L’attachement aux « grands espaces »

Allons cette fois-ci vers de « grands espaces » – des espaces ruraux, de campagne, mais aussi ceux de la liberté et de l’imagination [1] -, qui s’écrivent et se dessinent sous le coup de crayon de Catherine Meurisse (BD publiée en 2019). Cette dernière a grandi dans un petit village des Deux-Sèvres, ses parents ayant pris la décision de déménager de la ville à la campagne. Elle affirme : « les grands espaces, c’est d’où je viens ». Cet album mêle sensibilité et poésie, évoquant diverses références littéraires (É. Zola, M. Proust), en plus d’une certaine critique, voire dénonciation, politique.

De nombreux liens à l’imaginaire autour de la nature sont faits, saisissant le lecteur dès la première page : les lignes dessinées tracent une porte depuis l’appartement parisien vers les prés de son enfance. L’auteure fait une sorte d’« ode à la nature », évoquant la « provision de paysages, d’odeurs, de silences » nécessaire lors de sa venue à la campagne. Télérama qualifie cette BD comme un « plaidoyer pour la beauté des campagnes sans pesticides ni lotissements » (2020) [2].

L’auteure évoque aussi la matérialité de sa maison en pierre – qui au départ est en fait une ruine – en mettant en avant les cinq sens, et particulièrement le toucher, très important dans sa démarche et son lien aux souvenirs d’enfance. Elle raconte comme « les pierres [les] émouvaient » : les sentiments, l’affect, les émotions sont mises en dessin ; cela ramène au livre de François Vigouroux, L’âme des maisons (2004), qui dépeint des histoires d’hommes, de femmes, et les liens avec leurs maisons. Au-delà de ce souvenir, quand il n’y avait encore « rien », Catherine Meurisse raconte la capacité à imaginer et à projeter la future maison (de la salle à manger, aux chambres, en passant par la cuisine). À la suite de la mise en place de ces espaces du logement, le lien aux objets survient aussi, avec ce musée Pierre Loti qui permet d’exposer toutes sortes de « petits trésors », non sans rappeler l’ouvrage L’attachement aux choses de Thierry Bonnot (2014). Finalement, ces murs en pierre, épais, qui se montent petit à petit, les protègent : la maison est vue comme un nid, une coquille. La sensation de « perdre sa maison d’enfance » est une figure fréquente. L’auteure revient alors sur le choix de ses parents d’habiter dans une grande maison, sur un grand terrain. Ils veulent léguer à sa sœur et elle du bâti, des meubles, des objets, des arbres – sa mère ayant même fait des boutures de chaque essence du jardin, « au cas où ». Les notions de transmission par les parents et d’héritage sont visibles. On est ici dans une sorte d’écriture de la nostalgie, de la figure d’un « retour sur ».

Au-delà de l’affect, Catherine Meurisse tient aussi à parler de la périurbanisation du monde rural, en incluant la dimension politique. En effet, des messages forts sont présents derrière la légèreté et la poésie de ses images et textes. Elle dénonce les pesticides, le remembrement (ces haies rasées et replantées, rendant mélancoliques ses parents qui expriment avec douceur et nostalgie la campagne de bocage et de sentiers, où les insectes abondaient), l’agriculture productiviste, les transformations des paysages, les lotissements homogènes… Catherine Meurisse parle de ses « convictions rurales » et de sa « hargne envers les ronds-points », assez récurrente chez les détracteurs des milieux pavillonnaires. Une émission de France Inter, « Où mènent les ronds-points ? », est dédiée à cet « objet » typique de ces espaces.  

La protagoniste vit dans une région entre « hommage au passé » (avec le parc du Puy du Fou, créé en 1989) et « vénération du futur » (avec celui du Futuroscope, créé en 1987), qu’elle évoque non sans ironie voire moquerie, tout en finesse. Elle surnomme ces deux projets Futuroland et Fuy du Pou ; ils ont fait l’objet de diverses controverses. Le projet du Futuroscope, réduit à cette maquette du futur, est moqué par le père qui glisse innocemment devant la télé qu’il ne sait plus qui a dit « il faut supprimer la peine de mort, sauf pour les architectes », évoquant la réplique de l’instituteur joué par F. Lucchini dans le film L’arbre, le maire et la médiathèque (1993) de Éric Rohmer. Cette phrase rappelle aussi l’ouvrage de Philippe Trétiack au titre provocateur, Faut-il pendre les architectes ? (2001) qui veut mettre au jour la méfiance populaire envers ces derniers. Les bâtiments du Futuroscope seront, plus tard dans l’histoire, comparés à la pyramide du Louvre (construite deux ans après l’ouverture de ce parc) ; pour des yeux d’enfants, ces bâtiments sont comparables, d’où cet « air de déjà-vu » évoqué à la visite de la pyramide. Un autre architecte mis en scène – moqué, avec son image de parisien qui « débarque », déconnecté de la réalité propre au territoire – est celui de la base de loisirs qui fut elle aussi controversée (peut-être Adillons Nature à Luché-Thouarsais ?). Dans cette commune, les panneaux et pancartes envahissent l’entrée de la ville, image résonnant avec le Prix de la France moche, mis en place par l’association Paysages de France.

Catherine Meurisse parle aussi de son lien aux animaux, de la biodiversité, de la mort des insectes [3] et de ses animaux enterrés dans des boites GÉMO, avec cet oxymore de l’animal à la campagne finissant dans une boîte de grande distribution de la zone commerciale d’à côté. L’image est significative des différents mondes qui se heurtent, se côtoient, non sans contradictions. Le Festival du Cabicou évoqué poursuit cette idée, avec la citation suivante de la mère de l’auteure : « on se demande parfois si la campagne, qui s’est toujours moquée de la ville et de son hystérie, ne veut pas se faire aussi grosse qu’elle ». Elle constate alors les transformations des territoires et des identités qui sont à l’œuvre, en dénonçant par la même occasion la société des loisirs [4]. L’idée de quitter ou de passer d’un monde à l’autre est aussi exprimée quand Catherine sort de sa « bulle » et qu’elle va voir à vélo « si le rêve existe aussi dehors » et pas seulement « dans la nature », elle qui « reprend toujours ses droits », faisant alors un lien entre deux mondes. Les termes employés permettent de montrer une certaine violence et puissance des émotions : elle évoque le « paradis » de la campagne dans laquelle elle vit et l’« enfer » des lotissements uniformes, ses parents évoquant leurs colères face aux transformations paysagères, bâties et face à la monoculture (qualifiée d’ailleurs de « monoconnerie »).

Rappelons que le concept d’« espace » que l’on retrouve ici est large et polysémique : espace géographique, social, vécu, conçu, perçu… on peut pour cela se référer notamment aux travaux de Henri Lefebvre ou encore à ceux du géographe Armand Frémont. Ici, ces différents types d’espaces sont décrits, analysés, racontés, narrés.

En regard à ce roman graphique, il pourrait être intéressant de voir comment la bande dessinée de David Prudhomme, Du bruit dans le ciel (2021) traite de cette question de l’enfance dans une petite ville. Peut-être l’occasion d’un prochain billet, dans la continuité de ce dernier ?

Finalement, avec sa grande capacité à faire rire, étonner, surprendre, cultiver et émouvoir, Catherine Meurisse mobilise bien d’autres références, imaginaires, faits d’actualités, qui ne sont pas rapportés dans ce billet ; une invitation donc à découvrir et lire cette belle bande dessinée !

Florie Colin

 


[1] Les Grands Espaces : interview de Catherine Meurisse (extrait), par l’équipe Dargaud, 11 septembre 2018, https://www.dargaud.com/actualites/les-grands-espaces-interview-de-catherine-meurisse-extrait-photo

[2] https://www.telerama.fr/livre/les-grands-espaces,-le-plaidoyer-pour-la-nature-de-catherine-meurisse,n5866130.php

[3] Faisant notamment écho aux récents rapports du GIEC sur le réchauffement planétaire

[4] Nous pouvons alors remobiliser Joffre Dumazedier et sa « civilisation du loisir » (1962)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search