandatés officiellement par la mairie et par le promoteur privé pour le plan masse que très tardivement.

Le réalisateur donne à voir moins la ville « périurbaine » comme produit, comme résultat, que comme un processus de fabrique. Il retrace de manière habile la mise à l’épreuve des engagements des protagonistes, les intérêts et luttes d’influences, les jeux de pouvoir entre ces différents acteurs. Pour cela, le scénario alterne situations en ateliers, visites de terrain et réunions en mairie où l’on peut suivre les différentes échanges – parfois houleux – autour de ce projet de 250 logements qui se construit entre négociations, altercations et compromis.

Très instructif, nous l’avons revisité à l’occasion de cours en institut d’urbanisme (Institut de Géoarchitecture, Université de Bretagne Occidentale, Brest) ou en école d’architecture (ENSA Nantes), 15 ans plus tard. Les étudiants ont analysé le film pour saisir et appréhender :

    • les rôles des acteurs (maire, élus, urbanistes, promoteurs, architecte) ;
    • les enjeux et objectifs de chacun des acteurs, en saisissant différents points de vue, les intérêts et stratégies de chacun ;
    • les relations entre les différents acteurs et les registres d’interactions et de pouvoir entre eux ;
    • la complexité des processus à la fois de décisions et de production de la ville ;
    • les visions de la ville des différents protagonistes.

Tout au long du documentaire, les deux urbanistes défendent un modèle d’urbanité marqué par une certaine densité, une diversité des formes bâties, des activités et des populations : une centralité pour Auray, un « vrai quartier de vie » pour tous – des enfants aux personnes âgées – en évitant le « chacun pour soi ». En somme, « [On ne veut pas] ici les riches, là-bas les pauvres, on dort là, on travaille à 20 km, et la bagnole dix fois par jour ».

Ils proposent de décliner cette ambition à travers des équipements collectifs, des espaces publics, des espaces verts ainsi qu’une « mixité à la parcelle », objet de débats avec notamment ceux concernant le stationnement ! Ce « melting-pot », cette « salade composée », cette « mixité totale » proposés par Marion et Sylvain plaît au maire mais tout cela sera balayé d’un revers de main par les promoteurs et leur architecte, mus par des objectifs de rentabilité et des habitudes de travail qui peinent à évoluer.

Des conflits entre urbanistes et architectes apparaissent de manière redondante. Entre provocations et marques d’agacement, ils pointent des visions radicalement différentes du projet et de la ville de manière plus générale. L’architecte se dit plus « pragmatique » que les urbanistes, car il « fait des tableaux, des chiffres » et défend « ce que veut son client ». D’un autre côté, Sylvain trouve aberrant qu’un seul architecte s’occupe de 200 logements (et pour cause !). Marion temporise, mettant en avant le fait qu’une seule réunion ne peut ni changer les modes de faire des promoteurs immobiliers – guidés par la logique économique -, ni assurer une compréhension parfaite des enjeux par tous les élus. Un point problématique résume bien ces visions divergentes : l’architecte du promoteur dit « c’est périurbain, on cherche pas l’urbanité très forte » tandis que nous devinons facilement que Marion et Sylvain ne cautionnent pas cette idée.

Au-delà de quelques stratégies agiles de communication (tournée diplomatique plan-masse en main, vidéo de comparaison des projets…) de la part de nos urbanistes, pointons pêle-mêle les thématiques qu’ils mettent en débat, sujets récurrents dans l’aménagement périurbain [2]  :

    • espaces verts ;
    • stationnements (qui amènent à de multiples désaccords : trop ou pas assez selon l’adjointe à l’environnement ou le promoteur. 30, 50 ou 70 % de stationnements ? En souterrain ou non ?) et place de la « sacro-sainte voiture » ;
    • densité de l’habitat [3] ;
    • formes et morphologies de villages ou de lotissements (avec alignement sur rue ou non, avec des jardins en cœur d’îlots qui pourraient être plus grands, concevoir avec des matériaux et couleurs diversifiés) [4] ;
    • Loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains (loi SRU) ;
    • commerces de proximités à inclure dans les projets ;
    • mixité sociale ;
    • logiques économiques dans la fabrique de l’habitat
    • etc.

C’est finalement la question de la banalisation et de la standardisation des paysages qui est exposée. D’ailleurs, une scène présente au début du documentaire est assez évocatrice : les maisons dessinées par les enfants de Marion et Sylvain nous plongent dans les imaginaires liés au pavillonnaire. Ces dessins côtoient le dossier contenant les documents d’urbanisme et le projet conçu par le couple.

Revenons-en aux résultats. Qu’en est-il, aujourd’hui, de ce quartier qui prévoit 250 logements à terme ? Le projet qui s’implante sur environ cinq-six hectares de friches urbanisables au nord-est de la ville semble encore poser plusieurs problèmes aux habitants qui désespèrent de vivre dans un « chantier permanent », entre absence de numéros des rues, saleté et insécurité des chantiers, malfaçons et absences de finitions. 

En outre, les photos du site actuel laissent voir que les propositions de Marion et Sylvain n’ont pas réellement abouti. On y retrouve un quartier composé de projets plutôt « standardisés » à première vue malgré des formes individuelles et collectives, qui laisse une grande place aux stationnements et qui ne semble pas constituer une centralité équipée malgré les efforts fournis.

bretagne-sud-habitat.fr

Alors que reste-t-il ? Nous rejoignons ici volontiers l’idée que le travail – au long cours – des urbanistes contribue à la prise en compte de la complexité de l’urbanisme et à une prise de conscience progressive des enjeux de la qualité des projets d’habitat périurbains par les élus. Et ce, à défaut d’avoir pu réaliser une opération « innovante ».

Bref, vous l’aurez compris, ce billet est une invitation à visionner « Huis clos pour un quartier » qui contribue fortement aux écritures du périurbain, et même, pourquoi pas, à visiter « le Vallon de Rostevel », une quinzaine d’années après la sortie de ce film-documentaire !

Florie Colin & Kévin Chesnel


[1] Voir les différents dispositifs d’action publique déployés depuis une dizaine d’années autour des enjeux de revitalisation des centres-bourgs et de limitation de l’artificialisation des sols (Z.A.N.).

[2] Voir :

  • Sylvain Coquerel, L’étoffe des villes  : 37 variations urbaines (Marseille: Éditions Parenthèses, 2015) ;
  • Gilles Gallichet, Aménager en territoire péri-urbain. Pièges et démarche (Paris: Éditions L’Harmattan, 2015) ;
  • Sylvain Grisot, Manifeste pour un urbanisme circulaire : pour des alternatives concrètes à l’étalement de la ville (dixit.net, 2020) ;
  • Kévin Chesnel, Promesses épreuves et effets des fabriques territoriales en condition périurbaine (Thèse de doctorat de l’université de Nantes, 2021).

[3] Voir : CERTU, Pour un habitat dense individualisé, Collection Référence (Éditions du Certu, 2009)

[4] Voir : Cerema, Maison individuelle et qualité urbaine : Vers des opérations d’aménagement contextualisées (Bron: Cerema, 2015)


Cite this article as: Florie Colin, Kévin Chesnel, “Les dessous de la fabrique d’un quartier d’habitat à Auray,” in Les écritures du périurbain, 20/07/2021, https://periurbain.hypotheses.org/744.

Soutenance de thèse de Kévin Chesnel

Promesses, épreuves et effets des fabriques territoriales en condition périurbaine.
Enquête entre Saint-Nazaire et Nantes.

Elle aura lieu le lundi 8 mars 2021 à 14h à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (en visio-conférence).

Rattachement : Université de Nantes, École doctorale de l’Université de Nantes STT (Sociétés, Temps, Territoires).
Spécialité : Aménagement de l’espace et urbanisme.

Laboratoire : CRENAU, UMR 1563 AAU, ENSA Nantes.

Partenariat avec l’agence d’urbanisme de la région de Saint-Nazaire (addrn) dans le cadre d’une CIFRE (2017-2019).

Composition du jury :

  • Marie-Christine Jaillet, Directrice de recherche CNRS, Université de Toulouse, LISST, CIEU (rapporteure)  
  • Martin Vanier, Professeur, Ecole d’urbanisme de Paris, Lab’URBA (rapporteur)  
  • Séverine Bonnin-Oliveira, Maître de conférences, IUAR Aix Marseille, EA 889, LIEU
  • Isabelle Garat, Maître de conférences – HDR, Université de Nantes, UMR ESO 6590
  • Joël Idt, Maître de conférences, UPEM, Lab’URBA
  • Béatrice Mariolle, Professeure, ENSAP Lille, UMR AUSSER 3329
  • Lionel Prigent, Professeur, UBO Brest, EA 7462 Géoarchitecture
  • Laurent Devisme, Professeur, ENSA Nantes, UMR AAU 1563, CRENAU (directeur de thèse)
Saint-Malo-de-Guersac, Parc Naturel Régional de Brière, Loire-Atlantique.
Crédit photo : Kévin Chesnel, 2018

Résumé :

À travers, une enquête en immersion, à l’agence d’urbanisme de la région de Saint-Nazaire (addrn), cette thèse analyse les promesses, les épreuves et les effets de la mise en place de démarches d’expérimentations interterritoriales autour de l’habitat périurbain. D’abord, elle documente les ressources et contraintes des acteurs dans la conduite de l’urbanisme en situations périurbaines. L’analyse révèle le multi-positionnement des urbanistes qui tentent de trouver des prises à travers la transformation des ingénieries de projet. Ces dernières montrent l’émergence d’une logique d’action expérimentale et d’engagements exploratoires. Néanmoins, ces démarches génèrent des épreuves alors que les modalités de coordinations en aménagement, dans le périurbain, se caractérisent par des logiques d’action ordinaires (approche règlementaire, forte présence des acteurs privés, urbanisme du court terme et séquentiel). Toutefois, des ingénieries de projets résidentiels hybrides sont construites, favorisant de nouvelles coalitions d’acteurs publics-privés, ainsi que de figures urbaines hybrides valorisant les qualités de l’habitat dense individualisé. Enfin, l’analyse des effets des expérimentations révèle une transformation des systèmes de production de l’habitat périurbain marquée par l’émergence d’une culture urbanistique. Ce travail caractérise ainsi la structuration d’un « tiers urbanisme » périurbain permettant de dépasser le dualisme urbain-rural, de rompre avec l’idée de la diffusion d’un modèle urbain et de considérer les configurations périurbaines comme le fruit de pratiques d’urbanisme issues de la combinaison de la ville et de la campagne.

Nantes.
Crédit photo : Kévin Chesnel, 2018

Abstract :

Promises, tests and effects of territorial constructions in peri-urban conditions.
Investigation between Saint-Nazaire and Nantes.

Through an immersion survey at the Saint-Nazaire region urban planning agency, this thesis analyzes the promises, tests and effects of setting up inter-territorial experimental approaches around peri-urban housing. First, it documents the resources and constraints of the actors in the conduct of urban planning in peri-urban situations. The analysis reveals the multi-positioning of urban planners who try to find catches through the transformation of project engineering. The latter shows the emergence of a logic of experimental action and exploratory engagements. Nevertheless, these approaches generate tests, whereas the modalities of coordination in planning, in the peri-urban area, are rather characterized by ordinary logics of action (regulatory approach, strong presence of private actors, short-term and sequential urban planning). However, engineering of hybrid residential projects is being built, favouring new coalitions of public-private actors, as well as hybrid urban figures promoting the qualities of individualized dense housing. Finally, the analysis of the effects of the experiments reveals a transformation of the production systems of peri-urban housing marked by the emergence of an urbanistic culture. This work thus characterizes the structuring of a peri-urban “third urbanism” that makes it possible to overcome urban-rural dualism, to break with the idea of the diffusion of an urban model and to consider peri-urban configurations as the fruit of urban planning practices resulting from the combination of the city and the countryside.

Soutenance de thèse de Florie Colin

La condition alter-urbaine,
entre pratiques habitantes et imaginaires. 
Les territoires de Brest et Québec au quotidien.

Elle aura lieu le mercredi 9 décembre 2020 à 14h à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (en visio-conférence).

Rattachement : Université de Nantes, École doctorale de l’Université de Nantes STT (Sociétés, Temps, Territoires).
Spécialité : Aménagement de l’espace et urbanisme.

Laboratoires : CRENAU, UMR 1563 AAU, ENSA Nantes & Géoarchitecture, EA 7462, UBO, Brest.

Financement : Ministère de la Culture (2017-2019).

Composition du jury :

  • Nathalie Ortar, Directrice de recherche, ENTPE (rapporteure)
  • Francis Beaucire, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteur)
  • Annabelle Morel-Brochet, Maître de conférences, Université d’Angers (examinateur)
  • Guy Mercier, Professeur, Université Laval, Québec (examinateur)
  • Laurent Cailly, Maître de conférences, Université de Tours (examinateur)
  • Marie Cartier, Professeur, Université de Nantes (examinateur)
  • Laurent Devisme, Professeur, ENSA Nantes (directeur de thèse)
  • Daniel Le Couédic, Professeur émérite, Université de Bretagne Occidentale (Co-directeur de thèse).
Plabennec, Pays de Brest.
Crédit photo : Paul Michalet, 2020

Résumé :

Cette recherche s’intéresse aux habitants de maison dans le périurbain, autour de Brest, Québec et Nantes-Saint-Nazaire. L’enquête de terrain met en avant les paroles habitantes afin de décrypter des pratiques et des imaginaires concernant différents lieux du quotidien qui font système. Une combinaison de méthodes d’approche sociologique et ethnographique a été privilégiée, mêlant entretiens compréhensifs à domicile, observations et participation observante au sein d’une maisonnée québécoise. Au coeur des parcours résidentiels, le désir d’accession à la propriété d’une maison et de son jardin s’appréhende par les imaginaires et les expériences passées, actuelles et projetées. Les habitudes quotidiennes peuvent néanmoins être bouleversées par des déménagements ou autres événements survenant dans les parcours de vie, ou par des changements et évolutions des lieux environnants. Diverses échelles sont observées dans ces contextes : la maison, mais aussi différents lieux de vie pratiqués au quotidien entre ville, campagne et littoral. Les habitants considèrent souvent « tout avoir » à proximité. Au-delà de ce côté pratique, les diverses formes d’attachement à ces lieux sont mises en exergue, révélant ce que nous proposons de nommer une condition habitante alter-urbaine.

Charlesbourg, Québec.
Crédit photo : Florie Colin, 2018

Abstract :

The alter-urban condition, between inhabitants’ practices and imaginations. The Brest and Québec territories in daily life.

This research focuses on inhabitants of houses in peri-urban areas around Brest, Québec and Nantes-Saint-Nazaire. The field survey carried out highlights the inhabitants’ words to decipher practices and imaginations regarding different places of their daily life. A combination of sociological and ethnographic methods is emphasised, connecting home-based comprehensive interviews, observation and observing participation within a Québec home. Among the residential journeys, the desire to own a property, a house with a garden, is apprehended through imaginations and past, current and projected experiences.
Everyday habits can nonetheless be disturbed by relocations, any other event happening in life, or by changes and evolutions of surrounding places. Different scales are observed in these contexts: the house and the different living areas practiced every day, between the city, the countryside and the coastline. The inhabitants often consider “having everything” nearby. Beyond this practical side, the different forms of attachment to these places are thus highlighted, revealing what we propose to call the alter-urban condition of inhabitants.

Vivarium : le pavillon n°9 ou le « cauchemar pavillonnaire »


[Attention spoiler !]

Affiche du film. Source : Allociné.

Ce long-métrage irlandais réalisé par Lorcan Finnegan, sorti le 11 mars 2020 (et diffusé le 18 mai 2019 au Festival de Cannes) met en avant un imaginaire sur les zones périurbaines, les banlieues, les lotissements pavillonnaires, dans une volonté de pousser le trait à l’extrême afin de dénoncer certains travers de la société actuelle.

Gemma et Tom à la recherche d’une maison. Source : The Jokers Films.

Dans les premières minutes du film, les protagonistes Gemma (Imogen Poots) et Tom (Jesse Eisenberg) sont mis en garde par une amie sur les prix de l’immobilier qui « s’envolent », ce qui donne le ton pour la suite. Juste après cette interaction, le couple se rend dans une agence. Ils y font la rencontre de Martin, étrange agent immobilier – voire « barjo » comme le dit Tom -, mais qui sait néanmoins être « persuasif » : en effet, il parle des maisons qui « se vendent comme des petits pains » dans cette banlieue qui n’est « ni trop loin, ni trop près » mais « à la bonne distance » (dans mes travaux de thèse, j’évoque cette question de la bonne distance, importante pour les habitants qui veulent souvent habiter à la fois proche de la ville, de la campagne, de leur travail… écho bien particulier lorsque je vois cette scène donc !). La manière de s’exprimer de cet agent est d’ores et déjà gênante, déstabilisante ; un certain malaise se dégage et s’installe de manière insidieuse.

Martin, agent immobilier. Source : The Jokers Films.

Ils s’en vont donc voir, même si ce n’était a priori pas leur volonté de vivre dans une maison de ce style, mais rappelons-le, leur recherche de maison « s’éternise ». Ils sont donc prêts à faire des compromis. On les voit alors sur la route, laissant défiler des paysages arborés, dans une bonne humeur musicale.

L’arrivée à “Yonder”. Source : The Jokers Films.

Le film dépeint maintenant un cliché dénonçant certaines critiques de la banlieue qui serait un lieu homogène architecturalement, désert, sans vie. Déjà, le panneau d’entrée du lotissement « Yonder », « Là-bas », sur lequel un plan s’attarde est caricatural : un couple avec un enfant, tous trois très souriants et sages, pose devant des maisons vertes toutes similaires. Tom veut « en finir au plus vite », mais visite malgré tout avec sa compagne la maison n° 9 en compagnie de Martin, qui leur dit que si « bien des maisons prétendent être idéales, celles-ci le sont » et qu’une multitude de « souvenirs sont à créer » dans cette maison verte. Des tableaux qui la représentent sont accrochés au mur. Ils semblent interpeler le couple, tout comme la chambre de bébé toute bleue – dénonçant un cliché autour du conformisme et de ce que devrait être les étapes de vie d’un jeune couple : achat d’une maison, bébé que l’on élève, travail pour payer son prêt immobilier.

Tableau présent dans la maison n°9. Source : The Jokers Films

Moins de 15 minutes suffisent pour montrer la tournure du film : Martin et sa voiture ayant finalement disparu alors que Gemma et Tom visitaient le jardin – composé de gazon artificiel -, ils en profitent pour partir de ce lieu qui leur déplaît, ou du moins tenter. La musique angoissante associée à une vue aérienne montrant des maisons semblables à perte de vue dans un lieu totalement inhabité et très silencieux – l’écho de leurs voix y résonne de manière oppressante – et leur façon de « tourner en rond » sans jamais pouvoir trouver la sortie et rejoindre d’autres paysages annonce une suite plus sombre. Dans leur vaine tentative de s’échapper, ils repassent à maintes reprises devant la maison n° 9. Les lumières froides, presque artificielles, renforcent le ton donné par la musique. La voiture est maintenant en panne, ils essayent alors de s’enfuir, à pied cette fois, en suivant le soleil et en escaladant maintes clôtures, claustras et traversant des pelouses. Une expérience qui s’avère une fois de plus être un échec. Désespérés et épuisés, ils tentent de brûler cette maison déjà perçue comme maudite. Cette scène me fait penser au chapitre « La maison qui brûle » de l’ouvrage de François Vigouroux, L’âme des maisons (2003). Ils se résignent finalement lorsqu’elle réapparaît intacte. Ils trouvent un bébé dans un carton – qui grandira très vite et qu’ils ne nommeront jamais, si ce n’est « le gamin » voire, au fil du temps, « la chose » -, dont ils devront s’occuper.

La découverte du bébé. Source : The Jokers Films.

Après leur installation forcée dans ce pavillon, plusieurs scènes se succèdent – parfois d’ailleurs un peu trop redondantes peut-être, bien que l’optique soit justement de dénoncer ce quotidien insipide, banal, répétitif, monotone : prendre le petit déjeuner, verser les céréales et le lait dans le bol de ce gamin pour faire taire ses cris stridents qui expriment sa mauvaise humeur ou son mécontentement, se laver les dents, aller dehors, se coucher, dormir, et recommencer. Toujours et encore.  

“Help”. Source : The Jokers Films.

À plus de la moitié du film, l’inscription « HELP » faite par Tom sur le toit à leur arrivée se transforme en « FUK U », ce qui marque une autre avancée temporelle et la lassitude et désarroi des protagonistes : cette situation inconfortable, malaisante, malsaine, est strictement inchangée malgré le temps qui passe. Une scène nostalgique montre le couple se remémorant leur rencontre, leur vie d’avant, dans ce lotissement glaçant où même le vent est absent, comme toute autre expérience sensorielle. En effet, à « Yonder », la pluie, le vent, les insectes, les grands arbres n’existent pas : tout est synthétique, faux, jusqu’à la nourriture sous vide qu’ils reçoivent emballée dans un carton et qui semble n’avoir aucune saveur – voire les dégouter comme en témoigne certaines scènes.

Des références aux tableaux de René Magritte, notamment à L’empire des Lumières (faisant écho à des paroles habitantes que j’ai pu entendre lors de mes enquêtes sur le terrain québécois à propos de l’esthétique de la banlieue) sont présentes : des éléments très graphiques, visuels, presque esthétiques, dans une homogénéité, un côté artificiel et superficiel, surréaliste, notamment par les couleurs et lumières dérangeantes, et par ces nuages qui sont comme peints, figés et tout sauf naturels.

René Magritte, L’empire des lumières, 1953-54. Copyright : 2018 C. Herscovici, London/Artists Rights Society (ARS), New York. Lien : https://www.guggenheim.org/artwork/2594

La toute première scène du film n’est pas anodine et prend sens au fur et à mesure que l’on avance. Elle montre un coucou qui naît. Cette race d’oiseaux pond dans le nid des autres, puis abandonnent ses œufs. Une fois nés, les poussins coucous dégagent du nid les autres oisillons pour être élevés et nourris de façon exclusive par leurs parents d’adoption, étant dans un comportement quelque peu parasitaire. Le réalisateur opère ici un parallèle et une métaphore entre cette espèce d’oiseaux et les agents et promoteurs immobiliers du film, qui seraient finalement des « monstres » qui piègent des innocents, ceux-ci se trouvant forcer notamment d’élever des enfants déposés dans des cartons et qui ne sont pas les leurs – et qui deviendront les futurs agents immobiliers, dans un cycle sans fin…

Si certains spectateurs soulignent une féroce parodie de la société actuelle, dans un film bien joué à la fois glaçant et ironiquement drôle, d’autres soulignent surtout la vacuité et l’ennui au visionnage, allant de pair avec une fin prévisible. La presse est moins sévère sur cette dystopie de science-fiction – ou thriller psychologique ? Difficile à classer. En tout cas, ce film ne critique peut-être pas toutes les banlieues ou lotissements comme le précise le réalisateur, mais certains programmes immobiliers qu’il juge aberrants, poussant au milieu de nulle part, comme ce fut le cas de beaucoup en Irlande entre 2005 et 2008. Cette fiction dépeint des clichés, des stéréotypes, des préjugés poussés à l’extrême, dans une « exagération cauchemardesque », pour reprendre un terme de Lorcan Finnegan. C’est aussi de cette manière, en allant dans le grotesque et l’absurde, que ce dernier souhaite faire passer des messages. Comme le précise l’acteur qui joue Tom, « Vivarium n’est pas un commentaire sociopolitique sur la vie pavillonnaire, mais un cauchemar fiévreux, où rien n’est explicite » (Le monde, 11/03/2020, p.26).

Florie Colin

Cite this article as: Florie Colin, "Vivarium : le pavillon n°9 ou le « cauchemar pavillonnaire »," in Les écritures du périurbain, 23/11/2020, https://periurbain.hypotheses.org/659.
Sitographie

https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/03/11/vivarium-ou-le-lotissement-comme-biotope-du-consumerisme_6032563_3246.html

https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/cinema/vivarium-un-film-de-science-fiction-oppressant-10-03-2020-8276919.php

https://www.avoir-alire.com/vivarium-lorcan-finnegan-critique

https://www.allocine.fr/film/fichefilm-256558/critiques/spectateurs/

http://www.grand-ecart.fr/portraits/rencontre-interview-lorcan-finnegan-vivarium-film-fantastique-gerardmer-2020/

https://www.thejokersfilms.com/vivarium