Compte-rendu du séminaire 4 du groupe de recherche : « Fictions et imaginaires en contextes périurbains »

Compte-rendu du séminaire 4 ayant eu lieu à Nantes (ENSA – CRENAU) le mardi 13 juin 2023.

Session 1 : Représentations et imaginaires dans les écritures fictionnelles périurbaines 

« Parler du périurbain aux enfants. La représentation des espaces du périurbain dans les albums pour enfants », Christophe Meunier

« Promesse & Chaos », Inès Testière et Marie Chausse

« Récits de soi et récits de lieux : l’analyse des discours habitants et les imaginaires liés à la nature pour comprendre la condition périurbaine », Nelly Régnier

***

Intermède filmique « Blow Up : C’est quoi les suburbs ? », Benjamin Caramatie

***

Session 2 : Enjeux épistémologiques et méthodologiques de l’analyse des écritures fictionnelles périurbaines 

« La scène d’entrée périurbaine : modalités de construction d’un lieu stratégique visant à déciller le regard du lecteur », Arthur Pétin

« Thèse et fiction : un choix audacieux ? Ou la fiction comme outil de prospective pour les espaces périurbains », Catherine Didier-Fèvre

Séminaire 4 du Groupe de Recherche : “Fictions et imaginaires en contextes périurbains”

Mardi 13 juin 2023, 10h00 – 16h30 / ENSA Nantes

Inscription gratuite mais obligatoire avant le lundi 29 mai 2023 : Formulaire d’inscription

Cinéma de Blain (44). Crédit photo : Christian Chauvet
Session 1 : Représentations et imaginaires dans les écritures fictionnelles périurbaines 

« Parler du périurbain aux enfants. La représentation des espaces du périurbain dans les albums pour enfants », Christophe Meunier

« Promesse & Chaos », Inès Testière et Marie Chausse

« Récits de soi et récits de lieux : l’analyse des discours habitants et les imaginaires liés à la nature pour comprendre la condition périurbaine », Nelly Régnier

Session 2 : Enjeux épistémologiques et méthodologiques de l’analyse des écritures fictionnelles périurbaines 

« La scène d’entrée périurbaine : modalités de construction d’un lieu stratégique visant à déciller le regard du lecteur », Arthur Pétin

« Thèse et fiction : un choix audacieux ? Ou la fiction comme outil de prospective pour les espaces périurbains », Catherine Didier-Fèvre

Séminaire 4 – Appel à communications

Fictions et imaginaires en contextes périurbains

Pour prolonger des travaux de recherche déjà réalisés sur des films (Fortin, 2015) ou des séries (Bossé, Devisme et Dumont, 2007 ; Devisme et Bossé, 2011), nous proposons d’interroger ici les approches fictionnelles (cinéma, séries, littérature, BD…) des situations périurbaines. Qu’il s’agisse de productions visuelles ou de romans, les fictions abondent qui mettent en scène, expriment, éprouvent la condition périurbaine.

Les espaces-support d’une telle condition sont souvent homogènes, monotones et sur-codifiés. Des représentations caricaturales des formes et des modes d’habiter qui s’y déploient correspondent souvent à une perspective critique. Néanmoins, un certain nombre d’auteurs mobilisent la fiction pour d’une part, rendre compte de la diversité des formes et des modes de vies qui s’y déploient à travers des descriptions fines, et, d’autre part, pointer les tensions en présence, les manières dont il est possible d’y résister, de les dépasser…

Les propositions de communication, de 5000 signes maximum (espaces compris), sont attendues pour le 31 mars 2023.

Les propositions sont à envoyer par courriel à l’adresse suivante : gr.periurbain@gmail.com

La journée se tiendra le mardi 13 juin 2023 à Tours.

Enquête jivaro dans le périurbain francilien

J’entretiens avec Bois-le-Roi une relation particulière : lieu de vie d’amis de ma famille, j’y ai passé de nombreux après-midis de mon enfance, entre forêt, cueillette de champignons et base de loisirs. Terrain d’étude et d’enquête de ma thèse (Fonticelli, 2018), j’y suis revenue en tant que chercheuse pour étudier les processus de densification à l’œuvre dans cette commune aisée de la Seine-et-Marne. Pour en brosser un rapide portrait, cette commune de 6500 habitants environ est une commune périurbaine, accessible en 30 minutes de TER de Paris. Voisine de Fontainebleau, elle partage une partie de la forêt. Elle est marquée par un tissu pavillonnaire important, et la présence de la Seine en a fait un lieu historique de villégiature pour les Parisiens dès le XIXe siècle. Pour la géographe que je suis, c’est une commune périurbaine aisée, marquée par la présence de l’eau et de la forêt. Pour mes amis qui y habitent, c’est avant tout « une petite ville tranquille, très nature », la nature et la proximité de la ville étant les deux éléments principaux ayant guidé leur choix résidentiel.

Quelle ne fut pas ma surprise lors de la lecture du Petit traité d’écologie sauvage [1], que de retrouver sous les dessins d’Alessandro Pignocchi, cette commune, ses habitants et son Café de la Gare, aux identités largement conservés dans un univers utopique ! Dans cette bande-dessinée en trois tomes où l’influence de Descola est très lisible, « les dirigeants de la planète ont enfin décidé d’adopter la vision du monde des indiens d’Amazonie. Il est désormais admis que les plantes et les animaux ont une vie intellectuelle et sentimentale similaire à celle des humains » (Tome 1, p.7).

Dans les trois tomes qui composent ce Petit traité d’écologie sauvage, Alessandro Pignocchi décrit un monde devenu animiste où s’entrecroisent des mésanges punks qui mènent à leur manière une révolution écologiste entre actions violentes et soirées alcoolisées ; des figures politiques célèbres – Hollande, Macron, Merkel, Trump se côtoient – cherchant à échapper aux responsabilités qui leur ont été confiées pour mieux observer les oiseaux ou les belettes. Surtout, un anthropologue jivaro œuvre à la préservation des dernières poches de civilisation occidentale. L’auteur nous emmène alors au cœur du périurbain Seine-et-Marnais, à Bois-le-Roi, où notre anthropologue fait son terrain pour tenter de décrypter la cosmogonie occidentale. L’anthropologue se lance à la découverte des « trésors de la culture bacote » (tome 1, p.98), et tente d’analyser, au travers de ce terrain, la cosmogonie occidentale qui s’organise « autour des valeurs sacrées de rentabilité, de profit, de compétition et d’accumulation indéfinie d’objets ». Les contre-sens de ce chercheur sont nombreux et participent à l’amusement à la lecture de cette bande-dessinée : les discussions de café autour du « retour des beaux jours » sont analysées comme « un culte du soleil », un présentoir de cartes postales devient un totem célébrant les éléments principaux de la vie, et le choix d’une carte postale avec un chat est compris comme le préalable à une offrande sacrificielle de cet animal. Mais au-delà, aussi erronées que sont les analyses de l’anthropologue, celles-ci permettent au lecteur d’interroger les paradoxes de notre civilisation occidentale. Si le procédé n’est pas nouveau (pensons par exemple aux Lettres Persanes), il fonctionne à la perfection et permet de questionner notre système de valeurs. En dissertant sur l’élevage intensif de vaches laitières, notre anthropologue souligne le paradoxe entre une agriculture plus coûteuse et qui s’avère finalement moins rentable que l’élevage non industriel.


Source : http://puntish.blogspot.com/2017/12/zad.html, consulté le 14/07/2022

Notre anthropologue enquête surtout les évènements marquants des sociabilités périurbaines : l’apéro au Café de la gare, les marchés sur la place du village, la randonnée en forêt pour écouter le brame du cerf, les conversations météo autour d’un verre de « jus de fruit fermenté », la pêche au gardon… Autant d’éléments importants dans les pratiques bacotes et plus largement Seine-et-Marnaises, que l’habituée de Bois-le-Roi que je suis se plaît à voir peints à l’aquarelle. Les décalages très amusants entre les observations de notre anthropologue et ses conclusions favorisent une agréable mise en abyme pour les chercheurs habitués au terrain. Cette bande-dessinée est aussi un outil pédagogique que j’utilise pour amener mes étudiants à réfléchir aux méthodes d’enquête, à leurs limites et aux erreurs d’interprétation.

Mais que nous disent ces trois tomes des espaces périurbains ? D’une part, l’auteur souligne l’intensité des relations sociales des habitants du périurbain (marché, café, association de marche nordique)… Il investigue par ailleurs largement le rapport à la « nature » des habitants. C’est souvent un élément central du choix résidentiel explicité par les périurbains. L’anthropologue jivaro, parce qu’il permet au lecteur de décentrer son regard, nous invite à réinterroger notre rapport à la nature (Descola, 2005). Ainsi, les pratiques de pêche au gardon sont interrogées : Bois-le-Roi est un spot de pêche assez connu en Seine-et-Marne, ce que notre jivaro ne manque pas d’enquêter. Il interroge l’intérêt de cette pêche, qui n’est pas liée à une pêche de subsistance, et surtout où la plupart des poissons pêchés sont initialement élevés en captivité avant d’être relâchés.

Ce qui m’interroge, surtout, c’est le choix de l’auteur de faire de ce périurbain aisé Seine-et-Marnais la poche de résistance à l’idéologie jivaro, pourtant de plus en plus répandue dans le monde. Si cette résistance s’affaiblit – une ZAD s’est installée à proximité de Bois-le-Roi, cultivant des tomates désormais vendues à prix libre sur le marché – et ce malgré la zone protégée instaurée pour protéger la culture occidentale, Bois-le-Roi est tout de même érigé comme l’une des dernières poches de subsistance de cette idéologie, désormais visitée par des classes d’enfants. Alors, de là à voir dans le périurbain Seine-et-Marnais un lieu apte à vivre notre civilisation occidentale, expliquant que ce sont des territoires oubliés de la révolution animiste, il n’y a qu’un pas.

Dans tous les cas, que l’on soit ou non un familier de Bois-le-Roi et du périurbain Seine-et-Marnais, le Petit traité d’écologie sauvage d’Alessandro Pignocchi est une bande dessinée drôle et intelligente qui permet de rêver à un futur où les relations humain / non humain seraient renouvelées.

Claire Fonticelli

[1] Bande-dessinée de Alessandro PIGNOCCHI, en trois tomes

Bibliographie indicative

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, NRF : Gallimard (coll. « Bibliothèque des sciences humaines »), 623 p.

Fonticelli Claire, 2018, Construire des immeubles au royaume des maisons. La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif: modalités, intérêts et limites, Thèse de doctorat, IAVFF, Paris, 524 p.

Pignocchi Alessandro, 2017, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 1, Steinkis, 119 p.

Pignocchi Alessandro, 2018, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 2 : La cosmologie du futur, Steinkis, 126 p.

Pignocchi Alessandro, 2020, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 3 : Mythopoïèse, Steinkis, 123 p.

Compte-rendu du séminaire 3 du groupe de recherche : « Enquêter en situations périurbaines. Positionnements hybrides et méthodes spécifiques »


Compte-rendu du séminaire n°3 ayant eu lieu à Nantes (ENSA – CRENAU) le lundi 4 avril 2022.

 

1 / Il n’y a d’égal que nos manœuvres, où comment éditer une recherche 10 ans aprèsAnne Bossé, enseignante-chercheure, ENSA Nantes, laboratoire AAU-CRENAU

2 / Une mnémosyne pavillonnaire. Tentative d’épuisement du pavillon en tant qu’objet féticheCamille Michel, architecte, plasticien, doctorant au LéaV

3 / De quoi l’artificialisation des sols est-elle le nom ? Sylvain Grisot,
urbaniste, doctorant au laboratoire AAU-CRENAU

4 / Quel avenir pour les maisons individuelles du périurbain ? L’exemple de Claire Cité à Rezé : patrimonialisation d’un lotissement ordinaire en mutation Céline Drozd, chercheure au laboratoire AAU-CRENAU

 

L’attachement aux « grands espaces »

Allons cette fois-ci vers de « grands espaces » – des espaces ruraux, de campagne, mais aussi ceux de la liberté et de l’imagination [1] -, qui s’écrivent et se dessinent sous le coup de crayon de Catherine Meurisse (BD publiée en 2019). Cette dernière a grandi dans un petit village des Deux-Sèvres, ses parents ayant pris la décision de déménager de la ville à la campagne. Elle affirme : « les grands espaces, c’est d’où je viens ». Cet album mêle sensibilité et poésie, évoquant diverses références littéraires (É. Zola, M. Proust), en plus d’une certaine critique, voire dénonciation, politique.

De nombreux liens à l’imaginaire autour de la nature sont faits, saisissant le lecteur dès la première page : les lignes dessinées tracent une porte depuis l’appartement parisien vers les prés de son enfance. L’auteure fait une sorte d’« ode à la nature », évoquant la « provision de paysages, d’odeurs, de silences » nécessaire lors de sa venue à la campagne. Télérama qualifie cette BD comme un « plaidoyer pour la beauté des campagnes sans pesticides ni lotissements » (2020) [2].

L’auteure évoque aussi la matérialité de sa maison en pierre – qui au départ est en fait une ruine – en mettant en avant les cinq sens, et particulièrement le toucher, très important dans sa démarche et son lien aux souvenirs d’enfance. Elle raconte comme « les pierres [les] émouvaient » : les sentiments, l’affect, les émotions sont mises en dessin ; cela ramène au livre de François Vigouroux, L’âme des maisons (2004), qui dépeint des histoires d’hommes, de femmes, et les liens avec leurs maisons. Au-delà de ce souvenir, quand il n’y avait encore « rien », Catherine Meurisse raconte la capacité à imaginer et à projeter la future maison (de la salle à manger, aux chambres, en passant par la cuisine). À la suite de la mise en place de ces espaces du logement, le lien aux objets survient aussi, avec ce musée Pierre Loti qui permet d’exposer toutes sortes de « petits trésors », non sans rappeler l’ouvrage L’attachement aux choses de Thierry Bonnot (2014). Finalement, ces murs en pierre, épais, qui se montent petit à petit, les protègent : la maison est vue comme un nid, une coquille. La sensation de « perdre sa maison d’enfance » est une figure fréquente. L’auteure revient alors sur le choix de ses parents d’habiter dans une grande maison, sur un grand terrain. Ils veulent léguer à sa sœur et elle du bâti, des meubles, des objets, des arbres – sa mère ayant même fait des boutures de chaque essence du jardin, « au cas où ». Les notions de transmission par les parents et d’héritage sont visibles. On est ici dans une sorte d’écriture de la nostalgie, de la figure d’un « retour sur ».

Au-delà de l’affect, Catherine Meurisse tient aussi à parler de la périurbanisation du monde rural, en incluant la dimension politique. En effet, des messages forts sont présents derrière la légèreté et la poésie de ses images et textes. Elle dénonce les pesticides, le remembrement (ces haies rasées et replantées, rendant mélancoliques ses parents qui expriment avec douceur et nostalgie la campagne de bocage et de sentiers, où les insectes abondaient), l’agriculture productiviste, les transformations des paysages, les lotissements homogènes… Catherine Meurisse parle de ses « convictions rurales » et de sa « hargne envers les ronds-points », assez récurrente chez les détracteurs des milieux pavillonnaires. Une émission de France Inter, « Où mènent les ronds-points ? », est dédiée à cet « objet » typique de ces espaces.  

La protagoniste vit dans une région entre « hommage au passé » (avec le parc du Puy du Fou, créé en 1989) et « vénération du futur » (avec celui du Futuroscope, créé en 1987), qu’elle évoque non sans ironie voire moquerie, tout en finesse. Elle surnomme ces deux projets Futuroland et Fuy du Pou ; ils ont fait l’objet de diverses controverses. Le projet du Futuroscope, réduit à cette maquette du futur, est moqué par le père qui glisse innocemment devant la télé qu’il ne sait plus qui a dit « il faut supprimer la peine de mort, sauf pour les architectes », évoquant la réplique de l’instituteur joué par F. Lucchini dans le film L’arbre, le maire et la médiathèque (1993) de Éric Rohmer. Cette phrase rappelle aussi l’ouvrage de Philippe Trétiack au titre provocateur, Faut-il pendre les architectes ? (2001) qui veut mettre au jour la méfiance populaire envers ces derniers. Les bâtiments du Futuroscope seront, plus tard dans l’histoire, comparés à la pyramide du Louvre (construite deux ans après l’ouverture de ce parc) ; pour des yeux d’enfants, ces bâtiments sont comparables, d’où cet « air de déjà-vu » évoqué à la visite de la pyramide. Un autre architecte mis en scène – moqué, avec son image de parisien qui « débarque », déconnecté de la réalité propre au territoire – est celui de la base de loisirs qui fut elle aussi controversée (peut-être Adillons Nature à Luché-Thouarsais ?). Dans cette commune, les panneaux et pancartes envahissent l’entrée de la ville, image résonnant avec le Prix de la France moche, mis en place par l’association Paysages de France.

Catherine Meurisse parle aussi de son lien aux animaux, de la biodiversité, de la mort des insectes [3] et de ses animaux enterrés dans des boites GÉMO, avec cet oxymore de l’animal à la campagne finissant dans une boîte de grande distribution de la zone commerciale d’à côté. L’image est significative des différents mondes qui se heurtent, se côtoient, non sans contradictions. Le Festival du Cabicou évoqué poursuit cette idée, avec la citation suivante de la mère de l’auteure : « on se demande parfois si la campagne, qui s’est toujours moquée de la ville et de son hystérie, ne veut pas se faire aussi grosse qu’elle ». Elle constate alors les transformations des territoires et des identités qui sont à l’œuvre, en dénonçant par la même occasion la société des loisirs [4]. L’idée de quitter ou de passer d’un monde à l’autre est aussi exprimée quand Catherine sort de sa « bulle » et qu’elle va voir à vélo « si le rêve existe aussi dehors » et pas seulement « dans la nature », elle qui « reprend toujours ses droits », faisant alors un lien entre deux mondes. Les termes employés permettent de montrer une certaine violence et puissance des émotions : elle évoque le « paradis » de la campagne dans laquelle elle vit et l’« enfer » des lotissements uniformes, ses parents évoquant leurs colères face aux transformations paysagères, bâties et face à la monoculture (qualifiée d’ailleurs de « monoconnerie »).

Rappelons que le concept d’« espace » que l’on retrouve ici est large et polysémique : espace géographique, social, vécu, conçu, perçu… on peut pour cela se référer notamment aux travaux de Henri Lefebvre ou encore à ceux du géographe Armand Frémont. Ici, ces différents types d’espaces sont décrits, analysés, racontés, narrés.

En regard à ce roman graphique, il pourrait être intéressant de voir comment la bande dessinée de David Prudhomme, Du bruit dans le ciel (2021) traite de cette question de l’enfance dans une petite ville. Peut-être l’occasion d’un prochain billet, dans la continuité de ce dernier ?

Finalement, avec sa grande capacité à faire rire, étonner, surprendre, cultiver et émouvoir, Catherine Meurisse mobilise bien d’autres références, imaginaires, faits d’actualités, qui ne sont pas rapportés dans ce billet ; une invitation donc à découvrir et lire cette belle bande dessinée !

Florie Colin

 


[1] Les Grands Espaces : interview de Catherine Meurisse (extrait), par l’équipe Dargaud, 11 septembre 2018, https://www.dargaud.com/actualites/les-grands-espaces-interview-de-catherine-meurisse-extrait-photo

[2] https://www.telerama.fr/livre/les-grands-espaces,-le-plaidoyer-pour-la-nature-de-catherine-meurisse,n5866130.php

[3] Faisant notamment écho aux récents rapports du GIEC sur le réchauffement planétaire

[4] Nous pouvons alors remobiliser Joffre Dumazedier et sa « civilisation du loisir » (1962)

Séminaire 3 du groupe de recherche : “Enquêter en situations périurbaines. Positionnements hybrides et méthodes spécifiques”

Lundi 4 avril 2022 – 14h00 – 17h30

ENSA NANTES – 6 quai François Mitterrand, 44200 Nantes – Grande salle du CRENAU

Pour ce troisième séminaire, nous proposons d’interroger les ressorts de l’enquête en situations périurbaines, à partir de l’actualité de travaux de recherche.

Nous nous intéresserons, d’une part, aux positionnements variés des chercheurs sur leurs terrains d’enquête, entre recherche et pratique (architecture, urbanisme, arts plastiques…), entre approche focalisée, ambulatoire et combinatoire, permettant d’interroger les promesses de la multipositionnalité pour la recherche sur le périurbain.

D’autre part, nous nous focaliserons sur les outils et méthodes de l’enquête (écriture, photographie, dessin, musique…) permettant de décrire et analyser les pratiques, les représentations et les imaginaires périurbains. Positionnées à la croisée des mondes de l’architecture, ces pratiques d’enquêtes permettront plus largement d’interroger l’interdisciplinarité en actes.

Petites villes et cinémas associatifs

Florie Colin et Ronan Keroullé, 2021 : « Déambulations autour des cinémas dans le périurbain nantais », in F. Madoré, J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, S. Loret, Atlas Social de la métropole nantaise [En ligne], eISSN : 2779-5772, mis à jour le : 11/03/2021, URL : https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=582, DOI : https://doi.org/10.48649/asmn.582.

Ronan Keroullé, 2020 : Cinémas de petites villes, mémoire-recherche, ENSA Nantes, 176 p.

***

Été 2019. Le laboratoire de recherche AAU (équipe CRENAU, ENSA Nantes), une thèse en cours sur les modes de vie dans les territoires “périurbains”, la mission SCALA : c’est à cheval entre ces différents contextes que s’est mis en place le stage-recherche de Ronan Keroullé – alors étudiant de Master 2 à l’ENSA Nantes -, co-encadré par Florie Colin et Laurent Devisme. Ce travail de quelques mois démarre notamment avec différentes déambulations au cœur de quelques petites villes autour de Nantes et Saint-Nazaire : Ancenis, Blain, Guérande, Héric, Le Croisic, Le Pouliguen, Nozay, en allant jusqu’à Redon. Des échanges réguliers, notamment sur les spatialités et usages “dans” mais surtout “autour” des cinémas, ont lieu, en partenariat avec le Cinématographe qui coordonne la mission SCALA, mais aussi avec un photographe, Christian Chauvet. Il est question de l’implication des bénévoles dans les programmations des cinémas, de la place des cultures cinématographiques dans des territoires sous influence des multiplexes, des équipements eux-mêmes et de l’éducation à l’image… Cette enquête met en avant une approche sensible des territoires, à la recherche des traces (visuelles, symboliques) du cinéma dans les petites villes.

***

Pour consulter le mémoire-recherche écrit par Ronan Keroullé, cliquez ici (vous pouvez également consulter le livret photos ici).

Pour consulter la planche en ligne sur l’Atlas social de la métropole nantaise, cliquez ici.

Florie Colin & Laurent Devisme

Soutenance de thèse de Markéta Fingerová

Processus et outils de co-design avec des habitants, designers et architectes pour adapter l’habitat pavillonnaire périurbain au vieillissement.

Elle aura lieu le jeudi 16 décembre 2021 à 14h à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (amphi 150 bis et visio-conférence).

Rattachement : École doctorale SPI (Sciences Pour l’Ingénieur).
Spécialité : Architecture et études urbaines.

Laboratoires : CRENAU, UMR 1563 AAU, ENSA Nantes.

Financements : 50% financement doctoral du Ministère de la Culture, 50% financement doctoral de RFI-OIC.

Composition du jury :

  • Annie Gentès, Professeure, CY École de design (rapporteure)
  • Vincent Caradec, Professeur, Université de Lille III (rapporteur)
  • Catherine Elsen, Professeure, Université de Liège (examinatrice)
  • Fanny Cérèse, Docteure, Atelier AA Architecture humaine (examinatrice)
  • Lionel Rougé, Maître de conférences, Université de Toulouse (examinateur)
  • Vincent Tourre, Maître de conférences, École Centrale Nantes (examinateur)
  • Daniel Siret, Ingénieur de recherche Culture, École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (directeur de thèse)
  • Gaël Guilloux, Docteur, Les Bolders (Co-encadrant)
Vertou-Beautour.
Crédit photo : Markéta Fingerová, 2019

Résumé :

Cette thèse porte sur les enjeux du maintien à domicile des habitants vieillissants. Vieillir chez soi, même en situation de dépendance, est la voie choisie pour de nombreuses raisons par les personnes âgées et les acteurs publics. En outre, une grande partie des français âgés de 80 ans et plus vieillissent dans des pavillons en milieu périurbain. La question traitée dans cette thèse est de savoir comment amener ces habitants à adapter leur pavillon périurbain au vieillissement, et d’évaluer si les approches de co-design peuvent être pertinentes pour cette population. La thèse présente ainsi une recherche interdisciplinaire qui croise les démarches en anthropologie, en design et en architecture. Le terrain de la recherche se situe dans les premières couronnes périurbaines nantaises.

Les trois premiers chapitres rassemblent les connaissances sur le co-design avec des personnes âgées, les données relatives au vieillissement de la population en France et les enjeux associés, ainsi que la méthodologie de recherche qui s’inspire des approches de la recherche-action et du design-anthropology. Les trois chapitres suivants présentent les résultats de notre recherche, en commençant par l’enquête ethnographique menée avec des habitants vieillissants à domicile qui identifie trois thèmes transversaux sur la problématique du vieillissement en pavillon périurbain. Ces thèmes sont mobilisés pour expérimenter des ateliers de co-design dont nous analysons les processus et outils, ainsi que les interactions entre les acteurs habitants ainés, designers et architectes.

Abstract :

Codesign process and tools with elderly inhabitants, designers and architects in order to adapt peri-urban pavilions to aging at home.

This thesis focuses on the challenges of home support for aging residents. Aging at home, even in a situation of dependency, is the path chosen for many reasons by the elderly and public actors. In addition, a large part of French people aged 80 and over, age in pavilions in peri-urban areas. The question addressed in this thesis is how to get these inhabitants to adapt their peri-urban pavilion to aging, and to assess whether co-design approaches can be relevant for this population. The thesis thus presents an interdisciplinary research, which crosses approaches in anthropology, design and architecture. The research field is located in the first suburban areas of Nantes.

The three first chapters bring together knowledge on co-design with the elderly, data relating to the aging of the population in France and the associated challenges, as well as the research methodology, which is inspired by the approaches of action research and of design-anthropology. The following three chapters present the results of our research, starting with the ethnographic survey carried out with aging residents at home, which identifies three cross-cutting themes on the issue of aging in peri-urban areas. These themes are used to experiment with co-design workshops for which we analyze the processes and tools, as well as the interactions between senior residents, designers and architects.

Métropole et justice spatiale

Métropole et éloignement résidentiel – Vivre dans le périurbain lyonnais
Eric Charmes (dir.), Paris, Editions autrement, 2021, 141 pages.

Alors que les débats sur la périurbanisation se sont longtemps concentrés sur les effets de l’étalement urbain, l’ouvrage dirigé par Éric Charmes dépasse ce prisme d’analyse. A partir d’une enquête sur les dynamiques résidentielles dans le périurbain lyonnais, il questionne la dynamique centrifuge de la métropolisation et les enjeux de justice sociale. Ainsi, dans la continuité de travaux de géographie sociale, il contribue à rendre compte d’une pluralité de modes d’habiter périurbains et explore les enjeux du coût résidentiel à travers la question de la précarité énergétique.

Pour lire la recension : cliquez ici

Kévin Chesnel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search