L’intermodalité au ras du sol et les confins de la ville

Billet d’étonnement #1

Novembre 2019, fin de journée sur l’île de Nantes. Il s’agit d’aller prendre l’avion (shame on me !) et de se préparer à l’évaluation d’un autre laboratoire. Il y a toujours plusieurs manières d’aller à l’aéroport ; la moins connue (parce que la société de transport public n’indique pas sa possibilité sur le web) est l’une des moins chères : il s’agit de s’y rendre, tranquillement mais sûrement, par le transport public ordinaire. Non pas la navette expresse ad hoc, 9 euros pour une liaison « directe et rapide » mais par le tram puis le bus pour le prix d’un ticket ordinaire (1,70 euros ou 2 euros s’il est pris auprès du conducteur à bord. « Ticket », un mot bientôt obsolète non ? Surtout si vous utilisez la carte Libertan.

Bon, départ de l’école d’architecture de Nantes, une curieuse affichette à l’entrée du bâtiment Loire annonce un « séminaire de l’encadrement » (je vous laisse deviner qui est autour du cadre, de la table et pour encadrer quoi) puis je gagne la place de la République à pied, la Poste est encore ouverte pour l’envoi de mon paquet, la rue Paul Nizan, ses tags, la nizanerie « territoire convivial des possibles »… Peut-être mais il fait froid à la tombée du jour et de fait il ne reste que 5 ouvrages dans la boîte à livres. Puis l’arrêt de tramway Vincent Gâche, direction Neustrie, ligne 3, mais travaux en cours au terminus et il semble que je ne puisse prendre la ligne de bus que j’ai déjà emprunté au terminus, travaux en cours autour du parking relais… Le site internet m’indique 42 minutes à pied, ce n’est pas trop mais l’itinéraire est assez dangereux sans trottoirs, il faut longer les glissières de sécurité, je l’ai déjà fait… Ce serait l’occasion de voir où en est la cabane des gilets jaunes !

Je repère plutôt le bus 98 que je peux prendre par exemple à Balinière (Rezé) pour rejoindre l’aéroport (la direction du bus : Saint-Aignan de Grandlieu). A l’arrêt Vincent Gâche, le tram est plus que blindé, il est vrai qu’on l’a attendu plus que de raison. Il désemplit après Pirmil, gros pôle relais, notamment de cars filant vers la campagne du Sud de Nantes (Gétigné, Geneston, Ste Pazanne, Pornic… « Aleop » est le nouveau nom ridicule de ces transports inter- et périurbains qui donnent rarement l’impression de la rapidité connotée par l’expression « allez hop ». Bref). Je sors à Balinière et c’est une nouvelle épreuve ici : non plus celle de l’ajustement des corps au touche-touche dans la rame mais celle du repérage. Mais où donc passe le 98 à Balinière ? Aucun indice, une première demande, l’homme me répond « oui ce n’est pas si simple » et continue son chemin (merci du truc), une vieille dame ensuite me dit qu’elle ne le prend jamais mais qu’il est sûrement dans les environs (bon courage me lance-t-elle), puis une jeune femme me dit que c’est la deuxième route après le rond-point, 200 ou 300 mètres plus loin… Etrange unité de lieu ! Qu’est-ce qu’un lieu me demandè-je alors ? Je repense à Vidal de la Blache et la géographie vue comme « science des lieux » ou repense plus simplement que le lieu est « là où quelque chose se trouve ou/et se passe ». Mais c’est justement problématique. Est-ce que Balinière est un lieu ? Le tout est de trouver le poteau « Balinière » de la TAN, maisons du bord de route de plus en plus basse. Flot continu de voitures, de plus en plus de SUV mais aussi des cyclistes qui même éclairés restent encore bien discrets. Plus grand-chose n’est fait pour eux ici, des flèches effacées sur le bitume, pas beaucoup plus… Pas d’assise ni d’abri, Balinière n’est qu’un « arrêt » où j’attends un petit quart d’heure, fréquence lente. Deux ados ensuite, voix fortes et chamailleuses, une employée et sa jeune fille sortie du périscolaire. Nous attendons le bus qui arrive à l’heure mais chemine pourtant de plus en plus lentement, trafic dense. Je me dis que nous nous promenons dans le périurbain (« Croix de Rezé », « moulin à l’huile », « jaguère »), alors que nous sommes à Rezé, cette ville de hameaux. Plus loin, les arrêts « aérospatiale » et « airbus » avant l’aéroport. On passe des lieux-dits et toponymes d’hier à l’annonce littérale des entreprises qui font la fierté locale. Le giratoire de l’aéroport est bouché, le bus stoppé à 100 mètres de son arrêt. Le chauffeur au bout de quelques minutes laissera finalement sortir les voyageurs pressés qui font rouler leurs valises au pas de course entre giratoire, ancienne ligne de chemin de fer (oui, pas difficile d’imaginer une desserte cadencée depuis Nantes jusque ce pratique aéroport) puis cheminement indiqué entre barrières et plots. Tout cela prend finalement une heure, pas si pire, mais je regrette un peu de ne pas être venu en vélo ! Ressenti d’une traversée périurbaine en slow motion, on n’est pourtant pas dans les « couronnes périurbaines ». Le trajet et la carte, ce n’est décidément pas la même chose.

Arrivée à Toulouse (une des capitales de la dispersion urbaine si l’on peut dire !), il fait aussi froid qu’à Nantes mais l’accent est chantant. Un tramway possible ici depuis l’aéroport, je longe de nouveaux ensembles urbains tout au long du trajet et descend aux Arènes où l’on peut retrouver le métro automatique. Ligne 1 vers le capitole – et oui c’est place du capitole que l’on retrouve les collègues… Avant de rejoindre plus tard l’Ibis du Mirail sur la même ligne, cela fait longtemps que je ne m’y suis pas promené. Et voici l’autre étonnement. Une majorité de collègues – essentiellement parisiens – est proprement scandalisée d’être parquée là, jusqu’à provoquer une colère noire ! L’un des propos : « un sordide Ibis pour routiers perdu au fond de nulle part ». Je suis estomaqué. Il y quand même de la violence de classe là-dedans. Certes nous aurions pu, à moindre frais, être logés dans l’intra-muros plus sympathique mais enfin, une nuit au Mirail, ce n’est pas le fond de nulle part. Environnement routier assurément, cheminements piétons incertains, peu éclairés mais c’est une petite aventure non ? Surtout si l’on croit être au fond de nulle part alors que nous sommes à quelques encablures d’une utopie architecturale et urbaine dont le devenir est bien instructif pour qui s’intéresse à l’espace des sociétés. Ne faut-il pas un peu se décentrer ? Pas de beaucoup, à peine 5 kilomètres, nous sommes toujours sur la commune de Toulouse, dans les parages d’une ZUP édifiée au début des années 1960 et qui fit la fierté des rues-corridors et de l’urbanisme de dalle. Autre époque, autres mœurs. Mais les confins de la ville ? Une blague non ?

Laurent Devisme

Cite this article as: laurentdevisme, "L’intermodalité au ras du sol et les confins de la ville," in Les écritures du périurbain, 05/12/2019, https://periurbain.hypotheses.org/243.

Auteur : laurentdevisme

Professeur d’études urbaines, mon travail relève principalement, au sein des sciences de l’espace des sociétés, d’une approche ethnographique de l’urbanisme. Comment se déploie aujourd’hui la fabrique urbanistique, quelles sont les raisons de l’action aménagiste ? Mes travaux concernent principalement : l’urbanisme comme pratique technico-politique de transformation intentionnelle des espaces ; l’approche expérimentale de la sociologie urbaine et la connaissance des territorialités contemporaines ; les théories des sciences de l’espace des sociétés et l’enjeu des théories de l’action et du sens pratique aménagiste.

2 réflexions sur « L’intermodalité au ras du sol et les confins de la ville »

  1. Bonjour,
    Je trouve que vos deux “billets d’étonnement” (c’est une page de la Maison des carnets d’Hypothèses qui m’y a amené : https://fr.hypotheses.org/page/2 ) sont étonnants et intéressants. Bien sûr, ils seraient plus compréhensibles pour les “étrangers” s’il y avait de petites cartes ou schémas, ou même vos dessins (oui, des dessins, ce serait bien) : on pourrait vous suivre mieux dans vos pérégrinations, soit ici soit au Québec pour le billet de Florie Colin. Mais peut-être est-ce délibéré, pour mieux nous étonner. Je suis linguiste-ethnologue souvent dans des pays lointains et j’ai vécu dans des “pays bizarres” ; les bus ou la marche à pied, je vois ce que c’est. Mais justement, c’est de voir chez vous le ton parfaitement reconnaissable du “Carnet de terrain” qui m’a semblé d’abord amusant, ensuite aussi intéressant qu’amusant. Je trouve cette idée des “billets d’étonnement” vraiment bien trouvée : j’espère qu’il y en aura d’autres. Merci,
    François Jacquesson (carnet Caramel).

    1. Bonjour François,
      Merci beaucoup pour votre message. Nous venons de publier un troisième billet, celui de Markéta, qui, on l’espère, vous étonnera de nouveau (même si les dessins sont, une fois de plus, absents !) Votre billet “Et ça marche ?” nous a bien plu aussi, pour rester dans cette thématique du “voyage” .
      En espérant de prochains beaux étonnements !
      Au plaisir de vous lire ici et sur votre blog,
      Florie & Markéta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.