Enquête jivaro dans le périurbain francilien

J’entretiens avec Bois-le-Roi une relation particulière : lieu de vie d’amis de ma famille, j’y ai passé de nombreux après-midis de mon enfance, entre forêt, cueillette de champignons et base de loisirs. Terrain d’étude et d’enquête de ma thèse (Fonticelli, 2018), j’y suis revenue en tant que chercheuse pour étudier les processus de densification à l’œuvre dans cette commune aisée de la Seine-et-Marne. Pour en brosser un rapide portrait, cette commune de 6500 habitants environ est une commune périurbaine, accessible en 30 minutes de TER de Paris. Voisine de Fontainebleau, elle partage une partie de la forêt. Elle est marquée par un tissu pavillonnaire important, et la présence de la Seine en a fait un lieu historique de villégiature pour les Parisiens dès le XIXe siècle. Pour la géographe que je suis, c’est une commune périurbaine aisée, marquée par la présence de l’eau et de la forêt. Pour mes amis qui y habitent, c’est avant tout « une petite ville tranquille, très nature », la nature et la proximité de la ville étant les deux éléments principaux ayant guidé leur choix résidentiel.

Quelle ne fut pas ma surprise lors de la lecture du Petit traité d’écologie sauvage [1], que de retrouver sous les dessins d’Alessandro Pignocchi, cette commune, ses habitants et son Café de la Gare, aux identités largement conservés dans un univers utopique ! Dans cette bande-dessinée en trois tomes où l’influence de Descola est très lisible, « les dirigeants de la planète ont enfin décidé d’adopter la vision du monde des indiens d’Amazonie. Il est désormais admis que les plantes et les animaux ont une vie intellectuelle et sentimentale similaire à celle des humains » (Tome 1, p.7).

Dans les trois tomes qui composent ce Petit traité d’écologie sauvage, Alessandro Pignocchi décrit un monde devenu animiste où s’entrecroisent des mésanges punks qui mènent à leur manière une révolution écologiste entre actions violentes et soirées alcoolisées ; des figures politiques célèbres – Hollande, Macron, Merkel, Trump se côtoient – cherchant à échapper aux responsabilités qui leur ont été confiées pour mieux observer les oiseaux ou les belettes. Surtout, un anthropologue jivaro œuvre à la préservation des dernières poches de civilisation occidentale. L’auteur nous emmène alors au cœur du périurbain Seine-et-Marnais, à Bois-le-Roi, où notre anthropologue fait son terrain pour tenter de décrypter la cosmogonie occidentale. L’anthropologue se lance à la découverte des « trésors de la culture bacote » (tome 1, p.98), et tente d’analyser, au travers de ce terrain, la cosmogonie occidentale qui s’organise « autour des valeurs sacrées de rentabilité, de profit, de compétition et d’accumulation indéfinie d’objets ». Les contre-sens de ce chercheur sont nombreux et participent à l’amusement à la lecture de cette bande-dessinée : les discussions de café autour du « retour des beaux jours » sont analysées comme « un culte du soleil », un présentoir de cartes postales devient un totem célébrant les éléments principaux de la vie, et le choix d’une carte postale avec un chat est compris comme le préalable à une offrande sacrificielle de cet animal. Mais au-delà, aussi erronées que sont les analyses de l’anthropologue, celles-ci permettent au lecteur d’interroger les paradoxes de notre civilisation occidentale. Si le procédé n’est pas nouveau (pensons par exemple aux Lettres Persanes), il fonctionne à la perfection et permet de questionner notre système de valeurs. En dissertant sur l’élevage intensif de vaches laitières, notre anthropologue souligne le paradoxe entre une agriculture plus coûteuse et qui s’avère finalement moins rentable que l’élevage non industriel.


Source : http://puntish.blogspot.com/2017/12/zad.html, consulté le 14/07/2022

Notre anthropologue enquête surtout les évènements marquants des sociabilités périurbaines : l’apéro au Café de la gare, les marchés sur la place du village, la randonnée en forêt pour écouter le brame du cerf, les conversations météo autour d’un verre de « jus de fruit fermenté », la pêche au gardon… Autant d’éléments importants dans les pratiques bacotes et plus largement Seine-et-Marnaises, que l’habituée de Bois-le-Roi que je suis se plaît à voir peints à l’aquarelle. Les décalages très amusants entre les observations de notre anthropologue et ses conclusions favorisent une agréable mise en abyme pour les chercheurs habitués au terrain. Cette bande-dessinée est aussi un outil pédagogique que j’utilise pour amener mes étudiants à réfléchir aux méthodes d’enquête, à leurs limites et aux erreurs d’interprétation.

Mais que nous disent ces trois tomes des espaces périurbains ? D’une part, l’auteur souligne l’intensité des relations sociales des habitants du périurbain (marché, café, association de marche nordique)… Il investigue par ailleurs largement le rapport à la « nature » des habitants. C’est souvent un élément central du choix résidentiel explicité par les périurbains. L’anthropologue jivaro, parce qu’il permet au lecteur de décentrer son regard, nous invite à réinterroger notre rapport à la nature (Descola, 2005). Ainsi, les pratiques de pêche au gardon sont interrogées : Bois-le-Roi est un spot de pêche assez connu en Seine-et-Marne, ce que notre jivaro ne manque pas d’enquêter. Il interroge l’intérêt de cette pêche, qui n’est pas liée à une pêche de subsistance, et surtout où la plupart des poissons pêchés sont initialement élevés en captivité avant d’être relâchés.

Ce qui m’interroge, surtout, c’est le choix de l’auteur de faire de ce périurbain aisé Seine-et-Marnais la poche de résistance à l’idéologie jivaro, pourtant de plus en plus répandue dans le monde. Si cette résistance s’affaiblit – une ZAD s’est installée à proximité de Bois-le-Roi, cultivant des tomates désormais vendues à prix libre sur le marché – et ce malgré la zone protégée instaurée pour protéger la culture occidentale, Bois-le-Roi est tout de même érigé comme l’une des dernières poches de subsistance de cette idéologie, désormais visitée par des classes d’enfants. Alors, de là à voir dans le périurbain Seine-et-Marnais un lieu apte à vivre notre civilisation occidentale, expliquant que ce sont des territoires oubliés de la révolution animiste, il n’y a qu’un pas.

Dans tous les cas, que l’on soit ou non un familier de Bois-le-Roi et du périurbain Seine-et-Marnais, le Petit traité d’écologie sauvage d’Alessandro Pignocchi est une bande dessinée drôle et intelligente qui permet de rêver à un futur où les relations humain / non humain seraient renouvelées.

Claire Fonticelli

[1] Bande-dessinée de Alessandro PIGNOCCHI, en trois tomes

Bibliographie indicative

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, NRF : Gallimard (coll. « Bibliothèque des sciences humaines »), 623 p.

Fonticelli Claire, 2018, Construire des immeubles au royaume des maisons. La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif: modalités, intérêts et limites, Thèse de doctorat, IAVFF, Paris, 524 p.

Pignocchi Alessandro, 2017, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 1, Steinkis, 119 p.

Pignocchi Alessandro, 2018, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 2 : La cosmologie du futur, Steinkis, 126 p.

Pignocchi Alessandro, 2020, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 3 : Mythopoïèse, Steinkis, 123 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire FONTICELLI (18 juillet 2022). Enquête jivaro dans le périurbain francilien. Les écritures du périurbain. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/st1y


Auteur/autrice : Claire FONTICELLI

Maîtresse de conférences en urbanisme et aménagement IUT d'Aix-Marseille - Parcours Villes et Territoires durables Laboratoire Lieu - chercheuse associée au LAREP et à PLACES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search