Voyage (extra)ordinaire de Nantes à Vertou

Décembre 2018 – 8h30. Je pars de Nantes, quartier de la Bottière-Chênaie, pour mon douzième entretien à Vertou. Il s’agit d’une enquête de terrain effectuée dans le cadre de ma thèse qui questionne l’adaptation de l’habitat pavillonnaire périurbain au vieillissement. Aujourd’hui je vais rencontrer Manu, un veuf qui vit dans un pavillon avec un grand jardin. Comme (presque) tout le monde à Vertou. Les vertaviens en sont fiers. C’est une commune métropolitaine nantaise, du Sud Loire, qui est recherchée pour sa proximité de la ville de Nantes et pour le calme que propose la nature qui l’entoure, les promenades au bord de la Sèvre nantaise d’une part et celles dans les vignobles d’autre part. Au début de mon enquête je me suis fixée un challenge. Je vais faire tous mes déplacements en transports en commun (j’ai un peu triché, en prenant deux fois un vélo en suivant les bords de Sèvre, une expérience fort agréable, soit dit en passant). En voiture, de chez moi à Vertou cela prendrait 15 minutes par le périphérique, une heure et demi en transports. Mais comme ça je vais me mettre dans la peau des Vertaviens qui prennent les transports pour venir à Nantes, me dis-je, en ma qualité d’anthropologue d’origine tchèque, mais nantaise depuis quelques années. L’avantage, c’est que chaque nouveau trajet est une nouvelle aventure pour moi, riche en nouveautés à découvrir aussi bien dans les transports qu’en regardant au travers les vitres. Et ça, j’aime bien.

J’ai dix minutes à pied pour rejoindre le tramway de la ligne 1 à la station « Souillarderie » (je me demande souvent d’où vient ce nom… et j’ai mes idées…). J’ai de la chance, le tram arrive. Il est vraiment bondé mais je parviens à passer en mode 2D et à rejoindre les lecteurs matinaux des nouvelles sur smartphone. Je suis comme eux. Quinze minutes plus tard, arrivée à la station « Duchesse Anne », la grande partie des voyageurs sort pour prendre le fameux Busway. Je dis « fameux », parce que dans mes entretiens avec des « anciens » de Vertou on parle souvent du Busway. Selon eux, son existence rapproche Vertou de Nantes. Ils se sentent connectés avec la ville et au CHU. Mais pour y arriver, il faut encore deux changements malgré tout (et trois quart d’heure). Mais, pour tout dire, je ne vois que rarement des personnes âgées dans le Busway.

Je prends donc le Busway, direction Porte de Vertou. On traverse l’Île de Nantes et le bus libère petit à petit ses passagers. Ça me permet de m’approcher des vitres et, du même coup, de regarder le paysage changer. La Loire est large et… sauvage. Les courants d’eau semblent être vraiment puissants. Petit à petit les grands immeubles qui étaient sur l’île de Nantes disparaissent au profit d’immeubles un peu moins impressionnants, tout devient plus petit. Après la Joliverie, le paysage change complètement. Le Busway passe d’abord par des voies étroites pour ensuite rejoindre une route beaucoup plus large. Des deux côtés on voit des maisons jusqu’à l’horizon. Des maisons et encore des maisons. Toujours des maisons. Mais les nouvelles constructions s’incrustent dans ce paysage monotone à chaque rond-point. On a l’impression que leurs habitants ont choisi d’habiter dans un appartement avec l’option « rond-point » (peut-être que cela donne droit à une réduction d’impôts ?). Il s’agit sûrement de terrains où il y avait une ou deux maisons de famille auparavant, mais qui ont été détruites avec l’objectif de construire plus de logements. Le Busway poursuit sa route et je vois à nouveau des maisons, un rond-point et un immeuble, des maisons, un rond-point et un immeuble, jusqu’à l’arrivée à la Porte de Vertou, le terminus du Busway. Je descends et je réalise que j’étais la dernière personne dans le Busway depuis quelque temps. Où sont partis tous ces gens ?

La route est en travaux et je passe un certain temps à chercher l’arrêt de bus qui me permettra de continuer jusqu’au centre de Vertou. Je le trouve enfin (il était bien caché). Je dois attendre 18 minutes. Pas le choix. Derrière moi le parking relais est en travaux, de l’autre côté il y a le rond-point où le Busway fait un demi-tour vers Nantes. En attendant et m’ennuyant, je me rappelle les paroles de Suzanne, une dame de 87 ans, qui habite à 300 mètres de là et que j’ai rencontrée la semaine dernière. Pour elle le Busway c’est « effrayant » comment ça secoue. Descendre est aussi pénible que monter. Mais apparemment il faut déjà pouvoir y arriver en marchant sur le trottoir, raconte-t-elle : « Je suis obligée de descendre sur la rue, parce que c’est plus facile. Pourtant j’ai des chaussures plates. » Même si je ne rencontre pas le même problème, j’imagine bien la galère et sa peur qui fait qu’elle préfère rester dans sa maison. En revanche on rit parce qu’elle a demandé au curé de l’église dans sa rue de transformer l’église en superette. Certes, ce serait plus pratique. Et puis elle cherche des solutions !  

Le bus 28 arrive. Le trajet est rapide, je suis toute seule, encore une fois. On passe par la route du vignoble, encore des pavillons. Un rond-point (un de plus, j’ai arrêté de compter) et d’un coup tout disparaît. C’est un peu bizarre vu que je vais dans la direction du centre-ville. Le boulevard de l’Europe est entouré par des champs. Mais, comme par enchantement, les maisons réapparaissent et même de vieux immeubles HLM (les Vertaviens n’en sont pas fiers). Derrière habitent Joseph et sa femme, d’anciens agriculteurs. Leur petite maison créé une transition douce entre la ville et la nature, c’est en tout cas ce que dit Joseph. Il raconte qu’avant déménager ici, il a sollicité Monsieur le Maire pour qu’on organise des bus qui passent régulièrement dans les villages : « Pendant une réunion avec des habitants, je pose la question, tout le monde applaudit, l’idée est formidable. Mais la réponse de Monsieur le Maire a été que notre seule solution est de nous rapprocher du centre de Vertou. On lui a obéi !  On est venu là à 75 ans ». Étonnée par son témoignage, mais en même temps contente pour lui, que sa famille ait pu s’organiser pour faire son déménagement.

L’arrivée à ma destination finale laisse s’évaporer mes souvenirs des entretiens. Je descends du bus. On se dit « au revoir » avec le conducteur et je vais regarder quel bus m’amène chez Manu dans les Mortiers. Je regarde la carte, mais il n’y a aucune information. Je tourne vers le bâtiment juste à côté, la bibliothèque et je demande à la dame travaillant à l’accueil. Elle n’est pas sûre, mais elle m’explique que probablement il n’y a aucune connexion en transports en commun et pour y aller à pied c’est loin. Je demande à l’accueil de la mairie. En effet, il n’y a aucun moyen en transport en commun pour accéder aux Mortiers. Je tombe de haut. Je réalise d’un coup à quel point je ne suis habituée à me déplacer que dans des villes.  Mais je ne vais quand même pas revenir bredouille, sans avoir mené cet entretien. Alors j’appelle un taxi et j’attends 20 minutes parce qu’il part de Nantes. Il arrive et il m’amène en quelques minutes chez Manu. On traverse une forêt. Il n’y a pas de trottoirs. Les gens doivent être vraiment habitués à ne se déplacer qu’en voiture.

J’arrive chez Manu, et à ma question comment il fait sans voiture, il se met à rire : « Je prends une trottinette comme tout le monde en ce moment ! Si je n’ai pas la voiture, j’ai le vélo ou je fais à pied. C’est tout. Qu’est-ce que vous voulez faire. On n’a pas le choix de toute façon. Le monde avance, ça ne recule jamais. » Il rigole mais en même temps il est un peu triste. Et moi je me dis que le monde pourrait avancer de la même manière pour tous quand même. A la fin Manu me propose de m’amener Porte de Vertou en voiture. Je lui en suis infiniment reconnaissante et j’accepte sans hésiter. On passe par la forêt, on croise une personne en trottinette (j’ai franchement cru que c’était une blague !). Je repars par le Busway vers Nantes. Une semaine après je retourne vers Vertou pour faire un entretien avec Paulette et Marcel. Les amis de Manu. Ils jouent à la pétanque chaque mardi après-midi. Marcel m’explique que l’année dernière Manu a été pendant longtemps très embêté à cause de l’accident avec sa voiture, il ne pouvait pas se déplacer, parce qu’« il n’y a rien du tout ». Je réalise que Manu, probablement, comme d’autres anciens que j’ai interrogé, préfère ne pas parler des choses qui pourraient être la raison du départ de chez eux ; parce que malgré les galères qu’ils racontent, c’est chez eux, et ça, c’est ce qu’ils aiment.

Markéta Fingerová


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
marketafingerova (30 janvier 2020). Voyage (extra)ordinaire de Nantes à Vertou. Les écritures du périurbain. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/st1k


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search