Comment peut-on s’imaginer… “L’urbanisation des campagnes” ?

Confinement oblige, nous pouvons explorer quelques manières d’envisager l’avenir ou plutôt plonger dans ce que projeter l’avenir a pu vouloir dire. « La France face à l’avenir », telle est la bannière de ce billet et plus précisément « la Région Rhône-Alpes entre hier et demain », sous l’angle donc de… « L’urbanisation des campagnes ! »

C’est le titre de ce film de 1975 que l’on peut visualiser à partir de la bibliothèque numérique de Grenoble. On le doit à Claude Huhardeaux, également réalisateur de documentaires sur le monde du travail dans les années 1970 ou encore filmant des gens ordinaires racontant des problèmes scientifiques et comment ils ont pu « recevoir la science » (cf. l’émission Science Publique : « L’une cherche, l’autre pas » en accès libre sur le site Internet de Gallica).

Mais revenons à cet intéressant document d’écriture du périurbain. 

Je dois la découverte de ce film à une soirée organisée avec la complicité de Nicolas Tixier, président de la cinémathèque de Grenoble dans le cadre du colloque urban feedback monté par le laboratoire PACTE en Janvier 2020. Après la projection d’un petit film de 1926, « Grenoble » où il est fortement question de la ville pittoresque, ce sont cinquante ans plus tard les effets de l’urbanisation qui se trouvent au centre d’un film à la tonalité musicale significative. Trois morceaux nous accompagnent : d’abord Maxime Leforestier avec Comme un arbre dans la ville, un travelling partant d’une rue du centre de Grenoble, le long du Drac… « je suis né dans le béton », « si près des autos qui fument, entre béton et bitume… » Le travelling mène ensuite vers des zones d’activités puis la fameuse Villeneuve, vers le Sud là où s’est jouée une grande innovation urbanistique il y a cinquante ans à l’occasion des JO d’hiver. A l’arrière-plan, des sommets enneigés, au premier plan des stades de foot et des terrains boueux – un demi-siècle plus tard ou presque, la boue à nouveau, après des démolitions de « grands ensembles » sur le même lieu… « Fenêtres serviles » chante Leforestier alors que l’on voit la Villeneuve. On passe ensuite, jazz en fond sonore pendant la majeure partie du film accompagnant d’autres travellings, à Take five de Dave Brubeck. Enfin, plus problématique, le texte de la fameuse chanson de Ferrat, la Montagne : critique implicite de l’urbanisation, nostalgie pour un temps d’avant, une chanson que l’on peut qualifier de réactionnaire, restée si populaire… Et lorsque la musique s’absente, le fond sonore est constitué de tracteurs en marche et de travaux publics en cours.

C’est un court film avec actants et acteurs : actants surtout filmés en paysages : champs de maïs, maraîchages, usines, villas, lotissements, de nombreux tuyaux ; on est bien en train de viabiliser le territoire. Si la caméra se fait fonctionnaliste, c’est qu’elle suit le matériau principal : des entretiens avec des agriculteurs. Leurs visages, le timbre de leur voix les rendent à la fois attachants et terriblement distants. Un protagoniste revient régulièrement : un maire en costume-cravate, cigarette à la main, donneur de leçons qui nous explique le b.a.-ba de l’urbanisation industrielle.

Que nous disent ces acteurs ? Ils parlent d’un lien qui s’est distendu et surtout d’un monde qu’ils sont en train de quitter : la polyculture, une économie domestique, un lien fort avec la ville (cultures maraîchères livrées au marché de gros à Grenoble), peu ou pas de machines, pas d’engrais chimiques, des filles qui restaient à la maison… Sans oublier le rythme des saisons. Ce tout est devenu aujourd’hui un vrai réservoir nostalgique dont Eric Chauvier a pu faire son miel (cf. les « authentiques maraîchers » évoqués dans l’entrée « Ouvertures » de Contre Télérama).

Ces agriculteurs sont souvent lucides sur ce qui leur arrive : la Ville achète des terres pour urbaniser, des sources disparaissent, les terres s’assèchent. Ils sont « absorbés », il faudra peut-être « s’expatrier ». Plusieurs ont acheté sur Craul (la ville de Fontaine aujourd’hui ?), certains ont complété leurs revenus en travaillant un mois à l’usine. Ils sont de fait partagés : vendre ses terres permet de compléter une petite retraite mais plusieurs craignent de perdre une vue, un pouvoir sur le destin de la commune. C’est particulièrement vrai vers la fin du film où l’on se déplace sur le plateau du Vercors en hiver : on assiste à la transformation en station de sports d’hiver, un premier télésiège qui arrive et un couple qui prend conscience de la nécessité de maîtriser son territoire de vie « face aux grosses sociétés ».

Le maire est un personnage archétypal : une vision fonctionnaliste et statistique, l’éloge de la planification. Lui aussi parle d’autrefois pour commencer mais il est vite projeté vers l’avenir. Il est question de prévisions, d’une organisation, de l’industrialisation pour fournir 2000 emplois – mais des arbres dissimuleront des usines ; une zone de 700 hectares est réservée pour des cultures spécialisées, équipée comme la zone industrielle : il prône un travail scientifique des agriculteurs (et il faut globalement être « toujours plus scientifique »). Là aussi, plus de 40 ans plus tard, c’est un lien au sol que l’on recherche, un atterrissage aux antipodes de cette vision plaquée. « Il faut faire habiter les gens » lâche le maire, tout en confiant plus tard un idéal dans lequel chacun puisse faire sa maison là où il veut et qu’il soit ensuite propriétaire de la vue. Mais l’urbanisme s’impose justement pour que chacun puisse précisément garder un droit à la vue : le Nimby est présent en fond de plan !

« Ces citadins ne voient pas la campagne de la même façon que nous » : les propos renvoient à des témoignages de frictions, des citadins qui jettent leurs ordures, qui ne savent pas différencier le foin des mauvaises herbes, qui coupent des barbelés (« chacun a sa trousse à outils dans sa bagnole ») ; des chasseurs qui s’opposent aux néo-ruraux… Ou encore en montagne des sociétés d’équipement qui colonisent des pays ruraux devant résister « pour que Corrençon ne ressemble pas à la banlieue de Grenoble ». Repérons un contrepoint toutefois : « ce sont des gens agréables, on peut écouler notre production… Vendre des produits meilleur marché, c’est-à-dire plus chers ! ». On sourit de l’oxymore.

Avant que sorte, un an plus tard, la ville bidon de Jacques Baratier (tourné 5 ans plus tôt), où la figure de la ville nouvelle s’oppose à celle du bidonville, on trouve dans L’urbanisation des campagnes une opposition ferme entre deux mondes déjà bien décrits en tension 20 ans plus tôt par Henri Lefebvre (cf. son recueil Du rural à l’urbain, éditions Anthropos) : de la société rurale à la société industrielle avec, à l’horizon, l’urbanisation complète de la société ! 45 ans plus tard, on serait tentés de remobiliser la phrase de Gracq – plutôt que celle de Baudelaire qui originellement tent à le déplorer : “la forme d’une ville change plus vite, on le sait, que le coeur d’un mortel” (La forme d’une ville, José Corti, 1985).

Laurent Devisme

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search