Enquête jivaro dans le périurbain francilien

J’entretiens avec Bois-le-Roi une relation particulière : lieu de vie d’amis de ma famille, j’y ai passé de nombreux après-midis de mon enfance, entre forêt, cueillette de champignons et base de loisirs. Terrain d’étude et d’enquête de ma thèse (Fonticelli, 2018), j’y suis revenue en tant que chercheuse pour étudier les processus de densification à l’œuvre dans cette commune aisée de la Seine-et-Marne. Pour en brosser un rapide portrait, cette commune de 6500 habitants environ est une commune périurbaine, accessible en 30 minutes de TER de Paris. Voisine de Fontainebleau, elle partage une partie de la forêt. Elle est marquée par un tissu pavillonnaire important, et la présence de la Seine en a fait un lieu historique de villégiature pour les Parisiens dès le XIXe siècle. Pour la géographe que je suis, c’est une commune périurbaine aisée, marquée par la présence de l’eau et de la forêt. Pour mes amis qui y habitent, c’est avant tout « une petite ville tranquille, très nature », la nature et la proximité de la ville étant les deux éléments principaux ayant guidé leur choix résidentiel.

Quelle ne fut pas ma surprise lors de la lecture du Petit traité d’écologie sauvage [1], que de retrouver sous les dessins d’Alessandro Pignocchi, cette commune, ses habitants et son Café de la Gare, aux identités largement conservés dans un univers utopique ! Dans cette bande-dessinée en trois tomes où l’influence de Descola est très lisible, « les dirigeants de la planète ont enfin décidé d’adopter la vision du monde des indiens d’Amazonie. Il est désormais admis que les plantes et les animaux ont une vie intellectuelle et sentimentale similaire à celle des humains » (Tome 1, p.7).

Dans les trois tomes qui composent ce Petit traité d’écologie sauvage, Alessandro Pignocchi décrit un monde devenu animiste où s’entrecroisent des mésanges punks qui mènent à leur manière une révolution écologiste entre actions violentes et soirées alcoolisées ; des figures politiques célèbres – Hollande, Macron, Merkel, Trump se côtoient – cherchant à échapper aux responsabilités qui leur ont été confiées pour mieux observer les oiseaux ou les belettes. Surtout, un anthropologue jivaro œuvre à la préservation des dernières poches de civilisation occidentale. L’auteur nous emmène alors au cœur du périurbain Seine-et-Marnais, à Bois-le-Roi, où notre anthropologue fait son terrain pour tenter de décrypter la cosmogonie occidentale. L’anthropologue se lance à la découverte des « trésors de la culture bacote » (tome 1, p.98), et tente d’analyser, au travers de ce terrain, la cosmogonie occidentale qui s’organise « autour des valeurs sacrées de rentabilité, de profit, de compétition et d’accumulation indéfinie d’objets ». Les contre-sens de ce chercheur sont nombreux et participent à l’amusement à la lecture de cette bande-dessinée : les discussions de café autour du « retour des beaux jours » sont analysées comme « un culte du soleil », un présentoir de cartes postales devient un totem célébrant les éléments principaux de la vie, et le choix d’une carte postale avec un chat est compris comme le préalable à une offrande sacrificielle de cet animal. Mais au-delà, aussi erronées que sont les analyses de l’anthropologue, celles-ci permettent au lecteur d’interroger les paradoxes de notre civilisation occidentale. Si le procédé n’est pas nouveau (pensons par exemple aux Lettres Persanes), il fonctionne à la perfection et permet de questionner notre système de valeurs. En dissertant sur l’élevage intensif de vaches laitières, notre anthropologue souligne le paradoxe entre une agriculture plus coûteuse et qui s’avère finalement moins rentable que l’élevage non industriel.


Source : http://puntish.blogspot.com/2017/12/zad.html, consulté le 14/07/2022

Notre anthropologue enquête surtout les évènements marquants des sociabilités périurbaines : l’apéro au Café de la gare, les marchés sur la place du village, la randonnée en forêt pour écouter le brame du cerf, les conversations météo autour d’un verre de « jus de fruit fermenté », la pêche au gardon… Autant d’éléments importants dans les pratiques bacotes et plus largement Seine-et-Marnaises, que l’habituée de Bois-le-Roi que je suis se plaît à voir peints à l’aquarelle. Les décalages très amusants entre les observations de notre anthropologue et ses conclusions favorisent une agréable mise en abyme pour les chercheurs habitués au terrain. Cette bande-dessinée est aussi un outil pédagogique que j’utilise pour amener mes étudiants à réfléchir aux méthodes d’enquête, à leurs limites et aux erreurs d’interprétation.

Mais que nous disent ces trois tomes des espaces périurbains ? D’une part, l’auteur souligne l’intensité des relations sociales des habitants du périurbain (marché, café, association de marche nordique)… Il investigue par ailleurs largement le rapport à la « nature » des habitants. C’est souvent un élément central du choix résidentiel explicité par les périurbains. L’anthropologue jivaro, parce qu’il permet au lecteur de décentrer son regard, nous invite à réinterroger notre rapport à la nature (Descola, 2005). Ainsi, les pratiques de pêche au gardon sont interrogées : Bois-le-Roi est un spot de pêche assez connu en Seine-et-Marne, ce que notre jivaro ne manque pas d’enquêter. Il interroge l’intérêt de cette pêche, qui n’est pas liée à une pêche de subsistance, et surtout où la plupart des poissons pêchés sont initialement élevés en captivité avant d’être relâchés.

Ce qui m’interroge, surtout, c’est le choix de l’auteur de faire de ce périurbain aisé Seine-et-Marnais la poche de résistance à l’idéologie jivaro, pourtant de plus en plus répandue dans le monde. Si cette résistance s’affaiblit – une ZAD s’est installée à proximité de Bois-le-Roi, cultivant des tomates désormais vendues à prix libre sur le marché – et ce malgré la zone protégée instaurée pour protéger la culture occidentale, Bois-le-Roi est tout de même érigé comme l’une des dernières poches de subsistance de cette idéologie, désormais visitée par des classes d’enfants. Alors, de là à voir dans le périurbain Seine-et-Marnais un lieu apte à vivre notre civilisation occidentale, expliquant que ce sont des territoires oubliés de la révolution animiste, il n’y a qu’un pas.

Dans tous les cas, que l’on soit ou non un familier de Bois-le-Roi et du périurbain Seine-et-Marnais, le Petit traité d’écologie sauvage d’Alessandro Pignocchi est une bande dessinée drôle et intelligente qui permet de rêver à un futur où les relations humain / non humain seraient renouvelées.

Claire Fonticelli

[1] Bande-dessinée de Alessandro PIGNOCCHI, en trois tomes

Bibliographie indicative

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, NRF : Gallimard (coll. « Bibliothèque des sciences humaines »), 623 p.

Fonticelli Claire, 2018, Construire des immeubles au royaume des maisons. La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif: modalités, intérêts et limites, Thèse de doctorat, IAVFF, Paris, 524 p.

Pignocchi Alessandro, 2017, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 1, Steinkis, 119 p.

Pignocchi Alessandro, 2018, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 2 : La cosmologie du futur, Steinkis, 126 p.

Pignocchi Alessandro, 2020, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 3 : Mythopoïèse, Steinkis, 123 p.

L’attachement aux « grands espaces »

Allons cette fois-ci vers de « grands espaces » – des espaces ruraux, de campagne, mais aussi ceux de la liberté et de l’imagination [1] -, qui s’écrivent et se dessinent sous le coup de crayon de Catherine Meurisse (BD publiée en 2019). Cette dernière a grandi dans un petit village des Deux-Sèvres, ses parents ayant pris la décision de déménager de la ville à la campagne. Elle affirme : « les grands espaces, c’est d’où je viens ». Cet album mêle sensibilité et poésie, évoquant diverses références littéraires (É. Zola, M. Proust), en plus d’une certaine critique, voire dénonciation, politique.

De nombreux liens à l’imaginaire autour de la nature sont faits, saisissant le lecteur dès la première page : les lignes dessinées tracent une porte depuis l’appartement parisien vers les prés de son enfance. L’auteure fait une sorte d’« ode à la nature », évoquant la « provision de paysages, d’odeurs, de silences » nécessaire lors de sa venue à la campagne. Télérama qualifie cette BD comme un « plaidoyer pour la beauté des campagnes sans pesticides ni lotissements » (2020) [2].

L’auteure évoque aussi la matérialité de sa maison en pierre – qui au départ est en fait une ruine – en mettant en avant les cinq sens, et particulièrement le toucher, très important dans sa démarche et son lien aux souvenirs d’enfance. Elle raconte comme « les pierres [les] émouvaient » : les sentiments, l’affect, les émotions sont mises en dessin ; cela ramène au livre de François Vigouroux, L’âme des maisons (2004), qui dépeint des histoires d’hommes, de femmes, et les liens avec leurs maisons. Au-delà de ce souvenir, quand il n’y avait encore « rien », Catherine Meurisse raconte la capacité à imaginer et à projeter la future maison (de la salle à manger, aux chambres, en passant par la cuisine). À la suite de la mise en place de ces espaces du logement, le lien aux objets survient aussi, avec ce musée Pierre Loti qui permet d’exposer toutes sortes de « petits trésors », non sans rappeler l’ouvrage L’attachement aux choses de Thierry Bonnot (2014). Finalement, ces murs en pierre, épais, qui se montent petit à petit, les protègent : la maison est vue comme un nid, une coquille. La sensation de « perdre sa maison d’enfance » est une figure fréquente. L’auteure revient alors sur le choix de ses parents d’habiter dans une grande maison, sur un grand terrain. Ils veulent léguer à sa sœur et elle du bâti, des meubles, des objets, des arbres – sa mère ayant même fait des boutures de chaque essence du jardin, « au cas où ». Les notions de transmission par les parents et d’héritage sont visibles. On est ici dans une sorte d’écriture de la nostalgie, de la figure d’un « retour sur ».

Au-delà de l’affect, Catherine Meurisse tient aussi à parler de la périurbanisation du monde rural, en incluant la dimension politique. En effet, des messages forts sont présents derrière la légèreté et la poésie de ses images et textes. Elle dénonce les pesticides, le remembrement (ces haies rasées et replantées, rendant mélancoliques ses parents qui expriment avec douceur et nostalgie la campagne de bocage et de sentiers, où les insectes abondaient), l’agriculture productiviste, les transformations des paysages, les lotissements homogènes… Catherine Meurisse parle de ses « convictions rurales » et de sa « hargne envers les ronds-points », assez récurrente chez les détracteurs des milieux pavillonnaires. Une émission de France Inter, « Où mènent les ronds-points ? », est dédiée à cet « objet » typique de ces espaces.  

La protagoniste vit dans une région entre « hommage au passé » (avec le parc du Puy du Fou, créé en 1989) et « vénération du futur » (avec celui du Futuroscope, créé en 1987), qu’elle évoque non sans ironie voire moquerie, tout en finesse. Elle surnomme ces deux projets Futuroland et Fuy du Pou ; ils ont fait l’objet de diverses controverses. Le projet du Futuroscope, réduit à cette maquette du futur, est moqué par le père qui glisse innocemment devant la télé qu’il ne sait plus qui a dit « il faut supprimer la peine de mort, sauf pour les architectes », évoquant la réplique de l’instituteur joué par F. Lucchini dans le film L’arbre, le maire et la médiathèque (1993) de Éric Rohmer. Cette phrase rappelle aussi l’ouvrage de Philippe Trétiack au titre provocateur, Faut-il pendre les architectes ? (2001) qui veut mettre au jour la méfiance populaire envers ces derniers. Les bâtiments du Futuroscope seront, plus tard dans l’histoire, comparés à la pyramide du Louvre (construite deux ans après l’ouverture de ce parc) ; pour des yeux d’enfants, ces bâtiments sont comparables, d’où cet « air de déjà-vu » évoqué à la visite de la pyramide. Un autre architecte mis en scène – moqué, avec son image de parisien qui « débarque », déconnecté de la réalité propre au territoire – est celui de la base de loisirs qui fut elle aussi controversée (peut-être Adillons Nature à Luché-Thouarsais ?). Dans cette commune, les panneaux et pancartes envahissent l’entrée de la ville, image résonnant avec le Prix de la France moche, mis en place par l’association Paysages de France.

Catherine Meurisse parle aussi de son lien aux animaux, de la biodiversité, de la mort des insectes [3] et de ses animaux enterrés dans des boites GÉMO, avec cet oxymore de l’animal à la campagne finissant dans une boîte de grande distribution de la zone commerciale d’à côté. L’image est significative des différents mondes qui se heurtent, se côtoient, non sans contradictions. Le Festival du Cabicou évoqué poursuit cette idée, avec la citation suivante de la mère de l’auteure : « on se demande parfois si la campagne, qui s’est toujours moquée de la ville et de son hystérie, ne veut pas se faire aussi grosse qu’elle ». Elle constate alors les transformations des territoires et des identités qui sont à l’œuvre, en dénonçant par la même occasion la société des loisirs [4]. L’idée de quitter ou de passer d’un monde à l’autre est aussi exprimée quand Catherine sort de sa « bulle » et qu’elle va voir à vélo « si le rêve existe aussi dehors » et pas seulement « dans la nature », elle qui « reprend toujours ses droits », faisant alors un lien entre deux mondes. Les termes employés permettent de montrer une certaine violence et puissance des émotions : elle évoque le « paradis » de la campagne dans laquelle elle vit et l’« enfer » des lotissements uniformes, ses parents évoquant leurs colères face aux transformations paysagères, bâties et face à la monoculture (qualifiée d’ailleurs de « monoconnerie »).

Rappelons que le concept d’« espace » que l’on retrouve ici est large et polysémique : espace géographique, social, vécu, conçu, perçu… on peut pour cela se référer notamment aux travaux de Henri Lefebvre ou encore à ceux du géographe Armand Frémont. Ici, ces différents types d’espaces sont décrits, analysés, racontés, narrés.

En regard à ce roman graphique, il pourrait être intéressant de voir comment la bande dessinée de David Prudhomme, Du bruit dans le ciel (2021) traite de cette question de l’enfance dans une petite ville. Peut-être l’occasion d’un prochain billet, dans la continuité de ce dernier ?

Finalement, avec sa grande capacité à faire rire, étonner, surprendre, cultiver et émouvoir, Catherine Meurisse mobilise bien d’autres références, imaginaires, faits d’actualités, qui ne sont pas rapportés dans ce billet ; une invitation donc à découvrir et lire cette belle bande dessinée !

Florie Colin

 


[1] Les Grands Espaces : interview de Catherine Meurisse (extrait), par l’équipe Dargaud, 11 septembre 2018, https://www.dargaud.com/actualites/les-grands-espaces-interview-de-catherine-meurisse-extrait-photo

[2] https://www.telerama.fr/livre/les-grands-espaces,-le-plaidoyer-pour-la-nature-de-catherine-meurisse,n5866130.php

[3] Faisant notamment écho aux récents rapports du GIEC sur le réchauffement planétaire

[4] Nous pouvons alors remobiliser Joffre Dumazedier et sa « civilisation du loisir » (1962)

Les dessous de la fabrique d’un quartier d’habitat à Auray

Le film-documentaire « Huis clos pour un quartier », réalisé par Serge Steyer en 2007, documente la fabrique d’un quartier d’habitat à Auray. Situé à une vingtaine de minutes de Vannes en voiture, cette petite ville attractive voit son nombre d’habitants croitre régulièrement (environ 12 000 habitants à l’époque du film, 14 000 aujourd’hui). Dans ce contexte, la municipalité décide d’initier au début des années 2000 une « opération innovante » sur un vaste terrain constructible (acheté par le promoteur qui rétrocède 1/3 à la commune) situé au Nord-Est de la ville, non loin de la rivière du Loc’h.

La traversée des coulisses de cette fabrique territoriale périurbaine débute par un travelling dans les rues d’un lotissement pavillonnaire d’Auray, où un couple d’urbanistes, Marion et Sylvain, critiquent la ville « ordinaire ». En sus, une voix off reprend quelques lieux communs de la critique périurbaine, chiffres à l’appui : tous les cinq ans en France, un million de maisons individuelles sortent de terre, et une superficie équivalente à un département est consommée. Nos urbanistes disent alors vouloir « éviter le désastre » et prônent un « vrai quartier de vie » ; ils sont motivés à changer le « chacun chez soi derrière sa haie de thuya » et le « périurbain dans toute son horreur ». Le ton est donné !

Au-delà, ce documentaire – toujours d’actualité [1] – permet d’analyser les jeux d’acteurs dans les processus de fabrique de la banlieue pavillonnaire. On y suit le quotidien professionnel de ces urbanistes confrontés aux avis des élus – parfois impuissants -, des promoteurs et de l’architecte, tentant de s’insérer dans ce projet pour l’améliorer et pour « mettre en forme la ville ». Ils ne seront mandatés officiellement par la mairie et par le promoteur privé pour le plan masse que très tardivement.

Le réalisateur donne à voir moins la ville « périurbaine » comme produit, comme résultat, que comme un processus de fabrique. Il retrace de manière habile la mise à l’épreuve des engagements des protagonistes, les intérêts et luttes d’influences, les jeux de pouvoir entre ces différents acteurs. Pour cela, le scénario alterne situations en ateliers, visites de terrain et réunions en mairie où l’on peut suivre les différentes échanges – parfois houleux – autour de ce projet de 250 logements qui se construit entre négociations, altercations et compromis.

Très instructif, nous l’avons revisité à l’occasion de cours en institut d’urbanisme (Institut de Géoarchitecture, Université de Bretagne Occidentale, Brest) ou en école d’architecture (ENSA Nantes), 15 ans plus tard. Les étudiants ont analysé le film pour saisir et appréhender :

    • les rôles des acteurs (maire, élus, urbanistes, promoteurs, architecte) ;
    • les enjeux et objectifs de chacun des acteurs, en saisissant différents points de vue, les intérêts et stratégies de chacun ;
    • les relations entre les différents acteurs et les registres d’interactions et de pouvoir entre eux ;
    • la complexité des processus à la fois de décisions et de production de la ville ;
    • les visions de la ville des différents protagonistes.

Tout au long du documentaire, les deux urbanistes défendent un modèle d’urbanité marqué par une certaine densité, une diversité des formes bâties, des activités et des populations : une centralité pour Auray, un « vrai quartier de vie » pour tous – des enfants aux personnes âgées – en évitant le « chacun pour soi ». En somme, « [On ne veut pas] ici les riches, là-bas les pauvres, on dort là, on travaille à 20 km, et la bagnole dix fois par jour ».

Ils proposent de décliner cette ambition à travers des équipements collectifs, des espaces publics, des espaces verts ainsi qu’une « mixité à la parcelle », objet de débats avec notamment ceux concernant le stationnement ! Ce « melting-pot », cette « salade composée », cette « mixité totale » proposés par Marion et Sylvain plaît au maire mais tout cela sera balayé d’un revers de main par les promoteurs et leur architecte, mus par des objectifs de rentabilité et des habitudes de travail qui peinent à évoluer.

Des conflits entre urbanistes et architectes apparaissent de manière redondante. Entre provocations et marques d’agacement, ils pointent des visions radicalement différentes du projet et de la ville de manière plus générale. L’architecte se dit plus « pragmatique » que les urbanistes, car il « fait des tableaux, des chiffres » et défend « ce que veut son client ». D’un autre côté, Sylvain trouve aberrant qu’un seul architecte s’occupe de 200 logements (et pour cause !). Marion temporise, mettant en avant le fait qu’une seule réunion ne peut ni changer les modes de faire des promoteurs immobiliers – guidés par la logique économique -, ni assurer une compréhension parfaite des enjeux par tous les élus. Un point problématique résume bien ces visions divergentes : l’architecte du promoteur dit « c’est périurbain, on cherche pas l’urbanité très forte » tandis que nous devinons facilement que Marion et Sylvain ne cautionnent pas cette idée.

Au-delà de quelques stratégies agiles de communication (tournée diplomatique plan-masse en main, vidéo de comparaison des projets…) de la part de nos urbanistes, pointons pêle-mêle les thématiques qu’ils mettent en débat, sujets récurrents dans l’aménagement périurbain [2]  :

    • espaces verts ;
    • stationnements (qui amènent à de multiples désaccords : trop ou pas assez selon l’adjointe à l’environnement ou le promoteur. 30, 50 ou 70 % de stationnements ? En souterrain ou non ?) et place de la « sacro-sainte voiture » ;
    • densité de l’habitat [3] ;
    • formes et morphologies de villages ou de lotissements (avec alignement sur rue ou non, avec des jardins en cœur d’îlots qui pourraient être plus grands, concevoir avec des matériaux et couleurs diversifiés) [4] ;
    • Loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains (loi SRU) ;
    • commerces de proximités à inclure dans les projets ;
    • mixité sociale ;
    • logiques économiques dans la fabrique de l’habitat
    • etc.

C’est finalement la question de la banalisation et de la standardisation des paysages qui est exposée. D’ailleurs, une scène présente au début du documentaire est assez évocatrice : les maisons dessinées par les enfants de Marion et Sylvain nous plongent dans les imaginaires liés au pavillonnaire. Ces dessins côtoient le dossier contenant les documents d’urbanisme et le projet conçu par le couple.

Revenons-en aux résultats. Qu’en est-il, aujourd’hui, de ce quartier qui prévoit 250 logements à terme ? Le projet qui s’implante sur environ cinq-six hectares de friches urbanisables au nord-est de la ville semble encore poser plusieurs problèmes aux habitants qui désespèrent de vivre dans un « chantier permanent », entre absence de numéros des rues, saleté et insécurité des chantiers, malfaçons et absences de finitions. 

En outre, les photos du site actuel laissent voir que les propositions de Marion et Sylvain n’ont pas réellement abouti. On y retrouve un quartier composé de projets plutôt « standardisés » à première vue malgré des formes individuelles et collectives, qui laisse une grande place aux stationnements et qui ne semble pas constituer une centralité équipée malgré les efforts fournis.

bretagne-sud-habitat.fr

Alors que reste-t-il ? Nous rejoignons ici volontiers l’idée que le travail – au long cours – des urbanistes contribue à la prise en compte de la complexité de l’urbanisme et à une prise de conscience progressive des enjeux de la qualité des projets d’habitat périurbains par les élus. Et ce, à défaut d’avoir pu réaliser une opération « innovante ».

Bref, vous l’aurez compris, ce billet est une invitation à visionner « Huis clos pour un quartier » qui contribue fortement aux écritures du périurbain, et même, pourquoi pas, à visiter « le Vallon de Rostevel », une quinzaine d’années après la sortie de ce film-documentaire !

Florie Colin & Kévin Chesnel


[1] Voir les différents dispositifs d’action publique déployés depuis une dizaine d’années autour des enjeux de revitalisation des centres-bourgs et de limitation de l’artificialisation des sols (Z.A.N.).

[2] Voir :

  • Sylvain Coquerel, L’étoffe des villes  : 37 variations urbaines (Marseille: Éditions Parenthèses, 2015) ;
  • Gilles Gallichet, Aménager en territoire péri-urbain. Pièges et démarche (Paris: Éditions L’Harmattan, 2015) ;
  • Sylvain Grisot, Manifeste pour un urbanisme circulaire : pour des alternatives concrètes à l’étalement de la ville (dixit.net, 2020) ;
  • Kévin Chesnel, Promesses épreuves et effets des fabriques territoriales en condition périurbaine (Thèse de doctorat de l’université de Nantes, 2021).

[3] Voir : CERTU, Pour un habitat dense individualisé, Collection Référence (Éditions du Certu, 2009)

[4] Voir : Cerema, Maison individuelle et qualité urbaine : Vers des opérations d’aménagement contextualisées (Bron: Cerema, 2015)


Cite this article as: Florie Colin, Kévin Chesnel, “Les dessous de la fabrique d’un quartier d’habitat à Auray,” in Les écritures du périurbain, 20/07/2021, https://periurbain.hypotheses.org/744.

Vivarium : le pavillon n°9 ou le « cauchemar pavillonnaire »


[Attention spoiler !]

Affiche du film. Source : Allociné.

Ce long-métrage irlandais réalisé par Lorcan Finnegan, sorti le 11 mars 2020 (et diffusé le 18 mai 2019 au Festival de Cannes) met en avant un imaginaire sur les zones périurbaines, les banlieues, les lotissements pavillonnaires, dans une volonté de pousser le trait à l’extrême afin de dénoncer certains travers de la société actuelle.

Gemma et Tom à la recherche d’une maison. Source : The Jokers Films.

Dans les premières minutes du film, les protagonistes Gemma (Imogen Poots) et Tom (Jesse Eisenberg) sont mis en garde par une amie sur les prix de l’immobilier qui « s’envolent », ce qui donne le ton pour la suite. Juste après cette interaction, le couple se rend dans une agence. Ils y font la rencontre de Martin, étrange agent immobilier – voire « barjo » comme le dit Tom -, mais qui sait néanmoins être « persuasif » : en effet, il parle des maisons qui « se vendent comme des petits pains » dans cette banlieue qui n’est « ni trop loin, ni trop près » mais « à la bonne distance » (dans mes travaux de thèse, j’évoque cette question de la bonne distance, importante pour les habitants qui veulent souvent habiter à la fois proche de la ville, de la campagne, de leur travail… écho bien particulier lorsque je vois cette scène donc !). La manière de s’exprimer de cet agent est d’ores et déjà gênante, déstabilisante ; un certain malaise se dégage et s’installe de manière insidieuse.

Martin, agent immobilier. Source : The Jokers Films.

Ils s’en vont donc voir, même si ce n’était a priori pas leur volonté de vivre dans une maison de ce style, mais rappelons-le, leur recherche de maison « s’éternise ». Ils sont donc prêts à faire des compromis. On les voit alors sur la route, laissant défiler des paysages arborés, dans une bonne humeur musicale.

L’arrivée à “Yonder”. Source : The Jokers Films.

Le film dépeint maintenant un cliché dénonçant certaines critiques de la banlieue qui serait un lieu homogène architecturalement, désert, sans vie. Déjà, le panneau d’entrée du lotissement « Yonder », « Là-bas », sur lequel un plan s’attarde est caricatural : un couple avec un enfant, tous trois très souriants et sages, pose devant des maisons vertes toutes similaires. Tom veut « en finir au plus vite », mais visite malgré tout avec sa compagne la maison n° 9 en compagnie de Martin, qui leur dit que si « bien des maisons prétendent être idéales, celles-ci le sont » et qu’une multitude de « souvenirs sont à créer » dans cette maison verte. Des tableaux qui la représentent sont accrochés au mur. Ils semblent interpeler le couple, tout comme la chambre de bébé toute bleue – dénonçant un cliché autour du conformisme et de ce que devrait être les étapes de vie d’un jeune couple : achat d’une maison, bébé que l’on élève, travail pour payer son prêt immobilier.

Tableau présent dans la maison n°9. Source : The Jokers Films

Moins de 15 minutes suffisent pour montrer la tournure du film : Martin et sa voiture ayant finalement disparu alors que Gemma et Tom visitaient le jardin – composé de gazon artificiel -, ils en profitent pour partir de ce lieu qui leur déplaît, ou du moins tenter. La musique angoissante associée à une vue aérienne montrant des maisons semblables à perte de vue dans un lieu totalement inhabité et très silencieux – l’écho de leurs voix y résonne de manière oppressante – et leur façon de « tourner en rond » sans jamais pouvoir trouver la sortie et rejoindre d’autres paysages annonce une suite plus sombre. Dans leur vaine tentative de s’échapper, ils repassent à maintes reprises devant la maison n° 9. Les lumières froides, presque artificielles, renforcent le ton donné par la musique. La voiture est maintenant en panne, ils essayent alors de s’enfuir, à pied cette fois, en suivant le soleil et en escaladant maintes clôtures, claustras et traversant des pelouses. Une expérience qui s’avère une fois de plus être un échec. Désespérés et épuisés, ils tentent de brûler cette maison déjà perçue comme maudite. Cette scène me fait penser au chapitre « La maison qui brûle » de l’ouvrage de François Vigouroux, L’âme des maisons (2003). Ils se résignent finalement lorsqu’elle réapparaît intacte. Ils trouvent un bébé dans un carton – qui grandira très vite et qu’ils ne nommeront jamais, si ce n’est « le gamin » voire, au fil du temps, « la chose » -, dont ils devront s’occuper.

La découverte du bébé. Source : The Jokers Films.

Après leur installation forcée dans ce pavillon, plusieurs scènes se succèdent – parfois d’ailleurs un peu trop redondantes peut-être, bien que l’optique soit justement de dénoncer ce quotidien insipide, banal, répétitif, monotone : prendre le petit déjeuner, verser les céréales et le lait dans le bol de ce gamin pour faire taire ses cris stridents qui expriment sa mauvaise humeur ou son mécontentement, se laver les dents, aller dehors, se coucher, dormir, et recommencer. Toujours et encore.  

“Help”. Source : The Jokers Films.

À plus de la moitié du film, l’inscription « HELP » faite par Tom sur le toit à leur arrivée se transforme en « FUK U », ce qui marque une autre avancée temporelle et la lassitude et désarroi des protagonistes : cette situation inconfortable, malaisante, malsaine, est strictement inchangée malgré le temps qui passe. Une scène nostalgique montre le couple se remémorant leur rencontre, leur vie d’avant, dans ce lotissement glaçant où même le vent est absent, comme toute autre expérience sensorielle. En effet, à « Yonder », la pluie, le vent, les insectes, les grands arbres n’existent pas : tout est synthétique, faux, jusqu’à la nourriture sous vide qu’ils reçoivent emballée dans un carton et qui semble n’avoir aucune saveur – voire les dégouter comme en témoigne certaines scènes.

Des références aux tableaux de René Magritte, notamment à L’empire des Lumières (faisant écho à des paroles habitantes que j’ai pu entendre lors de mes enquêtes sur le terrain québécois à propos de l’esthétique de la banlieue) sont présentes : des éléments très graphiques, visuels, presque esthétiques, dans une homogénéité, un côté artificiel et superficiel, surréaliste, notamment par les couleurs et lumières dérangeantes, et par ces nuages qui sont comme peints, figés et tout sauf naturels.

René Magritte, L’empire des lumières, 1953-54. Copyright : 2018 C. Herscovici, London/Artists Rights Society (ARS), New York. Lien : https://www.guggenheim.org/artwork/2594

La toute première scène du film n’est pas anodine et prend sens au fur et à mesure que l’on avance. Elle montre un coucou qui naît. Cette race d’oiseaux pond dans le nid des autres, puis abandonnent ses œufs. Une fois nés, les poussins coucous dégagent du nid les autres oisillons pour être élevés et nourris de façon exclusive par leurs parents d’adoption, étant dans un comportement quelque peu parasitaire. Le réalisateur opère ici un parallèle et une métaphore entre cette espèce d’oiseaux et les agents et promoteurs immobiliers du film, qui seraient finalement des « monstres » qui piègent des innocents, ceux-ci se trouvant forcer notamment d’élever des enfants déposés dans des cartons et qui ne sont pas les leurs – et qui deviendront les futurs agents immobiliers, dans un cycle sans fin…

Si certains spectateurs soulignent une féroce parodie de la société actuelle, dans un film bien joué à la fois glaçant et ironiquement drôle, d’autres soulignent surtout la vacuité et l’ennui au visionnage, allant de pair avec une fin prévisible. La presse est moins sévère sur cette dystopie de science-fiction – ou thriller psychologique ? Difficile à classer. En tout cas, ce film ne critique peut-être pas toutes les banlieues ou lotissements comme le précise le réalisateur, mais certains programmes immobiliers qu’il juge aberrants, poussant au milieu de nulle part, comme ce fut le cas de beaucoup en Irlande entre 2005 et 2008. Cette fiction dépeint des clichés, des stéréotypes, des préjugés poussés à l’extrême, dans une « exagération cauchemardesque », pour reprendre un terme de Lorcan Finnegan. C’est aussi de cette manière, en allant dans le grotesque et l’absurde, que ce dernier souhaite faire passer des messages. Comme le précise l’acteur qui joue Tom, « Vivarium n’est pas un commentaire sociopolitique sur la vie pavillonnaire, mais un cauchemar fiévreux, où rien n’est explicite » (Le monde, 11/03/2020, p.26).

Florie Colin

Sitographie

https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/03/11/vivarium-ou-le-lotissement-comme-biotope-du-consumerisme_6032563_3246.html

https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/cinema/vivarium-un-film-de-science-fiction-oppressant-10-03-2020-8276919.php

https://www.avoir-alire.com/vivarium-lorcan-finnegan-critique

https://www.allocine.fr/film/fichefilm-256558/critiques/spectateurs/

http://www.grand-ecart.fr/portraits/rencontre-interview-lorcan-finnegan-vivarium-film-fantastique-gerardmer-2020/

https://www.thejokersfilms.com/vivarium

Comment peut-on s’imaginer… “L’urbanisation des campagnes” ?

Confinement oblige, nous pouvons explorer quelques manières d’envisager l’avenir ou plutôt plonger dans ce que projeter l’avenir a pu vouloir dire. « La France face à l’avenir », telle est la bannière de ce billet et plus précisément « la Région Rhône-Alpes entre hier et demain », sous l’angle donc de… « L’urbanisation des campagnes ! »

C’est le titre de ce film de 1975 que l’on peut visualiser à partir de la bibliothèque numérique de Grenoble. On le doit à Claude Huhardeaux, également réalisateur de documentaires sur le monde du travail dans les années 1970 ou encore filmant des gens ordinaires racontant des problèmes scientifiques et comment ils ont pu « recevoir la science » (cf. l’émission Science Publique : « L’une cherche, l’autre pas » en accès libre sur le site Internet de Gallica).

Mais revenons à cet intéressant document d’écriture du périurbain. 

Je dois la découverte de ce film à une soirée organisée avec la complicité de Nicolas Tixier, président de la cinémathèque de Grenoble dans le cadre du colloque urban feedback monté par le laboratoire PACTE en Janvier 2020. Après la projection d’un petit film de 1926, « Grenoble » où il est fortement question de la ville pittoresque, ce sont cinquante ans plus tard les effets de l’urbanisation qui se trouvent au centre d’un film à la tonalité musicale significative. Trois morceaux nous accompagnent : d’abord Maxime Leforestier avec Comme un arbre dans la ville, un travelling partant d’une rue du centre de Grenoble, le long du Drac… « je suis né dans le béton », « si près des autos qui fument, entre béton et bitume… » Le travelling mène ensuite vers des zones d’activités puis la fameuse Villeneuve, vers le Sud là où s’est jouée une grande innovation urbanistique il y a cinquante ans à l’occasion des JO d’hiver. A l’arrière-plan, des sommets enneigés, au premier plan des stades de foot et des terrains boueux – un demi-siècle plus tard ou presque, la boue à nouveau, après des démolitions de « grands ensembles » sur le même lieu… « Fenêtres serviles » chante Leforestier alors que l’on voit la Villeneuve. On passe ensuite, jazz en fond sonore pendant la majeure partie du film accompagnant d’autres travellings, à Take five de Dave Brubeck. Enfin, plus problématique, le texte de la fameuse chanson de Ferrat, la Montagne : critique implicite de l’urbanisation, nostalgie pour un temps d’avant, une chanson que l’on peut qualifier de réactionnaire, restée si populaire… Et lorsque la musique s’absente, le fond sonore est constitué de tracteurs en marche et de travaux publics en cours.

C’est un court film avec actants et acteurs : actants surtout filmés en paysages : champs de maïs, maraîchages, usines, villas, lotissements, de nombreux tuyaux ; on est bien en train de viabiliser le territoire. Si la caméra se fait fonctionnaliste, c’est qu’elle suit le matériau principal : des entretiens avec des agriculteurs. Leurs visages, le timbre de leur voix les rendent à la fois attachants et terriblement distants. Un protagoniste revient régulièrement : un maire en costume-cravate, cigarette à la main, donneur de leçons qui nous explique le b.a.-ba de l’urbanisation industrielle.

Que nous disent ces acteurs ? Ils parlent d’un lien qui s’est distendu et surtout d’un monde qu’ils sont en train de quitter : la polyculture, une économie domestique, un lien fort avec la ville (cultures maraîchères livrées au marché de gros à Grenoble), peu ou pas de machines, pas d’engrais chimiques, des filles qui restaient à la maison… Sans oublier le rythme des saisons. Ce tout est devenu aujourd’hui un vrai réservoir nostalgique dont Eric Chauvier a pu faire son miel (cf. les « authentiques maraîchers » évoqués dans l’entrée « Ouvertures » de Contre Télérama).

Ces agriculteurs sont souvent lucides sur ce qui leur arrive : la Ville achète des terres pour urbaniser, des sources disparaissent, les terres s’assèchent. Ils sont « absorbés », il faudra peut-être « s’expatrier ». Plusieurs ont acheté sur Craul (la ville de Fontaine aujourd’hui ?), certains ont complété leurs revenus en travaillant un mois à l’usine. Ils sont de fait partagés : vendre ses terres permet de compléter une petite retraite mais plusieurs craignent de perdre une vue, un pouvoir sur le destin de la commune. C’est particulièrement vrai vers la fin du film où l’on se déplace sur le plateau du Vercors en hiver : on assiste à la transformation en station de sports d’hiver, un premier télésiège qui arrive et un couple qui prend conscience de la nécessité de maîtriser son territoire de vie « face aux grosses sociétés ».

Le maire est un personnage archétypal : une vision fonctionnaliste et statistique, l’éloge de la planification. Lui aussi parle d’autrefois pour commencer mais il est vite projeté vers l’avenir. Il est question de prévisions, d’une organisation, de l’industrialisation pour fournir 2000 emplois – mais des arbres dissimuleront des usines ; une zone de 700 hectares est réservée pour des cultures spécialisées, équipée comme la zone industrielle : il prône un travail scientifique des agriculteurs (et il faut globalement être « toujours plus scientifique »). Là aussi, plus de 40 ans plus tard, c’est un lien au sol que l’on recherche, un atterrissage aux antipodes de cette vision plaquée. « Il faut faire habiter les gens » lâche le maire, tout en confiant plus tard un idéal dans lequel chacun puisse faire sa maison là où il veut et qu’il soit ensuite propriétaire de la vue. Mais l’urbanisme s’impose justement pour que chacun puisse précisément garder un droit à la vue : le Nimby est présent en fond de plan !

« Ces citadins ne voient pas la campagne de la même façon que nous » : les propos renvoient à des témoignages de frictions, des citadins qui jettent leurs ordures, qui ne savent pas différencier le foin des mauvaises herbes, qui coupent des barbelés (« chacun a sa trousse à outils dans sa bagnole ») ; des chasseurs qui s’opposent aux néo-ruraux… Ou encore en montagne des sociétés d’équipement qui colonisent des pays ruraux devant résister « pour que Corrençon ne ressemble pas à la banlieue de Grenoble ». Repérons un contrepoint toutefois : « ce sont des gens agréables, on peut écouler notre production… Vendre des produits meilleur marché, c’est-à-dire plus chers ! ». On sourit de l’oxymore.

Avant que sorte, un an plus tard, la ville bidon de Jacques Baratier (tourné 5 ans plus tôt), où la figure de la ville nouvelle s’oppose à celle du bidonville, on trouve dans L’urbanisation des campagnes une opposition ferme entre deux mondes déjà bien décrits en tension 20 ans plus tôt par Henri Lefebvre (cf. son recueil Du rural à l’urbain, éditions Anthropos) : de la société rurale à la société industrielle avec, à l’horizon, l’urbanisation complète de la société ! 45 ans plus tard, on serait tentés de remobiliser la phrase de Gracq – plutôt que celle de Baudelaire qui originellement tent à le déplorer : “la forme d’une ville change plus vite, on le sait, que le coeur d’un mortel” (La forme d’une ville, José Corti, 1985).

Laurent Devisme

Rêve pavillonnaire, gare au modèle…

Nous avions repéré ce documentaire, diffusé le 7 janvier 2020 sur France 5 dans l’émission « Le monde en face » [1]. Le premier à voir en 2020 assurément : une émission plutôt grand public consacrée aux dessous du modèle du rêve pavillonnaire. Et un format long qui contraste avec les reportages-éclair et autres micro-trottoirs sans intérêt. Sans faire un compte-rendu de visionnage exhaustif, il nous a semblé utile de partager quelques perplexités autour d’un documentaire honnête peut-être, mais bien trop unilatéral.

Non à propos des images d’archives, souvent judicieuses (William Levitt, le roi des banlieues ; Roger Bouteville et André Pux, inventeurs des Maisons Phénix ; Albin Chalandon et Valéry Giscard d’Estaing en promoteurs de la nouvelle société de l’accession à la propriété ; Nicolas Sarkozy enfonçant le clou avec son remède universel aux problèmes sociaux) mais plutôt quant aux choix de portraits et de trajectoires, très marqués par la problématique francilienne (qui n’épuise pas la variété des modes d’habiter).

« Eloigné des bassins d’emplois, étranglés par les crédits et oubliés des services publics » : l’introduction donne le ton d’un documentaire qui propose pour fil narratif désenchantements d’abord, désillusions puis survie (!) des habitants.

Ensuite les trajectoires choisies sont souvent extrêmes et dramatiques et l’ensemble place le spectateur dans un bain sémantique et visuel qui associe un paysage homogène, très marqué par les infrastructures (lignes à haute tension possiblement nocives pour la santé, zones inondables…) à un état de santé qui évoque stress, fatigue, mélancolie, maladies. « Zones sans âme », « chaos des rocades » viennent alors légender le paysage et cela n’est pas loin de nous rappeler l’enjeu éditorial qu’a pu représenter Contre Télérama[2] : élargir et révéler les réalités quotidiennes de ces lieux périurbains. Au demeurant, une sémantique théâtrale s’y déploie ; décors en trompe l’œil, espaces préfabriqués mais aussi portraits présentés comme de quasi-personnages de fictions à l’image du navetteur ou de la mère célibataire nous renvoyant aux déconstructions satiriques de suburbs de séries américaines contemporaines[3]. Certes ces situations existent mais la généralisation est abusive.

Quels sont les portraits ?

Le reportage commence à Montigny-le-Bretonneux (et fallait-il commencer par le BBQ saucisse dans le jardin ?) puis enchaîne avec les charges induites ou cachées (le lotissement de Cercottes en lointaine banlieue d’Orléans) sur des lotissements « qui ont poussé comme des champignons ces dernières années » (on entend plus tard « des zones qui fleurissent » comme si tout cela était pure spontanéité) ; c’est ici Shéhérazade et sa famille que l’on voit d’abord en train d’arroser sa pelouse (taxe d’aménagement, taxe d’enlèvement des ordures, frais de transport) ; Jean-Pierre Jourde, formateur de profession devenu brocanteur et précaire dans un petit village près de Sens ; le champ des Alouettes près de Montargis (un promoteur sans vergogne qui a démarché des familles populaires en région parisienne) ; Paul et ses trois enfants vit un rythme surhumain (il quitte à 4h du matin son pavillon et enchaîne voiture, train… 5h de voyage par jour). Puis Edwige, parent isolé.

« Les constructeurs ont transformé le béton en or et le périurbain en Eldorado […] »

Ces « petits moyens » sont principalement dupés par des promoteurs aux aguets, aux produits renouvelés pour sensibiliser de potentiels acheteurs (l’évolutif, la domotique, les produits toujours moins chers, au loin) ou encore aux promesses qui ne seront jamais tenues (construction de gares, places en crèche). Un « arsenal » déployé par des « géants de la construction » aux success story internationales, aidés par des mesures incitatives des pouvoirs publics, posant ainsi un rapport de force à partir d’un bain sémantique quasi militaire. Plus tard, on rencontre alors la difficulté ou l’impossibilité de partir des maisons toujours en travaux et déjà abandonnées (comparaison avec certaines banlieues américaines en travelling dans la rue d’un lotissement), le placement dévalué (témoignage de Yasmine, à une vingtaine de kilomètres de Nancy) : murs lézardés, terrasses inachevées, clôtures non installées… Tout cela accentué par la bande son et des plans séquences de lotissements abandonnés ou encore de balançoires aux sièges vacillants renvoyant ici à une photographie de films post-apocalyptique ou encore à des images « que l’on pensait réservées aux banlieues nord-américaines ».

La voix off ne manque pas de nous rappeler tout au long de ces portraits que ces situations peuvent devenir « tragiques » lorsque le « ménage n’est pas solide ». Aussi, le couple stabilité-sécurité[4] mériterait -sans doute- d’être interrogé plus avant.

Heureusement, il y a ensuite Plélan-le-Grand, en Bretagne et l’examen de la condition d’élue de la commune : il est question de marges de manœuvre (rénovation énergétique), actions sous contraintes mais tout de même…

Mais la déréliction revient et le malheur s’abat sur le modèle : abattage d’arbres, diminution de la flore et de la faune, diminution de la qualité de l’eau… Un énième travelling aérien sur un lotissement en lisière de champs agricoles – instrument privilégié des transitions entre portraits- parachève la représentation d’une figure « ravageuse ».

Diabolisation de la voiture et retour à des enjeux de santé publique, stress, fatigue et mélancolie quand il n’est pas question de maladies cardio-vasculaires. Point d’orgue ou de chute, ces albigeois qui assistent impuissants à l’érection d’une nouvelle zone commerciale « sans âme », et un magasin de bricolage pour « navire amiral ». Et de faire retour sur une histoire de 30 ans, depuis la campagne mythifiée des années 1980 jusqu’à l’horreur d’une vue sur bardage blanc : des petits oiseaux au mur pour l’éternité : de quoi en faire un infarctus donc, évoqué par un voisin ! De cette spirale du déclin, il ne manquait qu’un portrait, celui de l’isolement voire de l’aliénation avec le vieillissement (cas de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin).

Ces situations sont réelles, parfois touchantes. Mais c’est l’assemblage qui commence à faire problème car la condition périurbaine renvoie aussi à d’autres trajectoires, à des hybridations de modèles. Et on peut alors plutôt se réconcilier avec les questions conclusives. En somme le rêve pavillonnaire ne se réduit pas au cauchemar et restituer une plus grande diversité de conditions périurbaines (enfants et personnes âgées, diversité des situations géographiques, etc.) n’est probablement pas inutile.

Laurent Devisme, Kévin Chesnel, Florie Colin, Markéta Fingerová


[1] Myriam Elhadad, Le monde en face – Rêve pavillonnaire, les dessous d’un modèle, 2020, https://www.france.tv/france-5/le-monde-en-face/1138467-reve-pavillonnaire-les-dessous-d-un-modele.html.

[2] Éric Chauvier, Contre Télérama, Allia, 2011.

[3] Gérald Billard et Arnaud Brennetot, « Quand la critique des « suburbs » envahit les séries télévisées américaines – Métropolitiques », 2011, https://www.metropolitiques.eu/Quand-la-critique-des-suburbs.html.

[4] Laurent Devisme et Anne Bossé, « Agrestic, ton univers impitoyable. La série américaine Weeds – Métropolitiques », Métropolitiques, 2011, https://www.metropolitiques.eu/Agrestic-ton-univers-impitoyable.html.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search