Compte-rendu du séminaire 4 du groupe de recherche : « Fictions et imaginaires en contextes périurbains »

Compte-rendu du séminaire 4 ayant eu lieu à Nantes (ENSA – CRENAU) le mardi 13 juin 2023.

Session 1 : Représentations et imaginaires dans les écritures fictionnelles périurbaines 

« Parler du périurbain aux enfants. La représentation des espaces du périurbain dans les albums pour enfants », Christophe Meunier

« Promesse & Chaos », Inès Testière et Marie Chausse

« Récits de soi et récits de lieux : l’analyse des discours habitants et les imaginaires liés à la nature pour comprendre la condition périurbaine », Nelly Régnier

***

Intermède filmique « Blow Up : C’est quoi les suburbs ? », Benjamin Caramatie

***

Session 2 : Enjeux épistémologiques et méthodologiques de l’analyse des écritures fictionnelles périurbaines 

« La scène d’entrée périurbaine : modalités de construction d’un lieu stratégique visant à déciller le regard du lecteur », Arthur Pétin

« Thèse et fiction : un choix audacieux ? Ou la fiction comme outil de prospective pour les espaces périurbains », Catherine Didier-Fèvre

Séminaire 4 – Appel à communications

Fictions et imaginaires en contextes périurbains

Pour prolonger des travaux de recherche déjà réalisés sur des films (Fortin, 2015) ou des séries (Bossé, Devisme et Dumont, 2007 ; Devisme et Bossé, 2011), nous proposons d’interroger ici les approches fictionnelles (cinéma, séries, littérature, BD…) des situations périurbaines. Qu’il s’agisse de productions visuelles ou de romans, les fictions abondent qui mettent en scène, expriment, éprouvent la condition périurbaine.

Les espaces-support d’une telle condition sont souvent homogènes, monotones et sur-codifiés. Des représentations caricaturales des formes et des modes d’habiter qui s’y déploient correspondent souvent à une perspective critique. Néanmoins, un certain nombre d’auteurs mobilisent la fiction pour d’une part, rendre compte de la diversité des formes et des modes de vies qui s’y déploient à travers des descriptions fines, et, d’autre part, pointer les tensions en présence, les manières dont il est possible d’y résister, de les dépasser…

Les propositions de communication, de 5000 signes maximum (espaces compris), sont attendues pour le 31 mars 2023.

Les propositions sont à envoyer par courriel à l’adresse suivante : gr.periurbain@gmail.com

La journée se tiendra le mardi 13 juin 2023 à Tours.

Enquête jivaro dans le périurbain francilien

J’entretiens avec Bois-le-Roi une relation particulière : lieu de vie d’amis de ma famille, j’y ai passé de nombreux après-midis de mon enfance, entre forêt, cueillette de champignons et base de loisirs. Terrain d’étude et d’enquête de ma thèse (Fonticelli, 2018), j’y suis revenue en tant que chercheuse pour étudier les processus de densification à l’œuvre dans cette commune aisée de la Seine-et-Marne. Pour en brosser un rapide portrait, cette commune de 6500 habitants environ est une commune périurbaine, accessible en 30 minutes de TER de Paris. Voisine de Fontainebleau, elle partage une partie de la forêt. Elle est marquée par un tissu pavillonnaire important, et la présence de la Seine en a fait un lieu historique de villégiature pour les Parisiens dès le XIXe siècle. Pour la géographe que je suis, c’est une commune périurbaine aisée, marquée par la présence de l’eau et de la forêt. Pour mes amis qui y habitent, c’est avant tout « une petite ville tranquille, très nature », la nature et la proximité de la ville étant les deux éléments principaux ayant guidé leur choix résidentiel.

Quelle ne fut pas ma surprise lors de la lecture du Petit traité d’écologie sauvage [1], que de retrouver sous les dessins d’Alessandro Pignocchi, cette commune, ses habitants et son Café de la Gare, aux identités largement conservés dans un univers utopique ! Dans cette bande-dessinée en trois tomes où l’influence de Descola est très lisible, « les dirigeants de la planète ont enfin décidé d’adopter la vision du monde des indiens d’Amazonie. Il est désormais admis que les plantes et les animaux ont une vie intellectuelle et sentimentale similaire à celle des humains » (Tome 1, p.7).

Dans les trois tomes qui composent ce Petit traité d’écologie sauvage, Alessandro Pignocchi décrit un monde devenu animiste où s’entrecroisent des mésanges punks qui mènent à leur manière une révolution écologiste entre actions violentes et soirées alcoolisées ; des figures politiques célèbres – Hollande, Macron, Merkel, Trump se côtoient – cherchant à échapper aux responsabilités qui leur ont été confiées pour mieux observer les oiseaux ou les belettes. Surtout, un anthropologue jivaro œuvre à la préservation des dernières poches de civilisation occidentale. L’auteur nous emmène alors au cœur du périurbain Seine-et-Marnais, à Bois-le-Roi, où notre anthropologue fait son terrain pour tenter de décrypter la cosmogonie occidentale. L’anthropologue se lance à la découverte des « trésors de la culture bacote » (tome 1, p.98), et tente d’analyser, au travers de ce terrain, la cosmogonie occidentale qui s’organise « autour des valeurs sacrées de rentabilité, de profit, de compétition et d’accumulation indéfinie d’objets ». Les contre-sens de ce chercheur sont nombreux et participent à l’amusement à la lecture de cette bande-dessinée : les discussions de café autour du « retour des beaux jours » sont analysées comme « un culte du soleil », un présentoir de cartes postales devient un totem célébrant les éléments principaux de la vie, et le choix d’une carte postale avec un chat est compris comme le préalable à une offrande sacrificielle de cet animal. Mais au-delà, aussi erronées que sont les analyses de l’anthropologue, celles-ci permettent au lecteur d’interroger les paradoxes de notre civilisation occidentale. Si le procédé n’est pas nouveau (pensons par exemple aux Lettres Persanes), il fonctionne à la perfection et permet de questionner notre système de valeurs. En dissertant sur l’élevage intensif de vaches laitières, notre anthropologue souligne le paradoxe entre une agriculture plus coûteuse et qui s’avère finalement moins rentable que l’élevage non industriel.


Source : http://puntish.blogspot.com/2017/12/zad.html, consulté le 14/07/2022

Notre anthropologue enquête surtout les évènements marquants des sociabilités périurbaines : l’apéro au Café de la gare, les marchés sur la place du village, la randonnée en forêt pour écouter le brame du cerf, les conversations météo autour d’un verre de « jus de fruit fermenté », la pêche au gardon… Autant d’éléments importants dans les pratiques bacotes et plus largement Seine-et-Marnaises, que l’habituée de Bois-le-Roi que je suis se plaît à voir peints à l’aquarelle. Les décalages très amusants entre les observations de notre anthropologue et ses conclusions favorisent une agréable mise en abyme pour les chercheurs habitués au terrain. Cette bande-dessinée est aussi un outil pédagogique que j’utilise pour amener mes étudiants à réfléchir aux méthodes d’enquête, à leurs limites et aux erreurs d’interprétation.

Mais que nous disent ces trois tomes des espaces périurbains ? D’une part, l’auteur souligne l’intensité des relations sociales des habitants du périurbain (marché, café, association de marche nordique)… Il investigue par ailleurs largement le rapport à la « nature » des habitants. C’est souvent un élément central du choix résidentiel explicité par les périurbains. L’anthropologue jivaro, parce qu’il permet au lecteur de décentrer son regard, nous invite à réinterroger notre rapport à la nature (Descola, 2005). Ainsi, les pratiques de pêche au gardon sont interrogées : Bois-le-Roi est un spot de pêche assez connu en Seine-et-Marne, ce que notre jivaro ne manque pas d’enquêter. Il interroge l’intérêt de cette pêche, qui n’est pas liée à une pêche de subsistance, et surtout où la plupart des poissons pêchés sont initialement élevés en captivité avant d’être relâchés.

Ce qui m’interroge, surtout, c’est le choix de l’auteur de faire de ce périurbain aisé Seine-et-Marnais la poche de résistance à l’idéologie jivaro, pourtant de plus en plus répandue dans le monde. Si cette résistance s’affaiblit – une ZAD s’est installée à proximité de Bois-le-Roi, cultivant des tomates désormais vendues à prix libre sur le marché – et ce malgré la zone protégée instaurée pour protéger la culture occidentale, Bois-le-Roi est tout de même érigé comme l’une des dernières poches de subsistance de cette idéologie, désormais visitée par des classes d’enfants. Alors, de là à voir dans le périurbain Seine-et-Marnais un lieu apte à vivre notre civilisation occidentale, expliquant que ce sont des territoires oubliés de la révolution animiste, il n’y a qu’un pas.

Dans tous les cas, que l’on soit ou non un familier de Bois-le-Roi et du périurbain Seine-et-Marnais, le Petit traité d’écologie sauvage d’Alessandro Pignocchi est une bande dessinée drôle et intelligente qui permet de rêver à un futur où les relations humain / non humain seraient renouvelées.

Claire Fonticelli

[1] Bande-dessinée de Alessandro PIGNOCCHI, en trois tomes

Bibliographie indicative

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, NRF : Gallimard (coll. « Bibliothèque des sciences humaines »), 623 p.

Fonticelli Claire, 2018, Construire des immeubles au royaume des maisons. La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif: modalités, intérêts et limites, Thèse de doctorat, IAVFF, Paris, 524 p.

Pignocchi Alessandro, 2017, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 1, Steinkis, 119 p.

Pignocchi Alessandro, 2018, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 2 : La cosmologie du futur, Steinkis, 126 p.

Pignocchi Alessandro, 2020, Petit traité d’écologie sauvage. Tome 3 : Mythopoïèse, Steinkis, 123 p.

Séminaire 3 du groupe de recherche : “Enquêter en situations périurbaines. Positionnements hybrides et méthodes spécifiques”

Lundi 4 avril 2022 – 14h00 – 17h30

ENSA NANTES – 6 quai François Mitterrand, 44200 Nantes – Grande salle du CRENAU

Pour ce troisième séminaire, nous proposons d’interroger les ressorts de l’enquête en situations périurbaines, à partir de l’actualité de travaux de recherche.

Nous nous intéresserons, d’une part, aux positionnements variés des chercheurs sur leurs terrains d’enquête, entre recherche et pratique (architecture, urbanisme, arts plastiques…), entre approche focalisée, ambulatoire et combinatoire, permettant d’interroger les promesses de la multipositionnalité pour la recherche sur le périurbain.

D’autre part, nous nous focaliserons sur les outils et méthodes de l’enquête (écriture, photographie, dessin, musique…) permettant de décrire et analyser les pratiques, les représentations et les imaginaires périurbains. Positionnées à la croisée des mondes de l’architecture, ces pratiques d’enquêtes permettront plus largement d’interroger l’interdisciplinarité en actes.

Soutenance de thèse de Kévin Chesnel

Promesses, épreuves et effets des fabriques territoriales en condition périurbaine.
Enquête entre Saint-Nazaire et Nantes.

Elle aura lieu le lundi 8 mars 2021 à 14h à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (en visio-conférence).

Rattachement : Université de Nantes, École doctorale de l’Université de Nantes STT (Sociétés, Temps, Territoires).
Spécialité : Aménagement de l’espace et urbanisme.

Laboratoire : CRENAU, UMR 1563 AAU, ENSA Nantes.

Partenariat avec l’agence d’urbanisme de la région de Saint-Nazaire (addrn) dans le cadre d’une CIFRE (2017-2019).

Composition du jury :

  • Marie-Christine Jaillet, Directrice de recherche CNRS, Université de Toulouse, LISST, CIEU (rapporteure)  
  • Martin Vanier, Professeur, Ecole d’urbanisme de Paris, Lab’URBA (rapporteur)  
  • Séverine Bonnin-Oliveira, Maître de conférences, IUAR Aix Marseille, EA 889, LIEU
  • Isabelle Garat, Maître de conférences – HDR, Université de Nantes, UMR ESO 6590
  • Joël Idt, Maître de conférences, UPEM, Lab’URBA
  • Béatrice Mariolle, Professeure, ENSAP Lille, UMR AUSSER 3329
  • Lionel Prigent, Professeur, UBO Brest, EA 7462 Géoarchitecture
  • Laurent Devisme, Professeur, ENSA Nantes, UMR AAU 1563, CRENAU (directeur de thèse)
Saint-Malo-de-Guersac, Parc Naturel Régional de Brière, Loire-Atlantique.
Crédit photo : Kévin Chesnel, 2018

Résumé :

À travers, une enquête en immersion, à l’agence d’urbanisme de la région de Saint-Nazaire (addrn), cette thèse analyse les promesses, les épreuves et les effets de la mise en place de démarches d’expérimentations interterritoriales autour de l’habitat périurbain. D’abord, elle documente les ressources et contraintes des acteurs dans la conduite de l’urbanisme en situations périurbaines. L’analyse révèle le multi-positionnement des urbanistes qui tentent de trouver des prises à travers la transformation des ingénieries de projet. Ces dernières montrent l’émergence d’une logique d’action expérimentale et d’engagements exploratoires. Néanmoins, ces démarches génèrent des épreuves alors que les modalités de coordinations en aménagement, dans le périurbain, se caractérisent par des logiques d’action ordinaires (approche règlementaire, forte présence des acteurs privés, urbanisme du court terme et séquentiel). Toutefois, des ingénieries de projets résidentiels hybrides sont construites, favorisant de nouvelles coalitions d’acteurs publics-privés, ainsi que de figures urbaines hybrides valorisant les qualités de l’habitat dense individualisé. Enfin, l’analyse des effets des expérimentations révèle une transformation des systèmes de production de l’habitat périurbain marquée par l’émergence d’une culture urbanistique. Ce travail caractérise ainsi la structuration d’un « tiers urbanisme » périurbain permettant de dépasser le dualisme urbain-rural, de rompre avec l’idée de la diffusion d’un modèle urbain et de considérer les configurations périurbaines comme le fruit de pratiques d’urbanisme issues de la combinaison de la ville et de la campagne.

Nantes.
Crédit photo : Kévin Chesnel, 2018

Abstract :

Promises, tests and effects of territorial constructions in peri-urban conditions.
Investigation between Saint-Nazaire and Nantes.

Through an immersion survey at the Saint-Nazaire region urban planning agency, this thesis analyzes the promises, tests and effects of setting up inter-territorial experimental approaches around peri-urban housing. First, it documents the resources and constraints of the actors in the conduct of urban planning in peri-urban situations. The analysis reveals the multi-positioning of urban planners who try to find catches through the transformation of project engineering. The latter shows the emergence of a logic of experimental action and exploratory engagements. Nevertheless, these approaches generate tests, whereas the modalities of coordination in planning, in the peri-urban area, are rather characterized by ordinary logics of action (regulatory approach, strong presence of private actors, short-term and sequential urban planning). However, engineering of hybrid residential projects is being built, favouring new coalitions of public-private actors, as well as hybrid urban figures promoting the qualities of individualized dense housing. Finally, the analysis of the effects of the experiments reveals a transformation of the production systems of peri-urban housing marked by the emergence of an urbanistic culture. This work thus characterizes the structuring of a peri-urban “third urbanism” that makes it possible to overcome urban-rural dualism, to break with the idea of the diffusion of an urban model and to consider peri-urban configurations as the fruit of urban planning practices resulting from the combination of the city and the countryside.

Vivarium : le pavillon n°9 ou le « cauchemar pavillonnaire »


[Attention spoiler !]

Affiche du film. Source : Allociné.

Ce long-métrage irlandais réalisé par Lorcan Finnegan, sorti le 11 mars 2020 (et diffusé le 18 mai 2019 au Festival de Cannes) met en avant un imaginaire sur les zones périurbaines, les banlieues, les lotissements pavillonnaires, dans une volonté de pousser le trait à l’extrême afin de dénoncer certains travers de la société actuelle.

Gemma et Tom à la recherche d’une maison. Source : The Jokers Films.

Dans les premières minutes du film, les protagonistes Gemma (Imogen Poots) et Tom (Jesse Eisenberg) sont mis en garde par une amie sur les prix de l’immobilier qui « s’envolent », ce qui donne le ton pour la suite. Juste après cette interaction, le couple se rend dans une agence. Ils y font la rencontre de Martin, étrange agent immobilier – voire « barjo » comme le dit Tom -, mais qui sait néanmoins être « persuasif » : en effet, il parle des maisons qui « se vendent comme des petits pains » dans cette banlieue qui n’est « ni trop loin, ni trop près » mais « à la bonne distance » (dans mes travaux de thèse, j’évoque cette question de la bonne distance, importante pour les habitants qui veulent souvent habiter à la fois proche de la ville, de la campagne, de leur travail… écho bien particulier lorsque je vois cette scène donc !). La manière de s’exprimer de cet agent est d’ores et déjà gênante, déstabilisante ; un certain malaise se dégage et s’installe de manière insidieuse.

Martin, agent immobilier. Source : The Jokers Films.

Ils s’en vont donc voir, même si ce n’était a priori pas leur volonté de vivre dans une maison de ce style, mais rappelons-le, leur recherche de maison « s’éternise ». Ils sont donc prêts à faire des compromis. On les voit alors sur la route, laissant défiler des paysages arborés, dans une bonne humeur musicale.

L’arrivée à “Yonder”. Source : The Jokers Films.

Le film dépeint maintenant un cliché dénonçant certaines critiques de la banlieue qui serait un lieu homogène architecturalement, désert, sans vie. Déjà, le panneau d’entrée du lotissement « Yonder », « Là-bas », sur lequel un plan s’attarde est caricatural : un couple avec un enfant, tous trois très souriants et sages, pose devant des maisons vertes toutes similaires. Tom veut « en finir au plus vite », mais visite malgré tout avec sa compagne la maison n° 9 en compagnie de Martin, qui leur dit que si « bien des maisons prétendent être idéales, celles-ci le sont » et qu’une multitude de « souvenirs sont à créer » dans cette maison verte. Des tableaux qui la représentent sont accrochés au mur. Ils semblent interpeler le couple, tout comme la chambre de bébé toute bleue – dénonçant un cliché autour du conformisme et de ce que devrait être les étapes de vie d’un jeune couple : achat d’une maison, bébé que l’on élève, travail pour payer son prêt immobilier.

Tableau présent dans la maison n°9. Source : The Jokers Films

Moins de 15 minutes suffisent pour montrer la tournure du film : Martin et sa voiture ayant finalement disparu alors que Gemma et Tom visitaient le jardin – composé de gazon artificiel -, ils en profitent pour partir de ce lieu qui leur déplaît, ou du moins tenter. La musique angoissante associée à une vue aérienne montrant des maisons semblables à perte de vue dans un lieu totalement inhabité et très silencieux – l’écho de leurs voix y résonne de manière oppressante – et leur façon de « tourner en rond » sans jamais pouvoir trouver la sortie et rejoindre d’autres paysages annonce une suite plus sombre. Dans leur vaine tentative de s’échapper, ils repassent à maintes reprises devant la maison n° 9. Les lumières froides, presque artificielles, renforcent le ton donné par la musique. La voiture est maintenant en panne, ils essayent alors de s’enfuir, à pied cette fois, en suivant le soleil et en escaladant maintes clôtures, claustras et traversant des pelouses. Une expérience qui s’avère une fois de plus être un échec. Désespérés et épuisés, ils tentent de brûler cette maison déjà perçue comme maudite. Cette scène me fait penser au chapitre « La maison qui brûle » de l’ouvrage de François Vigouroux, L’âme des maisons (2003). Ils se résignent finalement lorsqu’elle réapparaît intacte. Ils trouvent un bébé dans un carton – qui grandira très vite et qu’ils ne nommeront jamais, si ce n’est « le gamin » voire, au fil du temps, « la chose » -, dont ils devront s’occuper.

La découverte du bébé. Source : The Jokers Films.

Après leur installation forcée dans ce pavillon, plusieurs scènes se succèdent – parfois d’ailleurs un peu trop redondantes peut-être, bien que l’optique soit justement de dénoncer ce quotidien insipide, banal, répétitif, monotone : prendre le petit déjeuner, verser les céréales et le lait dans le bol de ce gamin pour faire taire ses cris stridents qui expriment sa mauvaise humeur ou son mécontentement, se laver les dents, aller dehors, se coucher, dormir, et recommencer. Toujours et encore.  

“Help”. Source : The Jokers Films.

À plus de la moitié du film, l’inscription « HELP » faite par Tom sur le toit à leur arrivée se transforme en « FUK U », ce qui marque une autre avancée temporelle et la lassitude et désarroi des protagonistes : cette situation inconfortable, malaisante, malsaine, est strictement inchangée malgré le temps qui passe. Une scène nostalgique montre le couple se remémorant leur rencontre, leur vie d’avant, dans ce lotissement glaçant où même le vent est absent, comme toute autre expérience sensorielle. En effet, à « Yonder », la pluie, le vent, les insectes, les grands arbres n’existent pas : tout est synthétique, faux, jusqu’à la nourriture sous vide qu’ils reçoivent emballée dans un carton et qui semble n’avoir aucune saveur – voire les dégouter comme en témoigne certaines scènes.

Des références aux tableaux de René Magritte, notamment à L’empire des Lumières (faisant écho à des paroles habitantes que j’ai pu entendre lors de mes enquêtes sur le terrain québécois à propos de l’esthétique de la banlieue) sont présentes : des éléments très graphiques, visuels, presque esthétiques, dans une homogénéité, un côté artificiel et superficiel, surréaliste, notamment par les couleurs et lumières dérangeantes, et par ces nuages qui sont comme peints, figés et tout sauf naturels.

René Magritte, L’empire des lumières, 1953-54. Copyright : 2018 C. Herscovici, London/Artists Rights Society (ARS), New York. Lien : https://www.guggenheim.org/artwork/2594

La toute première scène du film n’est pas anodine et prend sens au fur et à mesure que l’on avance. Elle montre un coucou qui naît. Cette race d’oiseaux pond dans le nid des autres, puis abandonnent ses œufs. Une fois nés, les poussins coucous dégagent du nid les autres oisillons pour être élevés et nourris de façon exclusive par leurs parents d’adoption, étant dans un comportement quelque peu parasitaire. Le réalisateur opère ici un parallèle et une métaphore entre cette espèce d’oiseaux et les agents et promoteurs immobiliers du film, qui seraient finalement des « monstres » qui piègent des innocents, ceux-ci se trouvant forcer notamment d’élever des enfants déposés dans des cartons et qui ne sont pas les leurs – et qui deviendront les futurs agents immobiliers, dans un cycle sans fin…

Si certains spectateurs soulignent une féroce parodie de la société actuelle, dans un film bien joué à la fois glaçant et ironiquement drôle, d’autres soulignent surtout la vacuité et l’ennui au visionnage, allant de pair avec une fin prévisible. La presse est moins sévère sur cette dystopie de science-fiction – ou thriller psychologique ? Difficile à classer. En tout cas, ce film ne critique peut-être pas toutes les banlieues ou lotissements comme le précise le réalisateur, mais certains programmes immobiliers qu’il juge aberrants, poussant au milieu de nulle part, comme ce fut le cas de beaucoup en Irlande entre 2005 et 2008. Cette fiction dépeint des clichés, des stéréotypes, des préjugés poussés à l’extrême, dans une « exagération cauchemardesque », pour reprendre un terme de Lorcan Finnegan. C’est aussi de cette manière, en allant dans le grotesque et l’absurde, que ce dernier souhaite faire passer des messages. Comme le précise l’acteur qui joue Tom, « Vivarium n’est pas un commentaire sociopolitique sur la vie pavillonnaire, mais un cauchemar fiévreux, où rien n’est explicite » (Le monde, 11/03/2020, p.26).

Florie Colin

Sitographie

https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/03/11/vivarium-ou-le-lotissement-comme-biotope-du-consumerisme_6032563_3246.html

https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/cinema/vivarium-un-film-de-science-fiction-oppressant-10-03-2020-8276919.php

https://www.avoir-alire.com/vivarium-lorcan-finnegan-critique

https://www.allocine.fr/film/fichefilm-256558/critiques/spectateurs/

http://www.grand-ecart.fr/portraits/rencontre-interview-lorcan-finnegan-vivarium-film-fantastique-gerardmer-2020/

https://www.thejokersfilms.com/vivarium

Annonce de séminaire du REHAL : « Alternatives périurbaines / Alternatives en périurbain – De l’alternative à l’évolution de la / des norme(s) ? », Aix-en-Provence

Nous relayons une annonce de séminaire, organisé par nos collègues du REHAL, et l’appel à contribution aux ateliers du REHAL « Trajectoires des espaces périurbains » et « Alternatives dans l’habitat ». Le séminaire se tiendra à Aix-en-Provence les 2 & 3 avril 2020.

Compte-rendu du séminaire 2 du Groupe de Recherche : « L’agir spatial et temporel des habitants du périurbain »

Compte-rendu du séminaire n°2 ayant eu lieu à Nantes (ENSA – CRENAU) le 30 septembre 2019.

Présentation des travaux autour des questions suivantes : L’agir spatial et temporel des habitants du périurbain. Initiatives, transformations et adaptations habitantes.

1.      Quelles perspectives de co-design pour l’adaptation de l’habitat périurbain des « aînés » ? – Markéta Fingerová

2.      Limites périurbaines et couleurs localesDelphine Dejean

3.      Habiter en immeuble dans le périurbain francilien : adaptation ou inadaptation des habitants à une forme urbaine promue par les politiques publiques ?Claire Fonticelli

4.      La refondation des lieux de commerce en milieu périurbain par le consommateur et son hypermobilitéIwan Le Clec’h

5.      Individuel dess(e)in. Quel avenir pour le parc des maisons individuelles en première couronne des agglomérations françaises face à la transition énergétique ? – Le cas de RezéCéline Drozd, Ingénieur de recherche Ministère de la Culture (MCC)

6.      La maison ordinaire, entre architectes et CMistesNicole Garo, Architecte DPLG

7.      Grand débat sur le thème de la longévité : Atelier “Les observateurs” à VertouPascale Lostanlen, Service Solidarités de la ville de Vertou (44)

Séminaire 2 du Groupe de Recherche : « L’agir spatial et temporel des habitants du périurbain – Initiatives, transformations et adaptations habitantes », Nantes

Programme de la journée du 30 septembre 2019 (ENSA Nantes, CRENAU) :

Coordination scientifique :

  • Claire Aragau, UMR Lavue, Mosaïques, Paris
  • Séverine Bonnin-Oliveira, IUAR LIEU, Marseille
  • Laurent Cailly, Citeres, Tours
  • Laurent Devisme, UMR AAU, CRENAU, Nantes
  • Daniel Le Couédic, Géoarchitecture, Brest
  • Lionel Rougé, ESO, Caen

Comité d’organisation :

  • Kévin Chesnel, CRENAU, Nantes
  • Florie Colin, CRENAU, Nantes & Géoarchitecture, Brest
  • Markéta Fingerová, CRENAU, Nantes

Compte-rendu du séminaire 1 du Groupe de Recherche : « Le périurbain en projet » – Récits de pratiques par les acteurs de la fabrique (péri)urbaine

Compte-rendu du séminaire introductif ayant eu lieu à Saint-Nazaire (addrn) le 8 juin 2018.

Présentation des démarches suivantes :

  • Atelier des territoires à Caen et à Troyes – ACADIE, Particules, Vraiment Vraiment
  • Habitat périurbain – Pôle métropolitain Nantes Saint-Nazaire, Laurie-Mai Denoux
  • Habiter le périurbain – addrn, Claude Maillère et Kévin Chesnel

Communications de jeunes chercheurs autour de la figure de l’élu et la figure de l’habitant :

  • L’élu comme maître d’ouvrage dans les petites et moyennes villes françaises – Ségolène Charles (LAVUE – Atelier du lieu)
  • Les élus locaux face au développement résidentiel en région de Saint-Nazaire – Kévin Chesnel (AAU/CRENAU – addrn)
  • L’habitant-praticien à Guérande – Florie Colin (AAU/CRENAU – Géoarchitecture)
  • L’empreinte de l’éco-hameau au sein d’un bourg – Cécile Heit (AAU/CRENAU)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search