Les « trésors cachés » de Québec

De nouveau, un extrait des Chroniques (cf. Billet Expérience hivernale des transports en commun “au pays de l’auto”) concernant les “trésors cachés” de Québec [1] ; là encore, un récit dominical, cette fois non pas avec une tonalité hivernale et enneigée mais d’été indien et ensoleillée, en écho au printemps de cette période de confinement.

Dimanche 9 septembre 2018. Nous partons de la maison après avoir dîner [2], à pied et sous un grand soleil, et nous nous rendons d’abord au Parc de la Falaise et dans l’avenue du Cap-au-Diable afin de profiter de la vue sur le Saint-Laurent, que J.-P. [3] tient à me montrer. Sur le passage, nous apercevons une école, qui côtoie des terrains de tennis ouverts à tous ainsi qu’une piscine extérieure, d’ores et déjà vidée pour la saison à venir, et qu’une patinoire viendra remplacer l’hiver.

La vue depuis le parc est en effet très belle et dégagée. Il me commente la rive qui nous fait face, énumérant les noms des villes qui s’y trouvaient avant la fusion de 2002 – la ville actuelle étant Lévis. À nos pieds, les traces d’un feu de bois tout récent sont présentes, allumé probablement dans la nuit par des adolescents, peut-être ceux que j’avais croisé la veille tout près d’ici ?

Les maisons et les condos de ce quartier, que J.-P. aime commenter, sont de belles constructions, et se vendent d’ailleurs assez chères pour la ville de Québec. J’apprécie cette architecture contemporaine, mêlant bois, pierre et menuiseries noires. Lui dit que l’architecte n’a pas pensé à tout car la porte d’entrée est vitrée et une grande fenêtre éclaire l’escalier ; selon lui, les habitants manquent alors d’intimité car « on voit tout ». Il me parle beaucoup de cette notion d’intimité des espaces extérieurs également. En effet, au niveau des cours arrière des maisons, les habitants peuvent être « plus tranquilles » que dans les cours avant, qui sont finalement comme des jardins d’apparat ; ce sont les pelouses que l’on voit lorsque l’on passe dans la rue, mais les habitants peuvent avoir besoin et envie d’un espace plus intime, où installer la piscine, le barbecue et les jeux d’enfants.

J.-P. connait bien l’immobilier du quartier, travaillant dans le secteur et ayant prospecté pour son propre achat avant de construire sa maison. Il apprécie se promener, regarder les maisons, les visiter lorsque c’est possible. Beaucoup de maisons et bungalows sont à vendre actuellement : les panneaux des agents immobiliers trônent, plantés dans les pelouses et arborant un numéro de téléphone, quand ce n’est pas la photo de l’agent lui-même. Cela m’évoque un paysage de banlieue typiquement nord-américain.  

J.-P. m’amène alors voir une grande maison située dans une impasse, qui a une vue imprenable sur le fleuve. C’est une maison en béton, vendue d’après lui environ 200 000 dollars [4], ce qui est très peu pour la superficie et surtout pour l’emplacement. C’était une « bonne affaire ».

Il m’évoque, dans un quartier où les maisons sont plus petites, un peu moins entretenues, finalement moins  « clinquantes » , et notamment devant une maison au fond d’une impasse avec de nombreux arbres à proximité, la qualité de vie pour les gens qui y vivent et le bonheur que cela peut être d’habiter dans un quartier tranquille à Québec plutôt que de partir à Shannon. Je ne connais pas Shannon, j’apprends alors que cette ville se trouve sur un bassin versant à 30 kilomètres de Québec environ, et qu’elle a subi de nombreux problèmes liés à la pollution de l’eau. Il a du mal à comprendre les personnes qui décident d’aller y vivre, si loin, sans être du secteur – je lui réponds que les prix de l’immobilier peuvent attirer – ; il ne remet en revanche pas en question ceux qui y sont originaires et veulent y rester, « c’est correct ».

On repasse alors de nouveau dans un quartier plus « chic ». Dans l’ensemble, tout est très bien entretenu, maisons comme jardins. D’ailleurs, nos avis divergent parfois : J.-P. ne juge pas entretenue une des maisons que j’estime très propre ! De nombreuses maisons sont récentes, voire flambant neuves. J.-P. me dit que beaucoup d’habitants achètent un terrain avec son bungalow et le détruisent pour refaire une maison neuve, ce que je trouve radical. D’autres surélèvent le bungalow existant ou le rénovent.

L’absence de trottoirs me surprend, elle est très fréquente dans ces rues de banlieues. Nous sommes sur la route, puis d’un pas chez les habitants, quand il n’y a pas de droit de passage. Sur l’un des rares trottoirs, des travaux sont en cours de réalisation et un panneau nous indique de passer sur le trottoir d’en face, mais celui-ci n’existe pas… Beau paradoxe ! J.-P. n’hésite pas à marcher sur les pelouses. J’ai pour ma part l’impression de m’introduire sur une propriété privée. Je ne suis pas non plus à l’aise pour prendre des photos des maisons, lui me dit que ce n’est pas problématique. Il désire me montrer une maison qui est au fond d’une allée, ce qui est plutôt rare ici, et me dit que ce sont normalement des allées privées, concept qui lui déplaît quelque peu ; je le suis alors timidement.

Non loin de là, en haut d’une rue calme, J.-P. me présente la maison rêvée pour son fils : c’est une grande maison en brique, sur trois niveaux, avec, j’imagine, une vue sur le fleuve au loin. Le jardin est très soigné, fleuri et arboré. La maison voisine expose un panneau indiquant : « Ne pas souffler de la neige sur l’escalier », je ris ; je ne suis pas encore) habituée à ces indications concernant la neige, que je découvrirai sûrement bien assez tôt.

On passe maintenant dans une rue arborée et ombragée. J.-P. trouve les cours avant bien plus belles lorsqu’elles sont plantées d’arbres. Il ne comprenait pas son voisin qui ne voulait pas d’arbre, « à cause des feuilles qu’il allait devoir ramasser ! Voyons dont ! Ça n’a pas de bon sens ! »

Nous passons également devant un petit potager à l’avant d’une maison ; quelques tomates et de la salade y poussent, malgré l’interdiction d’avoir un potager à l’avant de sa maison dans la ville de Québec [Cette interdiction m’avait parue aberrante lors de mon arrivée, j’avais même pensé à une blague ; début 2019, cette mesure a été assouplie et les habitants ont maintenant l’autorisation de faire des potagers en avant, en respectant certaines normes].

En rentrant de notre promenade, je visite le sous-sol de sa maison, qu’il chauffe grâce à de la géothermie. Sur son terrain d’environ 450m², J.-P. avait le droit de construire trois logements et n’avait pas de limite concernant les hauteurs ; il me dit qu’il aurait pu faire construire une tour de 50 étages et aurait été dans ses droits selon le règlement, et précise en riant qu’il s’est contenté de deux niveaux, en plus du sous-sol. [Je ne sais pas encore à ce moment-là que je suivrai de près les débats autour du projet du Phare durant tout mon séjour québécois, projet immobilier dans le quartier de Sainte-Foy composé de quatre tours, de 17 à 65 étages…]

Florie Colin


[1] Terme que J.-P. a employé au cours de la balade pour qualifier ce que l’on observait.

[2] Correspondant au déjeuner en France

[3] J.-P., propriétaire de la maison chez qui je vis.

[4] Environ 130 000 euros

Expérience hivernale des transports en commun “au pays de l’auto”

Voici un extrait des Chroniques Québécoises rédigées à partir de mon journal de bord tenu lors d’un séjour de quatre mois, de septembre à décembre 2018, dans le cadre de mon travail de recherche autour de la condition habitante en banlieues autour de Québec. Une approche ethnographique a été privilégiée, mêlant participation observante dans une maisonnée, multiples observations, et entretiens compréhensifs chez les habitants. Bretonne d’origine, c’est la première fois que je suis confrontée au quotidien à ce climat.

Dimanche 11 novembre 2018. Le sol craque sous mes pieds, la neige s’est transformée en glace par endroits. Ils indiquent une température de -6 degrés ce matin. Malgré le vent froid, le grand ciel bleu et les rayons de soleil sont agréables en ce dimanche matin. Denis m’avait dit qu’il pourrait peut-être me porter jusqu’au terminus du Zoo ; finalement, il n’a pas besoin d’aller déneiger les entrées des logements dont il s’occupe donc ne pourra pas me conduire. Je m’apprête donc à prendre deux bus au départ de Sainte-Foy, pour me rendre à mon entrevue prévue avec Mary, une habitante d’une maison bioclimatique près du lac Poulin, à Saint-Brigitte de Laval. La distance est de 35 kilomètres environ ; il faut une trentaine de minutes en auto pour s’y rendre. En transports, je mettrai 2h30 à l’aller et 2h au retour, porte à porte, chemin que Mary m’a bien indiqué.

Le bus 801 est parfaitement ponctuel, il arrive à 8h40 à la station « Laurier », qui se situe à quelques minutes à pied de la maison où j’habite. Quelques personnes sont présentes dans bus bien chauffé ; il ne s’arrête pas à toutes les stations. Je traverse toute la ville d’Ouest en Est puis du Sud au Nord en direction du terminus du Zoo à Charlesbourg. Une fois dépassé l’autoroute Félix-Leclerc, de plus en plus de maisons sont présentes dans le paysage.

Nous arrivons au Terminus de Charlesbourg, situé au niveau d’un stationnement. Le chauffeur de bus attend un peu avant de repartir jusqu’au terminus du Zoo. En y arrivant, après une bonne heure de bus, j’attends le prochain qui devrait passer dans vingt minutes si tout se passe comme prévu. Je demande au chauffeur de bus du RTC (Réseau de transport de la Capitale) où dois-je prendre ma correspondance avec le réseau TCJC (Transport collectif de La Jacques-Cartier), il m’indique la « petite cabane » où je devrai l’attendre. Ici, certaines routes ne sont pas déneigées. Je vois des bungalows, des petites maisons, certaines étant équipées des fameux « abris tempos » pour abriter leurs voitures en cette saison. Avec la neige, les limites entre la route, les pelouses, les trottoirs, ne sont plus aussi nettes. Un camion de déneigement passe, le chauffeur est en chandail… D’autres gens sont, eux, bien emmitouflés dans leur voiture.  J’attends donc dans la cabine indiquée, protégée du vent froid et équipée avec gros manteau, bonnet et gants. Juste derrière moi, un petit cours d’eau, la « rivière du Berger », résiste et n’est pas encore gelée. C’est très lumineux, à en avoir mal aux yeux, mais cela fait énormément de bien.  

A 9h55, un petit bus bleu arrive sur la route ; rien n’indique que c’est le bus 53, comme m’avait prévenu Mary. Je monte et me renseigne avec le jeune chauffeur à casquette. Une seule personne descend du bus, et je suis également la seule à monter. Le chauffeur me dit que pendant la fin de semaine le prix du billet est de trois dollars et non pas quatre dollars cinquante. Je lui dis que je dois aller au « Sentier des Moulins », il n’est pas très réactif. Je demande si ce sera bien indiqué, que je n’ai jamais pris ce bus. « Oui oui » me répond-il nonchalamment. Je m’installe donc, je serai la seule durant tout le trajet, qui durera environ trente-cinq minutes.

Installée dans le bus, j’observe l’extérieur à travers une vitre pas tout à fait propre. Je vois un panneau « Attention – ne pas souffler la neige à moins de dix mètres du cours d’eau ». Ici, les numéros d’adresse des maisons contiennent cinq chiffres et non pas trois ou quatre comme j’ai l’habitude de voir. J’admire de belles et grandes maisons ainsi que les sapins enneigés. Un gros bonhomme de neige sur une pelouse doit faire le bonheur de ceux qui l’ont fabriqué, peut-être en famille ? Tous les arbres sont « emballés » dans des plastiques blancs pour être protégés du froid et du gel. Après être passés devant deux restaurants, je vois une maison en construction, un ouvrier est présent sur le chantier ! Cela me surprend pour un dimanche matin froid et enneigé. À ma droite, j’aperçois des stations de ski. Nous prenons maintenant de toutes petites routes, après le grand boulevard, et passons devant le parc de la Chute-Simon. Revenus sur une route principale, je pense que l’on approche de mon arrêt. On retrouve de plus grosses constructions, par exemple un immeuble d’appartements. Des maisons en bois, au style architectural proche du chalet, bornent la route. J’aperçois un grand lac à ma gauche, probablement le lac Beauport, qu’on longe quelques instants. Je vois des panneaux jaunes, du réseau TCJC, tout au long de la route. Plusieurs panneaux de prévention routière par rapport aux enfants sont également présents, qui montre un dessin d’enfant allongé à même le sol avec comme commentaire « attention cet enfant est peut-être le vôtre ». Me voilà à l’arrêt, je me rééquipe contre le froid avant de descendre. Le minibus repart dans l’autre sens après m’avoir déposée ; son circuit doit être une boucle.

Depuis le chemin du Moulin, avant le lac Poulin

Il me reste une bonne demi-heure de marche pour atteindre la maison de Mary. Je marche d’un bon pas et croise une jeune femme qui fait son jogging, elle m’épate. Je croise très peu de voitures. C’est tellement calme ! Les sons sont atténués, je perçois une ambiance très particulière, toujours sous le soleil bas de l’hiver. J’arrive au niveau du lac Poulin, je croise un couple de marcheurs, on se salue ; des motos neiges me croisent ; un homme passe la souffleuse à neige. La route devient maintenant un chemin, le chemin Fleming. Un dernier virage, une dernière montée dans la neige, bien plus épaisse ici qu’à Québec, et j’aperçois la maison. En deux heures, je suis donc passée d’un monde à l’autre, de l’ancienne banlieue devenant ville à la sérénité de ce lieu dans la nature. Je suis bien accueillie par Mary, dans cette maison en bois très agréable par sa luminosité, sa chaleur et ses matériaux. Nous nous installons dans la salle à manger pour réaliser l’entrevue, qui durera un moment.

Lac Poulin

Pour le chemin du retour, je serai encore la seule dans le bus durant tout le trajet. Je prends le bus de 13h34. Un panneau affiché dans le bus me fait sourire, « Code accès wifi : …. », qui contraste avec l’état général et le style de l’autobus. Je constate que ce chauffeur attend à chaque arrêt pour respecter les horaires, ce que ne faisait pas celui de l’aller. Je discute un peu avec le chauffeur, un homme dégarni, d’un certain âge. Je le questionne sur le peu de monde, il me dit que c’est tout le temps « de même ». Dans ce sens, les correspondances sont un peu plus performantes : deux heures plus tard, après avoir fait le chemin inverse, me voilà de nouveau chez moi.

Florie Colin

L’intermodalité au ras du sol et les confins de la ville

Novembre 2019, fin de journée sur l’île de Nantes. Il s’agit d’aller prendre l’avion (shame on me !) et de se préparer à l’évaluation d’un autre laboratoire. Il y a toujours plusieurs manières d’aller à l’aéroport ; la moins connue (parce que la société de transport public n’indique pas sa possibilité sur le web) est l’une des moins chères : il s’agit de s’y rendre, tranquillement mais sûrement, par le transport public ordinaire. Non pas la navette expresse ad hoc, 9 euros pour une liaison « directe et rapide » mais par le tram puis le bus pour le prix d’un ticket ordinaire (1,70 euros ou 2 euros s’il est pris auprès du conducteur à bord. « Ticket », un mot bientôt obsolète non ? Surtout si vous utilisez la carte Libertan.

Bon, départ de l’école d’architecture de Nantes, une curieuse affichette à l’entrée du bâtiment Loire annonce un « séminaire de l’encadrement » (je vous laisse deviner qui est autour du cadre, de la table et pour encadrer quoi) puis je gagne la place de la République à pied, la Poste est encore ouverte pour l’envoi de mon paquet, la rue Paul Nizan, ses tags, la nizanerie « territoire convivial des possibles »… Peut-être mais il fait froid à la tombée du jour et de fait il ne reste que 5 ouvrages dans la boîte à livres. Puis l’arrêt de tramway Vincent Gâche, direction Neustrie, ligne 3, mais travaux en cours au terminus et il semble que je ne puisse prendre la ligne de bus que j’ai déjà emprunté au terminus, travaux en cours autour du parking relais… Le site internet m’indique 42 minutes à pied, ce n’est pas trop mais l’itinéraire est assez dangereux sans trottoirs, il faut longer les glissières de sécurité, je l’ai déjà fait… Ce serait l’occasion de voir où en est la cabane des gilets jaunes !

Je repère plutôt le bus 98 que je peux prendre par exemple à Balinière (Rezé) pour rejoindre l’aéroport (la direction du bus : Saint-Aignan de Grandlieu). A l’arrêt Vincent Gâche, le tram est plus que blindé, il est vrai qu’on l’a attendu plus que de raison. Il désemplit après Pirmil, gros pôle relais, notamment de cars filant vers la campagne du Sud de Nantes (Gétigné, Geneston, Ste Pazanne, Pornic… « Aleop » est le nouveau nom ridicule de ces transports inter- et périurbains qui donnent rarement l’impression de la rapidité connotée par l’expression « allez hop ». Bref). Je sors à Balinière et c’est une nouvelle épreuve ici : non plus celle de l’ajustement des corps au touche-touche dans la rame mais celle du repérage. Mais où donc passe le 98 à Balinière ? Aucun indice, une première demande, l’homme me répond « oui ce n’est pas si simple » et continue son chemin (merci du truc), une vieille dame ensuite me dit qu’elle ne le prend jamais mais qu’il est sûrement dans les environs (bon courage me lance-t-elle), puis une jeune femme me dit que c’est la deuxième route après le rond-point, 200 ou 300 mètres plus loin… Etrange unité de lieu ! Qu’est-ce qu’un lieu me demandè-je alors ? Je repense à Vidal de la Blache et la géographie vue comme « science des lieux » ou repense plus simplement que le lieu est « là où quelque chose se trouve ou/et se passe ». Mais c’est justement problématique. Est-ce que Balinière est un lieu ? Le tout est de trouver le poteau « Balinière » de la TAN, maisons du bord de route de plus en plus basse. Flot continu de voitures, de plus en plus de SUV mais aussi des cyclistes qui même éclairés restent encore bien discrets. Plus grand-chose n’est fait pour eux ici, des flèches effacées sur le bitume, pas beaucoup plus… Pas d’assise ni d’abri, Balinière n’est qu’un « arrêt » où j’attends un petit quart d’heure, fréquence lente. Deux ados ensuite, voix fortes et chamailleuses, une employée et sa jeune fille sortie du périscolaire. Nous attendons le bus qui arrive à l’heure mais chemine pourtant de plus en plus lentement, trafic dense. Je me dis que nous nous promenons dans le périurbain (« Croix de Rezé », « moulin à l’huile », « jaguère »), alors que nous sommes à Rezé, cette ville de hameaux. Plus loin, les arrêts « aérospatiale » et « airbus » avant l’aéroport. On passe des lieux-dits et toponymes d’hier à l’annonce littérale des entreprises qui font la fierté locale. Le giratoire de l’aéroport est bouché, le bus stoppé à 100 mètres de son arrêt. Le chauffeur au bout de quelques minutes laissera finalement sortir les voyageurs pressés qui font rouler leurs valises au pas de course entre giratoire, ancienne ligne de chemin de fer (oui, pas difficile d’imaginer une desserte cadencée depuis Nantes jusque ce pratique aéroport) puis cheminement indiqué entre barrières et plots. Tout cela prend finalement une heure, pas si pire, mais je regrette un peu de ne pas être venu en vélo ! Ressenti d’une traversée périurbaine en slow motion, on n’est pourtant pas dans les « couronnes périurbaines ». Le trajet et la carte, ce n’est décidément pas la même chose.

Arrivée à Toulouse (une des capitales de la dispersion urbaine si l’on peut dire !), il fait aussi froid qu’à Nantes mais l’accent est chantant. Un tramway possible ici depuis l’aéroport, je longe de nouveaux ensembles urbains tout au long du trajet et descend aux Arènes où l’on peut retrouver le métro automatique. Ligne 1 vers le capitole – et oui c’est place du capitole que l’on retrouve les collègues… Avant de rejoindre plus tard l’Ibis du Mirail sur la même ligne, cela fait longtemps que je ne m’y suis pas promené. Et voici l’autre étonnement. Une majorité de collègues – essentiellement parisiens – est proprement scandalisée d’être parquée là, jusqu’à provoquer une colère noire ! L’un des propos : « un sordide Ibis pour routiers perdu au fond de nulle part ». Je suis estomaqué. Il y quand même de la violence de classe là-dedans. Certes nous aurions pu, à moindre frais, être logés dans l’intra-muros plus sympathique mais enfin, une nuit au Mirail, ce n’est pas le fond de nulle part. Environnement routier assurément, cheminements piétons incertains, peu éclairés mais c’est une petite aventure non ? Surtout si l’on croit être au fond de nulle part alors que nous sommes à quelques encablures d’une utopie architecturale et urbaine dont le devenir est bien instructif pour qui s’intéresse à l’espace des sociétés. Ne faut-il pas un peu se décentrer ? Pas de beaucoup, à peine 5 kilomètres, nous sommes toujours sur la commune de Toulouse, dans les parages d’une ZUP édifiée au début des années 1960 et qui fit la fierté des rues-corridors et de l’urbanisme de dalle. Autre époque, autres mœurs. Mais les confins de la ville ? Une blague non ?

Laurent Devisme

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search