Compte-rendu du séminaire 4 du groupe de recherche : « Fictions et imaginaires en contextes périurbains »

Compte-rendu du séminaire 4 ayant eu lieu à Nantes (ENSA – CRENAU) le mardi 13 juin 2023.

Session 1 : Représentations et imaginaires dans les écritures fictionnelles périurbaines 

« Parler du périurbain aux enfants. La représentation des espaces du périurbain dans les albums pour enfants », Christophe Meunier

« Promesse & Chaos », Inès Testière et Marie Chausse

« Récits de soi et récits de lieux : l’analyse des discours habitants et les imaginaires liés à la nature pour comprendre la condition périurbaine », Nelly Régnier

***

Intermède filmique « Blow Up : C’est quoi les suburbs ? », Benjamin Caramatie

***

Session 2 : Enjeux épistémologiques et méthodologiques de l’analyse des écritures fictionnelles périurbaines 

« La scène d’entrée périurbaine : modalités de construction d’un lieu stratégique visant à déciller le regard du lecteur », Arthur Pétin

« Thèse et fiction : un choix audacieux ? Ou la fiction comme outil de prospective pour les espaces périurbains », Catherine Didier-Fèvre

L’attachement aux « grands espaces »

Allons cette fois-ci vers de « grands espaces » – des espaces ruraux, de campagne, mais aussi ceux de la liberté et de l’imagination [1] -, qui s’écrivent et se dessinent sous le coup de crayon de Catherine Meurisse (BD publiée en 2019). Cette dernière a grandi dans un petit village des Deux-Sèvres, ses parents ayant pris la décision de déménager de la ville à la campagne. Elle affirme : « les grands espaces, c’est d’où je viens ». Cet album mêle sensibilité et poésie, évoquant diverses références littéraires (É. Zola, M. Proust), en plus d’une certaine critique, voire dénonciation, politique.

De nombreux liens à l’imaginaire autour de la nature sont faits, saisissant le lecteur dès la première page : les lignes dessinées tracent une porte depuis l’appartement parisien vers les prés de son enfance. L’auteure fait une sorte d’« ode à la nature », évoquant la « provision de paysages, d’odeurs, de silences » nécessaire lors de sa venue à la campagne. Télérama qualifie cette BD comme un « plaidoyer pour la beauté des campagnes sans pesticides ni lotissements » (2020) [2].

L’auteure évoque aussi la matérialité de sa maison en pierre – qui au départ est en fait une ruine – en mettant en avant les cinq sens, et particulièrement le toucher, très important dans sa démarche et son lien aux souvenirs d’enfance. Elle raconte comme « les pierres [les] émouvaient » : les sentiments, l’affect, les émotions sont mises en dessin ; cela ramène au livre de François Vigouroux, L’âme des maisons (2004), qui dépeint des histoires d’hommes, de femmes, et les liens avec leurs maisons. Au-delà de ce souvenir, quand il n’y avait encore « rien », Catherine Meurisse raconte la capacité à imaginer et à projeter la future maison (de la salle à manger, aux chambres, en passant par la cuisine). À la suite de la mise en place de ces espaces du logement, le lien aux objets survient aussi, avec ce musée Pierre Loti qui permet d’exposer toutes sortes de « petits trésors », non sans rappeler l’ouvrage L’attachement aux choses de Thierry Bonnot (2014). Finalement, ces murs en pierre, épais, qui se montent petit à petit, les protègent : la maison est vue comme un nid, une coquille. La sensation de « perdre sa maison d’enfance » est une figure fréquente. L’auteure revient alors sur le choix de ses parents d’habiter dans une grande maison, sur un grand terrain. Ils veulent léguer à sa sœur et elle du bâti, des meubles, des objets, des arbres – sa mère ayant même fait des boutures de chaque essence du jardin, « au cas où ». Les notions de transmission par les parents et d’héritage sont visibles. On est ici dans une sorte d’écriture de la nostalgie, de la figure d’un « retour sur ».

Au-delà de l’affect, Catherine Meurisse tient aussi à parler de la périurbanisation du monde rural, en incluant la dimension politique. En effet, des messages forts sont présents derrière la légèreté et la poésie de ses images et textes. Elle dénonce les pesticides, le remembrement (ces haies rasées et replantées, rendant mélancoliques ses parents qui expriment avec douceur et nostalgie la campagne de bocage et de sentiers, où les insectes abondaient), l’agriculture productiviste, les transformations des paysages, les lotissements homogènes… Catherine Meurisse parle de ses « convictions rurales » et de sa « hargne envers les ronds-points », assez récurrente chez les détracteurs des milieux pavillonnaires. Une émission de France Inter, « Où mènent les ronds-points ? », est dédiée à cet « objet » typique de ces espaces.  

La protagoniste vit dans une région entre « hommage au passé » (avec le parc du Puy du Fou, créé en 1989) et « vénération du futur » (avec celui du Futuroscope, créé en 1987), qu’elle évoque non sans ironie voire moquerie, tout en finesse. Elle surnomme ces deux projets Futuroland et Fuy du Pou ; ils ont fait l’objet de diverses controverses. Le projet du Futuroscope, réduit à cette maquette du futur, est moqué par le père qui glisse innocemment devant la télé qu’il ne sait plus qui a dit « il faut supprimer la peine de mort, sauf pour les architectes », évoquant la réplique de l’instituteur joué par F. Lucchini dans le film L’arbre, le maire et la médiathèque (1993) de Éric Rohmer. Cette phrase rappelle aussi l’ouvrage de Philippe Trétiack au titre provocateur, Faut-il pendre les architectes ? (2001) qui veut mettre au jour la méfiance populaire envers ces derniers. Les bâtiments du Futuroscope seront, plus tard dans l’histoire, comparés à la pyramide du Louvre (construite deux ans après l’ouverture de ce parc) ; pour des yeux d’enfants, ces bâtiments sont comparables, d’où cet « air de déjà-vu » évoqué à la visite de la pyramide. Un autre architecte mis en scène – moqué, avec son image de parisien qui « débarque », déconnecté de la réalité propre au territoire – est celui de la base de loisirs qui fut elle aussi controversée (peut-être Adillons Nature à Luché-Thouarsais ?). Dans cette commune, les panneaux et pancartes envahissent l’entrée de la ville, image résonnant avec le Prix de la France moche, mis en place par l’association Paysages de France.

Catherine Meurisse parle aussi de son lien aux animaux, de la biodiversité, de la mort des insectes [3] et de ses animaux enterrés dans des boites GÉMO, avec cet oxymore de l’animal à la campagne finissant dans une boîte de grande distribution de la zone commerciale d’à côté. L’image est significative des différents mondes qui se heurtent, se côtoient, non sans contradictions. Le Festival du Cabicou évoqué poursuit cette idée, avec la citation suivante de la mère de l’auteure : « on se demande parfois si la campagne, qui s’est toujours moquée de la ville et de son hystérie, ne veut pas se faire aussi grosse qu’elle ». Elle constate alors les transformations des territoires et des identités qui sont à l’œuvre, en dénonçant par la même occasion la société des loisirs [4]. L’idée de quitter ou de passer d’un monde à l’autre est aussi exprimée quand Catherine sort de sa « bulle » et qu’elle va voir à vélo « si le rêve existe aussi dehors » et pas seulement « dans la nature », elle qui « reprend toujours ses droits », faisant alors un lien entre deux mondes. Les termes employés permettent de montrer une certaine violence et puissance des émotions : elle évoque le « paradis » de la campagne dans laquelle elle vit et l’« enfer » des lotissements uniformes, ses parents évoquant leurs colères face aux transformations paysagères, bâties et face à la monoculture (qualifiée d’ailleurs de « monoconnerie »).

Rappelons que le concept d’« espace » que l’on retrouve ici est large et polysémique : espace géographique, social, vécu, conçu, perçu… on peut pour cela se référer notamment aux travaux de Henri Lefebvre ou encore à ceux du géographe Armand Frémont. Ici, ces différents types d’espaces sont décrits, analysés, racontés, narrés.

En regard à ce roman graphique, il pourrait être intéressant de voir comment la bande dessinée de David Prudhomme, Du bruit dans le ciel (2021) traite de cette question de l’enfance dans une petite ville. Peut-être l’occasion d’un prochain billet, dans la continuité de ce dernier ?

Finalement, avec sa grande capacité à faire rire, étonner, surprendre, cultiver et émouvoir, Catherine Meurisse mobilise bien d’autres références, imaginaires, faits d’actualités, qui ne sont pas rapportés dans ce billet ; une invitation donc à découvrir et lire cette belle bande dessinée !

Florie Colin

 


[1] Les Grands Espaces : interview de Catherine Meurisse (extrait), par l’équipe Dargaud, 11 septembre 2018, https://www.dargaud.com/actualites/les-grands-espaces-interview-de-catherine-meurisse-extrait-photo

[2] https://www.telerama.fr/livre/les-grands-espaces,-le-plaidoyer-pour-la-nature-de-catherine-meurisse,n5866130.php

[3] Faisant notamment écho aux récents rapports du GIEC sur le réchauffement planétaire

[4] Nous pouvons alors remobiliser Joffre Dumazedier et sa « civilisation du loisir » (1962)

Vivarium : le pavillon n°9 ou le « cauchemar pavillonnaire »


[Attention spoiler !]

Affiche du film. Source : Allociné.

Ce long-métrage irlandais réalisé par Lorcan Finnegan, sorti le 11 mars 2020 (et diffusé le 18 mai 2019 au Festival de Cannes) met en avant un imaginaire sur les zones périurbaines, les banlieues, les lotissements pavillonnaires, dans une volonté de pousser le trait à l’extrême afin de dénoncer certains travers de la société actuelle.

Gemma et Tom à la recherche d’une maison. Source : The Jokers Films.

Dans les premières minutes du film, les protagonistes Gemma (Imogen Poots) et Tom (Jesse Eisenberg) sont mis en garde par une amie sur les prix de l’immobilier qui « s’envolent », ce qui donne le ton pour la suite. Juste après cette interaction, le couple se rend dans une agence. Ils y font la rencontre de Martin, étrange agent immobilier – voire « barjo » comme le dit Tom -, mais qui sait néanmoins être « persuasif » : en effet, il parle des maisons qui « se vendent comme des petits pains » dans cette banlieue qui n’est « ni trop loin, ni trop près » mais « à la bonne distance » (dans mes travaux de thèse, j’évoque cette question de la bonne distance, importante pour les habitants qui veulent souvent habiter à la fois proche de la ville, de la campagne, de leur travail… écho bien particulier lorsque je vois cette scène donc !). La manière de s’exprimer de cet agent est d’ores et déjà gênante, déstabilisante ; un certain malaise se dégage et s’installe de manière insidieuse.

Martin, agent immobilier. Source : The Jokers Films.

Ils s’en vont donc voir, même si ce n’était a priori pas leur volonté de vivre dans une maison de ce style, mais rappelons-le, leur recherche de maison « s’éternise ». Ils sont donc prêts à faire des compromis. On les voit alors sur la route, laissant défiler des paysages arborés, dans une bonne humeur musicale.

L’arrivée à “Yonder”. Source : The Jokers Films.

Le film dépeint maintenant un cliché dénonçant certaines critiques de la banlieue qui serait un lieu homogène architecturalement, désert, sans vie. Déjà, le panneau d’entrée du lotissement « Yonder », « Là-bas », sur lequel un plan s’attarde est caricatural : un couple avec un enfant, tous trois très souriants et sages, pose devant des maisons vertes toutes similaires. Tom veut « en finir au plus vite », mais visite malgré tout avec sa compagne la maison n° 9 en compagnie de Martin, qui leur dit que si « bien des maisons prétendent être idéales, celles-ci le sont » et qu’une multitude de « souvenirs sont à créer » dans cette maison verte. Des tableaux qui la représentent sont accrochés au mur. Ils semblent interpeler le couple, tout comme la chambre de bébé toute bleue – dénonçant un cliché autour du conformisme et de ce que devrait être les étapes de vie d’un jeune couple : achat d’une maison, bébé que l’on élève, travail pour payer son prêt immobilier.

Tableau présent dans la maison n°9. Source : The Jokers Films

Moins de 15 minutes suffisent pour montrer la tournure du film : Martin et sa voiture ayant finalement disparu alors que Gemma et Tom visitaient le jardin – composé de gazon artificiel -, ils en profitent pour partir de ce lieu qui leur déplaît, ou du moins tenter. La musique angoissante associée à une vue aérienne montrant des maisons semblables à perte de vue dans un lieu totalement inhabité et très silencieux – l’écho de leurs voix y résonne de manière oppressante – et leur façon de « tourner en rond » sans jamais pouvoir trouver la sortie et rejoindre d’autres paysages annonce une suite plus sombre. Dans leur vaine tentative de s’échapper, ils repassent à maintes reprises devant la maison n° 9. Les lumières froides, presque artificielles, renforcent le ton donné par la musique. La voiture est maintenant en panne, ils essayent alors de s’enfuir, à pied cette fois, en suivant le soleil et en escaladant maintes clôtures, claustras et traversant des pelouses. Une expérience qui s’avère une fois de plus être un échec. Désespérés et épuisés, ils tentent de brûler cette maison déjà perçue comme maudite. Cette scène me fait penser au chapitre « La maison qui brûle » de l’ouvrage de François Vigouroux, L’âme des maisons (2003). Ils se résignent finalement lorsqu’elle réapparaît intacte. Ils trouvent un bébé dans un carton – qui grandira très vite et qu’ils ne nommeront jamais, si ce n’est « le gamin » voire, au fil du temps, « la chose » -, dont ils devront s’occuper.

La découverte du bébé. Source : The Jokers Films.

Après leur installation forcée dans ce pavillon, plusieurs scènes se succèdent – parfois d’ailleurs un peu trop redondantes peut-être, bien que l’optique soit justement de dénoncer ce quotidien insipide, banal, répétitif, monotone : prendre le petit déjeuner, verser les céréales et le lait dans le bol de ce gamin pour faire taire ses cris stridents qui expriment sa mauvaise humeur ou son mécontentement, se laver les dents, aller dehors, se coucher, dormir, et recommencer. Toujours et encore.  

“Help”. Source : The Jokers Films.

À plus de la moitié du film, l’inscription « HELP » faite par Tom sur le toit à leur arrivée se transforme en « FUK U », ce qui marque une autre avancée temporelle et la lassitude et désarroi des protagonistes : cette situation inconfortable, malaisante, malsaine, est strictement inchangée malgré le temps qui passe. Une scène nostalgique montre le couple se remémorant leur rencontre, leur vie d’avant, dans ce lotissement glaçant où même le vent est absent, comme toute autre expérience sensorielle. En effet, à « Yonder », la pluie, le vent, les insectes, les grands arbres n’existent pas : tout est synthétique, faux, jusqu’à la nourriture sous vide qu’ils reçoivent emballée dans un carton et qui semble n’avoir aucune saveur – voire les dégouter comme en témoigne certaines scènes.

Des références aux tableaux de René Magritte, notamment à L’empire des Lumières (faisant écho à des paroles habitantes que j’ai pu entendre lors de mes enquêtes sur le terrain québécois à propos de l’esthétique de la banlieue) sont présentes : des éléments très graphiques, visuels, presque esthétiques, dans une homogénéité, un côté artificiel et superficiel, surréaliste, notamment par les couleurs et lumières dérangeantes, et par ces nuages qui sont comme peints, figés et tout sauf naturels.

René Magritte, L’empire des lumières, 1953-54. Copyright : 2018 C. Herscovici, London/Artists Rights Society (ARS), New York. Lien : https://www.guggenheim.org/artwork/2594

La toute première scène du film n’est pas anodine et prend sens au fur et à mesure que l’on avance. Elle montre un coucou qui naît. Cette race d’oiseaux pond dans le nid des autres, puis abandonnent ses œufs. Une fois nés, les poussins coucous dégagent du nid les autres oisillons pour être élevés et nourris de façon exclusive par leurs parents d’adoption, étant dans un comportement quelque peu parasitaire. Le réalisateur opère ici un parallèle et une métaphore entre cette espèce d’oiseaux et les agents et promoteurs immobiliers du film, qui seraient finalement des « monstres » qui piègent des innocents, ceux-ci se trouvant forcer notamment d’élever des enfants déposés dans des cartons et qui ne sont pas les leurs – et qui deviendront les futurs agents immobiliers, dans un cycle sans fin…

Si certains spectateurs soulignent une féroce parodie de la société actuelle, dans un film bien joué à la fois glaçant et ironiquement drôle, d’autres soulignent surtout la vacuité et l’ennui au visionnage, allant de pair avec une fin prévisible. La presse est moins sévère sur cette dystopie de science-fiction – ou thriller psychologique ? Difficile à classer. En tout cas, ce film ne critique peut-être pas toutes les banlieues ou lotissements comme le précise le réalisateur, mais certains programmes immobiliers qu’il juge aberrants, poussant au milieu de nulle part, comme ce fut le cas de beaucoup en Irlande entre 2005 et 2008. Cette fiction dépeint des clichés, des stéréotypes, des préjugés poussés à l’extrême, dans une « exagération cauchemardesque », pour reprendre un terme de Lorcan Finnegan. C’est aussi de cette manière, en allant dans le grotesque et l’absurde, que ce dernier souhaite faire passer des messages. Comme le précise l’acteur qui joue Tom, « Vivarium n’est pas un commentaire sociopolitique sur la vie pavillonnaire, mais un cauchemar fiévreux, où rien n’est explicite » (Le monde, 11/03/2020, p.26).

Florie Colin

Sitographie

https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/03/11/vivarium-ou-le-lotissement-comme-biotope-du-consumerisme_6032563_3246.html

https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/cinema/vivarium-un-film-de-science-fiction-oppressant-10-03-2020-8276919.php

https://www.avoir-alire.com/vivarium-lorcan-finnegan-critique

https://www.allocine.fr/film/fichefilm-256558/critiques/spectateurs/

http://www.grand-ecart.fr/portraits/rencontre-interview-lorcan-finnegan-vivarium-film-fantastique-gerardmer-2020/

https://www.thejokersfilms.com/vivarium

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search